1ères pleines lunes

1ères pleines lunes – XII

Chaque nuit, Ichigo rejoignait Sosuke dans sa maison discrètement. Quoique, le jeune homme savait qu’une fois qu’il franchissait le jardin d’Aizen, il n’avait aucune crainte à avoir. Sosuke l’attendait toujours assis sur le bord de la terrasse une petite bouteille de sake et deux coupes sagement posées à côté de lui. Ichigo eut un frisson quand il repensait au sourire dont le gratifiait son amant. Doux, chaleureux et l’étreinte qui se refermait sur lui immanquablement lorsqu’il se penchait pour l’embrasser.

Aucun des deux hommes ne parlait. Généralement, ils restaient silencieux. Sosuke refusant qu’Ichigo quitte l’espace de ses bras les premières minutes. A la fin, Ichigo glissait contre le pilier en bois derrière lui, les jambes reposant sur celles de Sosuke. Ils prenaient leurs coupes sans échanger une parole, ils n’en avaient pas besoin. Leur silence complice suffisait amplement.

Ils avaient établis qu’Ichigo mangeait avec Sosuke… ce dernier se révélant un véritable cordon bleu. Mais en fait, jamais Aizen n’avouerait à Ichigo qu’il passait des heures à préparer le repas, quoiqu’avec les semaines, il devienne plus habile maitrisant l’air du faitout et de la cuillère en bois comme personne.

Ce soir-là comme les autres, ils étaient assis sur la terrasse derrière la maison. Sosuke apprécia la soirée, pour une fois c’était Ichigo qui s’était cassé la tête pour le repas et l’avait amené en douce. Il avait été agréablement surpris par les dons culinaires du jeune homme. Ce dernier avoua qu’il avait passé quelques jours avec sa mère et ses sœurs pour se perfectionner. Il n’avait pas osé lui apporter quelque d’immangeable alors que son amant cuisinait divinement bien.

Ichigo observait les étoiles et se reposait sous l’œil de Sosuke qui se demandait ce qui pouvait bien agité le jeune homme.

—   Kisuke… à trouver… avoua finalement Ichigo.

¾     Pardon ?

Le jeune homme avait parlé tellement doucement qu’il n’était pas sur d’avoir bien entendu.

¾     Il a créé un gigai qui nous permettrait de vivre soit dans le monde humain… ou… il m’a dit que nous pourrions choisir Hueco Mundo.

Ichigo roula sur le côté et coinça sa tête dans sa main. La jambe qu’il replia derrière son autre jambe allongée fit glisser le tissu du kimono, rendant la vue pour Sosuke incroyablement sexy. La pause alanguis du jeune homme était une invitation au viol pour lui.

¾     Tu as une préférence ?

¾     Kisuke m’a chargé de te transmettre un message…

¾     Lequel ?

Le ton grognon du jeune homme surpris quelque peu Sosuke qui se demandait bien ce que le scientifique avait encore inventé.

¾     Il se joint à nous… et il est accompagné de Yoruichi…

¾     Le capitaine de la deuxième division ?

¾     Hai !

¾     Et quoi d’autres ?

¾     Shunsui et Ukitake se joignent également à nous. Ils veulent commencer à vivre sur de nouvelles bases. En fait, ils veulent que nous créons un environnement pour nous tous.

¾     Nous ?

¾     Ils disent que t’as l’âme d’un chef…

¾     Cela n’a pas l’air de te plaire mon cœur…

Sosuke s’était assis doucement à côté de son amant boudeur.

¾     Ce n’est pas tellement qu’ils veulent nous suivre, qu’ils te veulent pour chef…

Seul un rire doux répondit aux craintes d’Ichigo. Sosuke s’allongea contre le corps de son amant, son bras caressant paresseusement les flancs du jeune homme.

¾     Tu comprends Sosuke… j’aime être avec toi comme maintenant… sans soucis, juste toi et moi et le reste on s’en moque. S’ils se joignent à nous… connaissant Kisuke, Yoruichi, Ukitake et Shunsui… ont risque d’avoir… moins de moment pour nous. En plus Yoruichi est enceinte d’après ce que m’a dit Kisuke.

¾     Oh…

Inconsciemment, Aizen toucha son ventre et fronça les sourcils.

¾     Quelque chose ne va pas ? Ça te contrarie aussi cette présence ?

¾     Non… tout va bien. Tu te fais du souci pour rien… je ne laisserai personne empiété sur nos moments… j’aime être avec toi.

Ichigo se laissa échouer dans les bras de son amant et murmura

¾     Kisuke m’a prévenu que nous quitterons très bientôt la Soul Society…

¾     Ils ont choisit un endroit pour vivre ?

¾     Qui ?

¾     Le groupe qui se joint à nous ! Souffla Aizen dans les cheveux roux, les faisant se balancer sous le souffle.

¾     Ils ont tous dit qu’ils s’en moquent. Yoruichi veut juste un endroit descend pour son enfant.

Sosuke réfléchit quelques minutes puis demanda

¾     Et toi ?

¾     Quoi ?

¾     Où veux-tu voir grandir nos enfants ?

Le jeune homme se raidit et renversa la tête en arrière pour observer son partenaire.

¾     Tu es enceint ?

¾     Non… mais ça pourrait se présenter !

¾     Ah… Fit fut la seule réponse d’Ichigo qui n’avait absolument pas pensé à cette éventualité.

Un silence s’établit un peu plus pesant. Ichigo sentait le corps raidit de son amant dans le dos et demanda

¾     Tu veux des enfants ?

¾     Je ne les rejetterai pas si cela se présentais…

La gorge de Sosuke se noua. Ils n’avaient jamais évoqué ce genre de situation, pour Sosuke cela allait de soit. Mais comme Ichigo était plus jeune et sortait à peine de l’adolescence… c’était une tout autre question. Aizen sentit un frisson traverser le corps du roux et demanda

¾     Tu as froid ?

¾     Hai…

¾     On rentre ?

¾     Mais je suis bien ici… tu sais… j’aime cette partit de ta maison…

Le jeune homme avait la voix étouffée d’une personne qui s’endormait. Sosuke eut un sourire et souffla contre son oreille

¾     On se construira une maison plus grande et je te ferai faire une terrasse comme celle-ci…

¾     Hum…

Sosuke se pencha et embrassa la chevelure flamboyante. Ichigo chercha sa chaleur et son corps se moula au sien. Aizen ne se sentait pas le besoin de bouger. Il apprécia juste la chance de pouvoir être proche de son amant. Toutefois, il lui tardait d’avoir la marque et le fait que Kisuke lui signale qu’ils partiraient bientôt le fit réfléchir longuement. Pour finir par s’endormir d’un sommeil sans rêve.

°°0°0°°

C’est ensemble qu’Ichigo et Sosuke entrèrent dans le domaine de la famille Kurosaki. Ils étaient venus chacun par des chemins différents mais s’étaient rejoint devant le portail du domicile familial Kurosaki. Ichigo glissa sa main dans celle de son amant et ils marchèrent tranquillement dans le jardin très fouillé qu’entretenait avec amour la mère d’Ichigo.

Ils trouvèrent d’ailleurs les parents d’Ichigo et ses deux sœurs dans le jardin. Les quatre membres de la famille se figèrent en voyant le couple réunit. Isshin se leva en fronçant les sourcils et gronda

—     Ichigo… Tu te rends compte de ce que tu fais ?

—     Hai !

—     Tu veux repasser par toutes les épreuves par lequel tu as déjà eut tellement de mal à traverser ?

—     Ne t’inquiète pas… Sosuke et moi ne repasserons plus ces épreuves… Rétorqua doucement le jeune homme.

Ichigo lança un bref coup d’œil à Aizen qui hocha la tête. Il lâcha la main de son amant et se plaça devant Isshin.

—     Sosuke et moi quittons la Soul Society…

—     Quoi ?

Se fut Mazaki qui hurla. Elle avait lâché la couronne de fleurs qu’elle exécutait pour décorer la maison. Ichigo lança un regard apaisant à sa mère et déclara calmement avant que son père ne puisse dire quoique ce soit.

—     C’est à Sosuke et à moi de choisir notre vie. Se n’est pas au Roi, et encore moins la chambre des quarante-six. J’ai choisit de venir vous le dire, pour vous laisser le choix d’accepter de vous souvenir que vous avez un fils… ou d’oublier que vous en avez eu un. Tout comme vous oublierez également Shunsui, Jyuushiro, Kisuke et Yoruichi…

—     Pardon ?

Isshin était devenu blême et demanda presque agressif

—     Et comment comptes-tu réussir à nous faire oublier ta présence et celles des autres ? C’est imp…

—     Tout comme, je viens de l’exécuter pour l’ensemble du Gotei 13 et sur la chambre des quarante-six… La capacité de mon zanpakuto, me le permet… Vous seuls êtes les derniers à savoir. Rétorqua Aizen. J’aime votre fils, tout comme lui m’aime. Et il est hors de question que quiconque nous brise notre lien une nouvelle fois. Nous n’avions pas les moyens avant de pouvoir quitter ce monde, nous l’avons aujourd’hui grâce à Kisuke. Maintenant, votre fils vous laisse un choix et je vous avoue que je ne voulais pas l’écouter au départ. La chambre des quarante-six nous a volé notre union, nous a fait souffrir et m’a volé mes souvenirs… mais, il est hors de question que je passe ma vie à me cacher ici et à voir votre fils en cachette.

—     Cela fait longtemps ? Demanda Isshin.

—     Que nous nous voyons à nouveau ? Interrogea Ichigo. Depuis quelques semaines. Tout comme Shunsui et Jyuushiro. Kisuke et Yoruichi se sont toujours cachés…

—     C’est impossible… murmura Mazaki.

Son regard désespéré passait de son fils à Sosuke et vice et versa.

—     N’y a-t-il pas un autre moyen ? Nous ne reverrons plus…

—     C’est mon choix… et celui de Sosuke.

—     Nous n’avons pas trop le choix nous, contrairement à vous… marmonna Isshin.

—     C’est un choix… vous souvenir

—     Et souffrir finit Mazaki

—     Ou oublier

—     Et exister souffla Isshin.

Un silence prit place. Mazaki glissa sa main dans celle d’Isshin. Les deux époux se fixèrent intensément. Yuzu et Karin qui n’avaient rien dit jusqu’ici demandèrent

—     Nous aussi nous avons le choix ? Même s’il est différent de papa et maman ?

—     Hai !

—     Alors, je ne veux pas oublier… Déclara Karin. Je veux me souvenir de mon frère…

—     Moi aussi… même si c’est difficile. Je préfère savoir que tu es heureux là où tu seras…

—     Je ne veux pas t’oublier Ichigo.

La voix de Mazaki tremblait. Elle s’approcha du roux et prit entre ses mains, le visage d’Ichigo.

—     J’ai eu très mal lorsque tu étais enfermé, lorsque vous avez été séparé, lorsque tu semblais être devenu si différent… Je préfère te savoir heureux même si je n’ai plus l’opportunité de te revoir. Te voir souffrir a été pour moi beaucoup plus difficile. Même si ce choix… je le fais la mort dans l’âme…

—     Merci maman…

Levant les yeux vers son père, Isshin se racla la gorge et répondit enfin

—     Pour ta mère, je veux être un soutient… Et je ne veux pas oublier le merveilleux fils que ta mère à mis au monde. Je veux me rappeler, même si j’aurai souhaité une autre manière de faire. Mais, vous n’avez pas trop le choix. Peut-être qu’un jour…

—     Oui… fit Ichigo rêveur. Peut-être qu’un jour nous pourrons revenir ici parmi vous tous.

Aizen tira la manche d’Ichigo et fit un petit signe de tête. Ichigo enlaça sa mère et ses sœurs. Isshin démonta l’épaule d’Ichigo qui fit une grimace et laissa échapper un gémissement

—     Tu voudras avoir ma peau jusqu’au bout… maugréa le roux.

—     Tu le regretteras bientôt…

—     Je pense que non, car je vous aurai tué avant… marmonna Aizen agacé par les démonstrations virils d’Isshin.

Sosuke et Ichigo quittèrent la demeure et rejoignirent le groupe qui n’attendait plus qu’eux…

°°0°0°°

Le vent soulevait l’herbe et aucunes des six âmes présentent ne souffla mot. Le rire nerveux de Jyuushiro déchira l’air faisant sursauter les cinq autres compagnons d’infortunes.

¾     Désolé… ça me fait franchement très bizarre de venir ici…

¾     Tu crois que nous sommes plus préparés que toi Jyuu-chan ? Demanda Yoruichi. Aller… on y va… Si j’ai bien compris y’a un village qui s’appelle Karakura plus loin. Shinji m’a affirmé qu’on aurait la paix là-bas !

¾     Tu crois ce crétin de blond ? Demanda Kisuke

¾     Tu l’es aussi… je te signale.

¾     Comment allons-nous faire pour vivre ici ? S’inquiéta Jyuushiro.

Sosuke prit la tête de marche et déclara calmement.

¾     J’ai trouvé l’ancienne demeure du seigneur des lieux… Et, je me suis permis d’y installer nos quartiers. J’ai étudié leurs mœurs et je pense pouvoir dire que nous serons peu ennuyés par le voisinage à condition de respecter quelques règles.

¾     Tu as eu le temps de faire ça Sosuke ? Interrogea incrédule Ichigo.

¾     Hai… J’ai horreur des situations qui ne sont pas planifiés. Je n’aime pas m’aventurer dans l’inconnu. Donc, j’ai demandé à Shinji les plans et le service de la deuxième division m’ont donné toutes les informations nécessaires grâce à Yoruichi. Bien sur, j’ai effacé leur mémoire, comme pour le reste. Nous avons notre château, et tout ce qu’il faut pour que les paysans qui voisines notre demeure travaille pour nous. Bien sur, je vais faire fructifier le tout pour que nous vivions une vie confortable. J’ai prévu aussi un coin du château, enfin un étage tout de même pour chacun, dont un pour spécialement tes recherche Kisuke. Tant qu’à faire… autant que ton cerveau génial ne reste pas en berne. Si nous devions un jour quitter ce lieu, autant que nous ayons un maximum de cartes en mains.

Shunsui qui n’avait rien dit jusqu’ici siffla entre ses dents.

¾     Je n’ai jamais été aussi heureux que de me trouver en si bonne compagnie… Kisuke l’inventeur, Sosuke le cerveau on ne risque pas de s’ennuyer.

¾     En attendant… hâtons-nous…

Le groupe vit bientôt apparaître sur une butte le château monté sur plusieurs étages. Blanc comme la neige  avec ses différentes toitures en tuiles bleus. Un mur d’enceinte protégeait les lieux.

¾     C’est ça ton château Sosuke ?

¾     Il te paraît petit ?

¾     Non… non au contraire…

¾     Je ne pensais pas du tout que nous puissions vivre dans un tel endroit… quand tu me disais un petit chez nous… Souffla Ichigo impressionné.

Sosuke eut un petit sourire et glissa sa main dans celle d’Ichigo pour la tirer doucement.

¾     Viens… je vais te faire visiter…

Quelques heures plus tard, tous étaient sur les genoux. Le château était immense. En plus, de la tour principale, le bâtiment disposait de deux ailes adjacentes. Dont, une aile pour le personnel, et une aile à vivre ou tous pourrait se retrouver. Chaque étage était réservé pour un couple, sauf les deux derniers occupé par Sosuke et Ichigo.

Kisuke avait le rez-de-chaussée en grande partit pour lui. Avec interdiction de faire exploser le bâtiment. Urahara frissonna en rencontra le regard de glace de Sosuke et il se dit qu’il ne devrait pas trop jouer avec la patience de l’ancien capitaine de la cinquième division.

Le début de cohabitation fut difficile surtout parce que Yoruichi était exigeante dans sa condition de femme enceinte. Réclamant l’attention de tous, se montrant agressive des que certains humains l’approchaient, Il fut décidé de la séparer pendant quelques temps du groupe. La jeune femme s’enferma dans sa chambre vexée… Mais en fait, la chaleur l’incommodait.

Ichigo qui essayait de se mettre à la tâche comme chacun aidait parfois son ancien capitaine et aidait Sosuke dans l’administration du domaine. Pourtant, un jour qu’il entrait dans le bureau de son mari, il vit ce dernier courbé en deux comme prit de douleur.

¾     Sosuke… tu es malade ?

L’homme se redressa instantanément et jura entre ses dents. Puis redevenant impassible, il déclara sereinement

¾     Je crois que j’ai trop mangé…

¾     Ah… tu devrais te reposer. Je te trouve fatigué ces derniers… tendu aussi. S’inquiéta Ichigo.

¾     Tout va bien… Je t’assure…

¾     Arrête de ronchonner !

Le jeune homme attrapa son amant par les épaules et le tira d’autorité. A sa surprise, il ne lui offrit aucune résistance. Sosuke monta les marches qui l’amenèrent à leur chambre en ayant la vague impression qu’il entamait un chemin de croix. Ichigo se dirigea vers les persiennes et les ferma offrant une ombre fraiche et bienvenue à la pièce.

Se retournant, Ichigo vit son amant glisser sur le sol d’une manière inhabituelle.

¾     Tu as laissé tes vêtements… tu as froid ?

¾     Non…

¾     Tu es tout pâle…

¾     Je suis fatigué… ce n’est rien…

Ichigo traversa la pièce et s’agenouilla devant Sosuke. Il lui enleva ses waraji et ses tabi. Habillement, il lui défit son haori et il desserra son hakama. Aizen se rendit compte un peu trop tard qu’il se trouvait en sous-vêtement. Il attrapa le tissu de ses draps et les tira sur lui en fronçant les sourcils.

¾     Tu deviens pudique avec l’âge ? Se moqua Ichigo.

¾     La ferme !

Le roux resta un instant figé par l’impact qu’avait eu l’expression sur lui. C’était tellement… inhabituel. Il posa un regard inquisiteur sur sa moitié. Sosuke s’était blottit au fond de ses couvertures et s’était endormis à peine avait-il posé sa tête sur l’oreiller carré. Ichigo caressa les boucles brunes entre ses doigts et resta un long moment pensif assis à côté de son amant.

Puis, se relevant, il traversa le corps de bâtiment principal pour se retrouver à côté d’Urahara. Ce dernier était penché sur sa dernière invention et tendit à Ichigo des clefs.

¾     Tu me donneras les clefs adéquates quand je te le dirais…

¾     Kisuke ?

¾     Hum ?

¾     Je voudrai savoir quand tu me donneras la possibilité de retrouver ma forme de loup ?

Kisuke se cogna la tête surpris par ce vœu soudain.

¾     Tu es si pressé ?

¾     Disons que j’ai besoin de retrouver ma forme de loup. Je dois officialiser ma relation…

¾     Tss ! Tu as le temps…

¾     Pas tant que cela…

¾     Je ne vois rien qui presse tu sais…

¾     Va dire ça à Yoruichi par exemple dans son état !

Kisuke essuyait son tournevis quand il arrêta brutalement et observa avec des yeux ronds Ichigo.

¾     Ne me dis pas…

¾     J’en mettrai ma main au feu mais il refuse de m’en parler ! Grogna le jeune homme.

Un bref silence s’installa entre eux. Kisuke posa son matériel et contourna la nouvelle machine qu’il confectionnait avec amour.

¾     La prochaine pleine lune à lieu quand ?

¾     Dans quatre jours…

¾     Bon… demain soir, je vais te déverrouiller toi et Shunsui. Le système de sécurité que j’ai mis en place va me demander deux ou trois jours pour que vous puissiez à nouveau vous transformer. Mais… vous n’êtes pas spécialement discret sous forme de loup… surtout toi Kurosaki…

¾     Je serai me montrer discret mais j’ai besoin d’officialiser ma relation !

¾     Il ne se sauvera pas

¾     Cherche pas… c’est génétique !

¾     Mouaih…

Le roux quitta les lieux et regagna la salle où se trouvaient Kouryaku et Jyuushiro. Les deux hommes se disputaient apparemment. Ichigo rougit et voulu quitter les lieux mais Jyuushiro le retint.

¾     Tu voulais nous dire quelque chose ?

¾     Juste te faire savoir Shunsui… que demain soir Kisuke nous retire notre système de sécurité… Nous allons redevenir des loups.

¾     Hai !

¾     C’est vrai ? Jyuushiro parut ravi de la nouvelle et se tourna vers Shunsui.

¾     Nous allons pouvoir enfin retrouver notre ancien statut ! Pourquoi ne l’as-tu pas demandé avant ?

¾     Calme-toi Jyuu-chan…

Ichigo s’était déjà éloigné. Dans la cour, le jeune homme régla quelques problèmes de logistique agricole et attrapa le régisseur pour qu’ils discutent des prochaines récoltent. La fin de l’été approchait. Il allait prendre ses responsabilités et seconder Sosuke comme il le pouvait. Quitte à prendre sa place pendant quelque temps. Une chose était sur pourtant, c’est qu’il lui laisserait lui annoncer la nouvelle.

°°0°0°°

Sosuke était nerveux. Ichigo ne l’avait pas rejoint depuis deux nuits et la pleine lune allait arriver. Il frissonna à l’idée qu’Ichigo puisse le rejeter. C’était bien sa veine… tomber enceint, c’était pas prévu dans son programme. Il ne l’avait pas planifié et le peu d’enthousiasme d’Ichigo quand il lui en avait parlé, il y a quelques semaines lui faisait craindre le pire.

Ce soir là encore, Sosuke passa une nuit seul et l’angoisse commençait à l’étreinte pour il ne savait quelle raison. Que faisait Ichigo ? Il avait remarqué que le jeune homme s’investissait beaucoup plus dans la gestion du domaine. Il passait beaucoup de temps avec les humains…

Aizen blêmit et se redressa, ses couvertures glissant le long de son corps. Et si Ichigo s’était trouvé un amant humain ? Et si… et s’il l’avait perdu ? Non… Ichigo le regardait toujours avec son regard mordoré. Il était attentif avec lui, même beaucoup plus ces derniers temps… Et si c’était fait exprès pour camouflé ses infidélités ?

Il mènerait son enquête le lendemain matin ! Il en aurait le cœur net !

°°0°0°°

Ichigo se sentait épié et au bout de quelques minutes se rendit compte qu’il s’agissait d’Aizen. Qu’arrivait-il à son amant ? Il continua sa tâche toute la journée en voyant du coin de l’œil l’homme se cacher très discrètement… Qu’arrivait-il à Sosuke ? S’il voulait l’épié réellement qu’il utilise son zanpakuto au lieu ses vulgaires ruses d’humain !

Sosuke quant à lui,  voyait les sourires qu’Ichigo envoyait autour de lui. Les têtes des enfants que le jeune homme ébouriffait. La gentillesse dont il faisait preuve le minait. Et lui ? Depuis quand le négligeait-il ? Une sourde colère monta en lui, et sa forme animale devint de plus en plus jalouse, au point de l’étouffer.

Il ne lui avait pas encore annoncé la nouvelle… et cela le minait. De voir Ichigo s’éloigner de lui pour se rapprocher des humains, c’était déconcertant… L’angoisse et la rage l’agitaient mais, il ne voulait rien montrer à Ichigo. Le jeune homme devait se rendre compte de la peine qu’il lui créait. Que devait-il faire pour qu’il lui revienne ?

Le soir même comme depuis deux nuits, Ichigo disparut et Sosuke rechercha son reiatsu. Sa transformation fut plus pénible que les autres fois. Sa grossesse ne l’aidait pas beaucoup. Un peu plus tard, il bondit dans la nuit furtivement, il se dit qu’il le ferait payer à son amant. Il trouva rapidement, les effluves de son dominant.

Toutefois, il n’eut pas le temps de se retourner, il sentit une mâchoire s’abattre dans son épaule, implacable. Sous le choc de la surprise et de la joie, Aizen lâcha un long hurlement de satisfaction. Ichigo ne lâchait pas prise, il voulait que Sosuke arrête de bouger. Quand il se recula, Sosuke se tourna vers lui agressif

¾     Pourquoi ?

¾     Je voulais te faire la surprise… comme tu paraissais nerveux, je voulais que tu ignores ma probable transformation. Je ne voulais pas te causer de fausse joie, surtout si ça échouait. Maintenant, quoiqu’il arrive tu es à moi…

¾     Tu le sais…

Se n’était pas une question mais une affirmation.

¾     Quoi ?

¾     Que… que je suis enceint ?

¾     Hai… mais j’attendais que tu me le dises… Le ton d’Ichigo s’était fait plus doux.

Sosuke ne savait pas s’il devait basculer dans la joie ou bien dans la contrariété… Ichigo prit son dominé contre lui et murmura contre son oreille.

¾     Quelle importance à présent… nous avons l’éternité et personne pour nous entraver Sosuke. Je suis juste heureux d’être avec toi… et caressant le ventre de son amant glissa… et lui ! Je te demanderai de ne pas être aussi exigeant que Yoruichi…

Les deux loups échangèrent un regard soutenu par la profondeur de leurs sentiments. Ichigo frotta son museau contre le cou de Sosuke respirant son odeur légèrement modifié.

¾     Rentrons… Nous n’avons plus rien à faire ici…

Les deux hommes ne virent pas l’humain camouflé dans les fourrés, alors qu’ils s’éloignaient. La légende des loups-garous commença à circuler comme une trainée de poudre à la surface de la Terre. Pour ne jamais ne s’éteindre. Les obligeants quelques centaines d’années plus tard à se réfugier dans le monde de Hueco Mundo… accompagné de nouveaux loups chassés de la Soul Society.

°°0°0°°

Ichigo montait les marches qui le menaient à sa chambre avec appréhension. Il poussa la porte et déglutit quand il vit la forme proéminente qu’avait prise son mari. Doucement, il s’approcha sur la pointe des pieds et s’assit sur le bord du futon. Sosuke ouvrit les yeux et rencontra le regard anxieux d’Ichigo.

—     Alors ?

—     Alors quoi… marmonna Sosuke mécontent.

—     Que t’as dit Kisuke ?

—     Nous avons réussit à avoir le nombre définitif… Grogna l’homme allongé.

—     Et ?

—     … Six !

Ichigo se redressa d’un coup, le cœur palpitant… Pas possible… Six ? Il tourna son visage sur le côté. Le quart de lune éclairait à peine la pièce. Pourtant, il voyait suffisamment pour voir le ventre à peine gonflé de son mari. Même s’il arrivait à terme, Sosuke gardait une forme toute à fait raisonnable. Inconsciemment, la main d’Ichigo avait glissé sur le ventre arrondi.

Une main vint rejoindre la sienne, et Ichigo croisa les pupilles sombres de Sosuke. Ichigo se glissa contre le corps de son mari. Son visage au-dessus du sien.

—     Tu ne m’as jamais dit… si tu étais heureux d’avoir des enfants…

—     Si c’est avec toi… très heureux…

—     Avec personne d’autre ? Interrogea Sosuke surpris.

—     Cesse de t’inquiéter. Il n’y a que toi dans ma vie…

—     Mais tu es gentil avec les humains…

—     Ils travaillent pour nous. Si nous ne voulons être accepté et vivre sans problème avec eux, nous devons nous comporter en humain. Après tout ce que nous avons traversé Sosuke… Même si tu as ma marque, je suis tombé amoureux de toi dès que j’ai posé les yeux sur toi. Avec ton mauvais caractère…

—     Je n’ai pas un mauvais caractère !

La main d’Aizen s’était crispée dans celle d’Ichigo. Ce dernier embrassa sa moitié devenue très inquiète depuis qu’il était enceint’.

—     Je suis impatient qu’il ou elle soit là avec nous… Souffla Ichigo.

—     Vraiment ?

—     Hai ! Notre famille s’agrandie… Sosuke. Je n’aurai jamais pu envisager de continuer ma vie sans toi.

—     Qu’aurais-tu fait, si… si…

Le regard d’Ichigo devint vague et son souffle plus court. Sa seule réponse, fut d’enfouir sa tête au creux de la nuque d’Aizen. Sosuke sut, sans aucune méprise possible, ce qui serait advenu de son amant. Il se tourna lentement vers Ichigo et l’enlaça et le serra doucement contre lui.

—     Nous avons tout le temps de construire notre vie, notre famille… et notre chez nous. Qu’ils acceptent ou pas… Personne ne t’enlèvera à moi… Jamais ! Je t’aime… Même si tu dois le faire encore et encore, mord-moi. Ne me laisse pas t’abandonner une nouvelle fois.

—     Sosuke… repose-toi…

Ichigo se glissa sur le futon et enroula un bras autour des épaules de son mari. Ses doigts couraient dans les mèches indisciplinées. Bientôt la respiration calme et apaisée de Sosuke fut le seul écho dans la chambre. Ichigo tourna doucement la tête vers la fenêtre entrebâiller. Ses pensées s’envolèrent quelques années en arrière, vers sa première pleine lune. Aurait-il changé son destin, s’il avait su où cela le mènerait ? Les paupières d’Ichigo se fermèrent doucement, gagné lui aussi par le sommeil. Demain, il ne savait de quoi il serait fait, mais il protégerait sa famille et ses amis… C’était son nindô pour les siècles à venir…


 Fic terminée !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *