1ères pleines lunes

1ères pleines lunes – IV

 Ichigo attendait nerveusement dans la prairie se situant près du Sereitei. L’endroit était tranquille et cerné par la forêt. Il serait peu probable qu’ils soient dérangés. Un reiatsu puissant se manifesta soudain derrière lui. Le jeune homme ne l’avait pas perçut jusque là. Ichigo se retourna lentement et croisa un regard chocolat caché derrière des lunettes. L’homme était plutôt grand comparé à lui. Il était séduisant sans pour autant être un tombeur au grand soulagement d’Ichigo.

Le jeune homme se rendit compte que son vis-à-vis le dévisageait de la même manière. Le roux se sentait mal à l’aise par cet examen minutieux. Leurs regards se croisèrent à nouveau. Finalement se fut Sosuke qui demanda moqueur

–        Tu te décides enfin à me parler ?

–        Oui…

Aïzen entendit à peine la réponse.

–        Que voudrais-tu me dire que tu ne m’ais déjà dit ?

–        Beaucoup de choses mais pour l’instant… je voulais te voir parce que… tu viens à l’Académie…

Le capitaine de la cinquième division haussa les sourcils et attendit la suite patient. Il ne savait pas très bien pourquoi, il le convoquait à ce sujet.

–        C’est vrai ?

–        Si cela a été annoncé, c’est probablement vrai…

Le ton d’Aïzen était de miel. Ichigo fronça les sourcils contrarié. L’homme en face de lui se moquait-il de lui ?

–        Cela te gênerait que l’on découvre que nous sommes mariés ?

–        Haï…

Sosuke fit un effort sur lui-même pour se calmer et accuser le choc. C’était la meilleur… c’était lui qui devait… Ce gamin allait le rendre dingue.

–        Il n’y a pas un moyen pour que… que tous ignorent que nous sommes… ensemble ?

–        Ensemble ? Aïzen ricana, cela doit-être une plaisanterie ?

Il traversa l’espace qui les séparaient et attrapa le jeune homme par les épaules.

–        A part le fait que tu m’as mordu par deux fois, il n’existe rien entre nous car tu refuses de me toucher ou d’avoir une quelconque relation avec moi ! Alors maintenant… tu viens me demander… de faire en sorte que personne ne soit au courant même pour ce lien qui nous unit pour le restant de nos jours ? Tu te fous de moi ?

–        Tu n’auras pas honte de moi ?

–        Pardon ?

Aïzen était incrédule et il était sûr d’avoir mal compris. Ce morveux avait pitié de lui ? Ichigo dévisageait sérieusement le plus vieux et déclara gauchement

–        Je n’ai… jamais eu de flirt avec qui que ce soit. J’ai toujours préféré me battre. Et… je ne suis pas doué avec les relations avec les autres. En ce moment tous mes amis m’ont tourné le dos…

Cela coûtait à Ichigo de l’avouer, mais cela faisait extrêmement plaisir à Aïzen. Toutefois, il ne voyait pas bien où cette conversation allait les mener.

–        Et cela te contrarie ?

–        Je ne peux rien y faire… marmonna Ichigo.

Sans vraiment s’en rendre compte, Ichigo avait posé son front sur l’épaule de Sosuke. Deux bras l’entouraient et il se sentait bien… Jusqu’à ce qu’il réagisse en prenant conscience de la promiscuité dans lequel, il se trouvait.

–        Aïzen… taïcho…

–        Sosuke !

Ichigo était écarlate et voulu se détacher mais le capitaine de la cinquième division n’avait absolument pas l’intention de lâcher. Un fin sourire éclaira son visage. Ichigo était hypnotisé par son regard et sans vraiment qu’il s’en rende compte ses yeux changèrent de couleur entraînant le changement dans celui de son compagnon. Quelque chose se passa entre eux sans avoir besoin de paroles, juste un puissant sentiment d’appartenance l’un à l’autre. D’être avec la bonne personne, mu par la même passion.

Sans vraiment s’en rendre compte Ichigo attira à lui le visage de Sosuke et caressa ses lèvres avec les siennes pour se muer en quelques secondes en un baiser à pleine bouche, exigeant parce qu’Aïzen avait attendu suffisamment longtemps. De tenir ce corps entre ses bras était ce qu’il recherchait depuis la morsure.

Toutefois, en voyant le regard légèrement effrayés d’Ichigo, il recula. Se n’était pas dans ces habitudes mais, rien n’était normal dans sa relation avec ce gamin.

–        Pour répondre à ta question de tout à l’heure Ichigo

Ce dernier rougit légèrement devant l’utilisation de son prénom sans particule, indiquant qu’il s’agissait d’une relation intime, Aïzen reprit

–        Non… je n’ai pas honte de toi ! Tu m’as vaincu par deux fois et… Pour quelle raison j’aurai honte ?

–        P… parce ce que je suis à l’Académie…

Là, Ichigo venait de marquer un point. Cela fit monter brutalement sa tension et le roux, le remarqua immédiatement.

–        Alors… alors si tu veux que je sois malade ou bien…

–        Hors de question !

–        Mais…

–        Tu seras un élève de dernière année comme les autres ! Et puis, cela va finir par se savoir un jour ou l’autre. Le plus tôt sera le mieux. Au fait… quelle division te sera attribuée ?

–        La onzième… fit dans un souffle le jeune homme.

Sosuke haussa un sourcil surpris. Qu’est ce qu’Ichigo allait faire à la onzième division ? Ichigo sembla lire dans ses pensées et il marmonna honteux

–        Je suis nul en kidō

Aïzen ouvrit la mâchoire et la referma. Il se recula pour observer le jeune homme et lui demanda

–        Pourquoi Yama-jii te considère comme génie alors ?

–        Peut-être parce ce que j’ai atteint le bankaï quelques jours après avoir intégré l’Académie en moins de trois jours en fait !

Aïzen ouvrit la bouche et la referma une nouvelle fois sous l’effet de la surprise. Même lui, n’avait pas eu son bankaï aussi vite. C’était quoi ce gamin ?

–        Et tu es nul en kidō ?

–        C’est pas la peine de continuer d’enfoncer le clou ! Si tu voulais un vrai génie c’est Toshiro que tu aurais du rencontrer ! Il est bon en kidō et il a aussi son bankaï !

–        Il a aussi atteint le bankaï également ?

Là, Sosuke était impressionné. Ichigo voyant la pointe d’admiration qu’avait eu son mari pour Toshiro, se sentit jaloux et vexé. Pourtant, il ne laissa rien paraître. Il demanda d’une voix neutre

–        Alors… je serai présent pour l’exercice…

–        J’en serai heureux… Et viens me voir dans ma division… ne laisse pas trop de temps s’écouler, n’attend pas forcément la pleine lune.

–        Je ne peux pas faire ce que je veux à l’Académie…

–        Je ferai en sorte que tu rejoignes ma division

–        Pas question !

Cette fois-ci Ichigo était furieux. C’était quoi cette manie qu’avait les gens à vouloir le manipuler. Déjà son père voulait qu’il rejoigne la dixième division et maintenant Sosuke qui voulait qu’il rejoigne la cinquième division… Et si ça lui plaisait à lui de partir à la onzième ? Sosuke fronça les sourcils et déclara brièvement

–        Qu’est ce qui peut te choquer dans le fait que tu rejoignes ma division… se serait plus simple pour nous deux…

–        Pas question ! Je refuse ! Mon père essaye de me diriger et à peine j’arrive à sortir de sa domination, c’est toi qui veut me faire intégrer ta division… pas question ! J’irai à la onzième !

Ichigo tapa dans un caillou et foudroya du coin de l’œil Aïzen qui soupirait exaspéré.

–        Tu ne sais pas de quoi tu parles…

–        Oui… mais…

Le jeune homme se posta devant Sosuke et se mit sur la pointe des pieds et le regarda droit dans les yeux furieux

–        Tu n’es pas moi Sosuke !

Les deux hommes s’observaient intensément. Finalement, Aïzen répliqua

–        Comme tu le souhaites, mais tu ne viendras pas te plaindre après…

Ichigo ne répondit pas. Il se sentait anxieux, ses yeux s’assombrirent. Il allait partir sans un mot. Mais une main retint son bras, surpris Ichigo tourna son visage et croisa le visage si sérieux d’Aïzen.

–        Ne me fuis pas !

Aucun des traits du roux ne bougea. Seuls les yeux du jeune homme prirent une légère teinte phosphorescente. L’atmosphère était à nouveau chargée d’une certaine tension. Ichigo fit un léger mouvement qui le libéra et quitta les lieux. Que pouvait-il dire à Aïzen ? Il se l’avoua à lui-même, Sosuke était vraiment impressionnant. Comment avait-il fait pour le vaincre et par deux fois ? Il se sentait tellement misérable à côté de lui. Alors pour être tous les jours à côté de lui pour se sentir écrasé par la stature d’Aïzen, il ne le supporterait pas. Il préférait aller à la onzième division.

Aïzen quitta les lieux quelques secondes plus tard. Son cœur battait furieusement sous la consternation. Il l’aurait étrangler encore un petit peu. Il ne le comprenait vraiment pas. Il traversa sa division d’un pas vif, la mine sombre. Il trouva son fukutaïcho en pleine discussion avec Hisagi Shouhei. Que venait-il faire là ? Il passa à côté des jeune gens encore plus furieux. Il détestait la jeunesse et il en claqua sa porte. Il allait voir se morveux… au demeurant très à son goût ! Non… c’était juste la morsure qui le faisait penser comme cela et rien d’autre. Et dire que tous allaient bientôt savoir qu’il était lier avec… avec un avorton !

Ses yeux se souvinrent combien son regard pouvait être chaleureux… tout comme ses baisers. Il donnait tout, le genre de personne sans concession. Même s’il avait eu peur, il n’hésitait pas à le défier et ses yeux… Aïzen laissa chuter son front contre le mur en face de lui et tapota ce dernier à plusieurs reprise contre la surface rêche. Il était devenu fou… de son regard. Fasciné, envoûté, hanté par ses yeux si expressifs. Mais qu’avait-il fait pour mériter pareille punition ?

°°0°0°°

Ichigo encore une fois avait été mis au banc de élèves et il se sentait bien seul. Mais qu’importait après tout. L’étudiant écoutait les dernières consignes que donnaient leur professeur principal avant l’entrée du capitaine de la cinquième division et de son fukutaïcho. Comment allait réagir les étudiants en se rendant compte des liens qui l’unissait à Aïzen Sosuke ? De plus, Ichigo ne l’avait pas revue depuis leur entrevue dans la prairie. Et… son cœur battait à tout rompre à l’idée de le revoir une nouvelle fois. Le terme excité serait plus exact.

Les groupes avaient été fait, et le jeune homme se retrouvait avec Momo et Uzuru. Ces derniers n’hésitèrent pas à lui parler quand le groupe former par Rukia, Renji et Shouhei s’éloigna.

–        Pourquoi faire semblant ? Demanda le jeune homme d’une voix lasse.

–        Je suis désolée Ichigo… Tu sais, tu… enfin, moi aussi comme beaucoup d’autres certainement convoitions la place que tu as donné à un.. à un… homme qui n’est qu’un shinigami de dernière zone.

–        Tu crois à ses ragots ? Interrogea le roux incrédule.

–        Eh bien… comme tu ne déments pas… et que cette rumeur circule depuis quelques temps déjà… Saurais-tu qui est ton dominé à présent ? Fit soudain Momo surprise.

Ichigo baissa seulement un regard pesant sur la jeune femme et se détourna.

–        De toute façon, tu ne tarderas pas à le connaître… Fit doucement le jeune homme.

–        Que viens-tu de dire ?

–        Rien…

Tout à coup, le professeur principal attira l’attention du groupe d’étudiant et déclara

–        Mesdemoiselles, Messieurs, veuillez vous tenir correctement… Le très estimable capitaine de la cinquième division nous fait l’honneur de venir supervisé cet exercice. Soyez le bienvenue parmi nous Aïzen Taïcho !

Tous s’étaient précipité pour rencontrer le capitaine de la cinquième division sauf Ichigo qui resta en arrière. Son cœur battait plus vite brutalement et ce qu’il redoutait le plus arriva. Un murmure parcouru la foule et bientôt tous se retournèrent d’un bloc vers Ichigo pour le regarder incrédule. Le brouhaha fut tel que le professeur principal lui-même sous le choc haussa la voix de manière significative pour couvrir la rumeur qui grondait.

– Je vous demande un peu de calme… S’il vous plaît ! Mes ses paroles furent vaines.

Aïzen entra dans la pièce et savait ce qui l’attendait d’ici quelques secondes et ce qu’il craignait, arriva. Tous se tournèrent vers son mari qui se tenait un peu à l’écart, le visage blême devant tous ses yeux qui le fixaient.

Sosuke attendit distinctement les réflexions de « mais, c’était un shinigami de troisième zone », « c’est impossible… pas lui, pas avec lui… », « attend, Kurosaki n’a rien à faire avec Aïzen… il est noble mais… mais… t’as vu comment il est… », « il a fait comment ? Il l’a drogué ? ». Toutes ses réflexions agacèrent Sosuke au plus haut point.

Il rencontra le regard de son dominant qui même s’il entendait toutes ses attaques sur sa personne, restait d’un grand calme. Cela devait d’ailleurs lui coûter, pour le peu qu’il avait vu de son caractère, il était plutôt explosif habituellement. Sosuke se tourna vers Koizumi-san et lui demanda de commencer l’exercice. Ce dernier toujours sous le choc approuva d’un hochement de tête.

Ichigo avait un léger sourire, il avait rencontrer brièvement le regard de Sosuke et il y avait lu une grande chaleur malgré la distance. Il voyait maintenant, le regard de ses amis qui s’étaient approchés toujours ébranlés par leur découverte. Momo demanda

–        Pourquoi ne pas nous l’avoir dit ?

–        M’auriez-vous cru ?

–        Non !

Se fut l’ensemble des élèves qui répondirent en cœur. Ichigo haussa les épaules et quand Koizumi fit un geste pour le suivre, Ichigo se déplaça sans se préoccuper de ceux qui maintenant essayait d’attirer son attention.

Le jeune homme rencontra un court instant le regard de Renji qui semblait au trente-sixième dessous. Ichigo entendit clairement une réflexion « Ça reste encore à voir si c’est vraiment lui le dominant… », « A la place d’Aïzen j’aurai honte de me retrouver au côté de cette demi-portion »…

Ichigo ne broncha pas et ne répondit rien. Il avait envie de leur hurler qu’il y avait un peu moins de deux mois de cela, ils le voulaient tous dans son lit. C’était de la pure méchanceté mais, il encaissa. Bientôt, tous les étudiants se retrouvèrent dans le monde humain en passant par le Dangaï.

La ville de Karakura s’étalait sous leurs pieds et Aïzen déclara d’une voix calme presque hypnotique

–        Chaque groupe sait où il doit se rendre ?

–        Haï !

–        Très bien… Mon fukutaïcho et moi-même restons en retrait et nous nous tiendrons près à intervenir en cas de problème.

Renji qui se trouvait non loin d’Ichigo ricana et déclara à mi-voix, juste pour qu’Ichigo l’entende.

–        Bien sûr… si tu crois qu’on va se sentir rassurer par tes paroles… rien que d’imaginer que tu te sois fait battre par Kurosaki, ça donne pas beaucoup de valeur sur tes qualités au combat !

Ichigo sentit monter en lui la colère. Autant, il pouvait encaisser pour lui mais pas pour Sosuke. Le roux sentit son reiatsu tanguer dangereusement. Une envie de meurtre le parcouru. Tous sentirent le danger venir et Aïzen remarqua doucement

–        Kurosaki-kun… veuillez rester calme… vous allez faire venir plus de hollow qu’il n’en ai nécessaire !

Le jeune homme croisa le regard faussement bienveillant de son mari et il le foudroya du regard. Renji ricana. Ichigo baissa son regard en sentant une main sur son avant-bras. Momo lui murmura bienveillante

–        Ne l’écoute pas Ichigo… il est jaloux, c’est tout… Tu as réussit à marquer le meilleur partit du Goteï13 et toi, tu étais le meilleur partit de l’Académie. Quelque part, c’était logique !

Le jeune homme ne voyait pas vraiment la logique. Et finalement, il adressa un sourire reconnaissant à la petite brune. Uzuru vit le regard d’Aïzen qui se posait sur le roux et sur la main d’Hinamori qui s’attardait sur le bras d’Ichigo. Il était clair qu’il n’appréciait pas du tout ce rapprochement. Et bien, s’il avait des doutes jusqu’à présent maintenant, ils étaient levés. Le capitaine de la cinquième division en pinçait pour l’étudiant.

°°0°0°°

Ichigo se retrouva sur les quais en compagnie d’Hinamori et Uzuru. Pour Ichigo, l’avantage d’être avec eux, c’est qu’ils n’éprouvaient pas de ressentiment comme Renji et avait confiance en lui. Le groupe se déplaçait rapidement et ne tarda pas à trouver un hollow. Ce fut Hinamori qui s’en occupa. Ils savaient que plusieurs hollow rodaient dans les parages et c’est avec une extrême vigilance qu’Ichigo et Uzuru surveillaient les arrières d’Hinamori qui s’en sortit plus que bien.

Le groupe savait également que des shinigami de la cinquième division étaient postés un peu partout en cas de problème. Cette sortie était différente des précédentes. Ils seraient jugés sur l’esprit de cohésion, leur faculté à se débrouiller devant un grand nombres de hollow en utilisant toutes les techniques de combats qu’ils avaient vu jusqu’à présent. Ils savaient pertinemment que si des shinigami intervenaient pour leur groupe, ils étaient mort pour leurs notes finales.

Le calme apparent de la zone qui leur avait été attribué rendait nerveux Ichigo. Etait-ce normal. Ses deux autres compagnons, comme lui entendaient au loin les combats des autres groupes. Alors pourquoi le leur était épargné ? Ichigo souffla

–        Tenez-vous sur vos gardes… ce n’est pas normal…

Hinamori se sentait mal à l’aise depuis le départ mais, avec les paroles d’Ichigo qui confirmait ses soupçons, elle se sentait un peu paralysé. Uzuru eut un regard en biais vers la jeune femme et lui murmura

–        Calme-toi au pire, des shinigami seront ici pour nous aider…

Ichigo n’écoutait pas vraiment. C’était comme si son instinct avait pris le dessus sur sa forme humaine. Quelque chose se trouvait présent dans les lieux et aucun ne l’avait remarqué car « la » chose avait caché son reiatsu. Ichigo sentait nettement l’odeur du sang. Sans vraiment s’en rendre compte ses yeux avaient pris une teinte cognac phosphorescente. Un grondement sortait de sa gorge et ses oreilles pourtant humaines, bougeaient comme si elles avaient prise leur forme de loup.

Uzuru et Hinamori avaient immédiatement remarqué le changement de comportement d’Ichigo. Comment pouvait-il faire ressortir son côté animal alors qu’il était humain ? Il le voyait tendu comme si le loup en lui avait trouvé sa proie. Hinamori ne pu retenir un frisson, Ichigo était angoissant.

–        Tu n’en fais pas beaucoup Ichigo-kun ? Interrogea Momo malgré elle.

–        Il y a quelqu’un… et il y a des morts…

–        Qu’est ce que tu racontes ?

–        Chutttt !

Uzuru réclama le silence, il avait perçut également des bruits à peine perceptibles. Le fait de ressentir les instincts d’Ichigo, avait réveillé les siens. Il percevait maintenant comme lui une présence incongrue et l’odeur métallique du sang. Quelque chose se réveilla en lui. Les deux loups à forme humaine à présent se jetèrent un bref coup d’œil. Hinamori l’intercepta et décida de faire confiance à ses deux compagnons et se tint prête pour l’attaque.

Les choses se déroulèrent très vite et ce en quelques minutes. Le groupe bondit en avant en prenant une direction différente pour coincer celui qui se cachait et qui les observait en silence ou presque.

°°0°0°°

Gin avait été surpris en découvrant qui était le dominant d’Aïzen… et quelque part, il s’en moquait comme de son dernier shihakusho. L’exercice l’ennuyait et franchement, il aurait préféré faire quelque chose de plus amusant. Il entendait au loin les cris et le bruit des batailles. Son attention avait été brièvement captivé par le blond qui faisait partit du groupe de  Kurosaki. Cette mine de chien battu… quelque part, ça lui donnait des idées.

Son regard fut toutefois happé par un mouvement de son capitaine. Lui qui restait debout et impassible depuis le début de l’exercice, le voilà qui se tenait près… à quoi faire ? Gin s’interrogea sur le bien fondé sur l’idée d’envoyer la cinquième division ici en sachant que Aïzen avait pour compagnon Kurosaki. Quoique… personne n’était au courant en fait !

L’albinos soupira entre ses lèvres à peine entrouvertes. Quand un hurlement se fit entendre et un reiatsu se mit à briller et un autre décliner. Aïzen bondit, il avait reconnu le parfum qui se dégageait actuellement. L’intensité de l’énergie dégagé n’avait rien à envier à celui d’un capitaine et lorsqu’il arriva sur les lieux Ichigo donnait le coup de grâce à… un arrancar. Hinamori se trouvait sur le sol inanimée et Kira était blessé, vivant et conscient.

Aïzen et Gin se dirigèrent vers le petit groupe et Ichigo leva les yeux. Sosuke ne savait pas très bien ce qui s’était passé mais, il sentait vaguement que certains ennuis allaient se profiler à l’horizon. Le roux replaça son zanpakuto dans son dos. Sosuke avait été très surpris par la taille de son… couteau, plus tôt.

–        Que s’est-il passé ?

Kira répondit :

–        Nous avons repéré un intrus, nous pensions qu’il faisait partit de l’exercice…

–        Jamais nous n’aurions mis un arrancar dans un exercice… rétorqua Gin. A part… Hinamori-chan… y’a t’il d’autres bléssés ?

–        Nous avons perçut l’odeur du sang… il doit y avoir d’autres blessés… répondit Kira.

Ichigo était silencieux. Son regard était planté dans celui d’Aïzen qui était tout aussi muet. La voix de Gin continua imperturbable.

–        L’exercice est finit ! Je vais demander aux membres de notre division d’éliminer tous les hollows. Je vais leur demander de sécuriser le périmètre. Aïzen-Taïcho ?

–        Fait pour le mieux Gin… Demande aussi l’envoie d’équipe médical ! Reste avec ce groupe… je vais inspecter les environs.

Aïzen disparut et Ichigo n’eut pas le temps de répondre. Le jeune homme sera les poings. Il n’écoutait pas Gin qui avait pris les choses en main. Kira soignait déjà Hinamori avant lui-même. Avait-il commis une faute ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *