8 ans après la guerre

8 ans après la guerre : 11

Shinji

 

Ichigo fut envoyé en salle de soins intensifs, et les deux Ishida sortirent de la salle d’opération. Ryuken fit signe aux trois capitaines de la Soul Society de le suivre… Il marmonna qu’il n’avait pas envie qu’on le prenne pour un fou à parler tout seul.

Ils entrèrent dans son bureau, accompagné d’Uryuu. Ce dernier d’ailleurs était assez choqué d’avoir eu à réaliser des soins sur le corps de son ami. Il l’avait vu quelques jours plutôt sur de lui et en pleine santé… le voir allongé là, à l’article de la mort. Il regarda le spectacle des trois capitaines debout devant son père. Il connaissait très bien Byakuya Kuchiki et le père de Kurosaki… par contre, celui qui avait fait sa déclaration, il lui semblait l’avoir déjà vu… mais ne savait plus où ! Il entendit son père déclarer…

–         Franchement, je vous avoue que s’il survit, je serai très surpris. Nous l’avons placé en soin intensif, mais j’ai bien peur qu’il ne survive pas à cette nuit. De toute façon, il nous faudra attendre les prochaines 72 heures pour être fixés. Mais n’attendez pas de miracle. Les plaies sont trop profondes et mal placées, et il me semble aussi affaibli, mais je ne saurai dire de quelles façons.

Isshin le remercia et partit s’adosser à un mur. Il accusait le coup. Certes, il savait que son fils deviendrait un shinigami à part entière, mais ne plus le savoir « vivant » le troublait énormément. Il n’aurait jamais pensé qu’Ichigo partirait de cette manière et aussi vite. Quoiqu’il pouvait passer le cap. Il était si souvent revenu de la mort, alors pourquoi pas encore aujourd’hui ?

Hirako quant à lui s’était enfermé dans le silence. Il s’était approché d’une fenêtre et regardait l’extérieur… comme pour trouver un repère où se raccrocher. Il ne voulait pas que son expression trahisse son émotion.

Quant à Byakuya il ne savait pas comment prendre la nouvelle. Quelque part Ichigo deviendrait un shinigami alors ce n’était pas un problème… mais au vu des réactions d’Isshin et d’Hirako, il comprenait fort bien la perte d’un être proche et lui-même ne se sentait pas très heureux de la situation… c’en était difficile aussi pour lui. Il sortit son portable et contacta Renji. Il l’informa de l’état de santé de vizard lui signifia qu’il resterait là une ou deux journées supplémentaires pour finalement raccrocher.

–         Je vais en informer la première division lui répondit le shinigami rouge

Ryuken leur proposa de s’installer dans une pièce où ils pourraient se mettre à l’aise et surtout qu’ils ne soient pas dérangés. Isshin lui répondit qu’il allait voir son fils. Et quitta la pièce sans entendre les protestations de son ami. Les deux autres restèrent plantés un devant la fenêtre et l’autre au milieu de la pièce.

° 0° 0° 0° 0°

Ichigo était assis sur le bord d’un immeuble. Shirosaki regardait son roi… Il semblait lointain à des années-lumière de là où se tenait. Il se plaça derrière lui.

–         T’as réussi, mon roi.

Ichigo tourna vers lui son visage et planta ses yeux ambrés dans ses yeux noir et or. Shiro voyait la détermination qu’il n’avait plus vue depuis tellement de temps. Pas de complainte, plus de fuite… ses yeux lui envoyaient toute sa détermination. Il comprit qu’il ne réussirait pas encore une fois transformé son roi en destrier.

–      N’y’a rien à faire… Tu trouves toujours une solution à la dernière seconde. Te servir de ça pour reprendre le dessus, « tain je n’aurai pas pensé que tu irais jusque là ! Pourquoi tu t’accroches ? Laisse-moi prendre les commandes… Après tout, la fuite tu l’as prise depuis presque 10 ans, alors laisse-moi prendre ta place.

Ichigo regardait son autre lui-même monochrome. Il éprouva pour lui presque de la tendresse. Une part de lui, une part qu’il a tellement rejetée jusqu’à aujourd’hui et pourtant qui lui a donné sa force si souvent… Il lui sourit et l’autre eut l’air presque effrayé.

–         Tu souris mon roi ? Pourquoi tu n’me réponds pas ? T’es plus virulent d’habitude… surtout qu’tu pourrais danser, puisque t’as gagné. Encore cette fois-ci !!!

Ichigo souriait toujours au hollow et son regard se fit lointain. Il sentait dans son corps comme une fin. Son hollow s’approcha pour finir par se plaquer contre lui et l’enlaça. Le shinigami se laissa faire.

–         Alors, c’est pour bientôt ? Je ne veux pas mourir !

Ichigo regarda son hollow et lui passa son bras autour des épaules.

–         Tu ne peux pas disparaître, tu es une partie de moi…

–         Facile à dire, quand la fin est proche… je ne veux pas disparaître !

–         Nous allons juste quitter la forme physique, mais je resterai un shinigami…

–         Facile à dire pour toi, si tu disparais aussi en tant que shinigami, on crèvera tous les deux !

–         Aurais-tu peur ? lui murmura Ichigo dans son oreille

–         Ta gueule connard, siffla Shiro.

–         Tu veux être le roi, mais tu n’assumes pas cette partie-là ?

–         Ta gueule, j’ai dit ! Sais-tu c’que c’est de dépendre de quelqu’un et n’pas avoir le choix de comment tu choisis ta sortie ? Je ne fais qu’attendre en m’demandant quand tu t’casseras la gueule. Ne pas pouvoir contrôler son propre destin dit-il… être enchaîné à toi…

–         T’es bien obligé de m’accepter puisque je suis une partie de toi…

–         C’est ça le cauchemar pour moi !

Ichigo éclata de rire… Shiro le regardait avec curiosité.

–         Pourquoi t’as plus peur ?

–         Je ne sais pas. Je cherche depuis tout à l’heure !

–         T’es vraiment con.

–         À part me balancer des vacheries…

Ichigo sentit le changement en lui.

–         On va devoir se quitter…

–         Tu reviendras m’voir ?

Le shinigami lui sourit et lui caressa les cheveux, l’autre disparut progressivement pour ne plus être.

Ichigo regarda son monde s’écrouler… « c’est comme cela mourir ? C’est bizarre, il ne pleut même pas… N’est-ce pas Zangetsu ? »

° 0° 0° 0° 0°

Ichigo poussa son dernier soupir à peine une heure après l’opération… son âme se détacha de son corps. Il le regarda et vit les derniers battements s’effacer du moniteur. Il entendit un long Bbbiiiiippppp et soudain la porte s’ouvrit et il vit des gens se précipiter. Il quitta la pièce et traversa tout le bâtiment. Il était mort et ne reviendrait plus… Il avait besoin d’être seul !

Maintenant, il était devenu un shinigami à part entière et quelque part même s’il y était préparé depuis longtemps… il pensait à sa vie, à sa famille et à tout ce qui s’était passé pour lui ces dix dernières années. Il n’avait pas envie de rencontrer son père maintenant… Il baissa les yeux. Il se sentait honteux, comme s’il avait échoué. « Quel con je fais ! » Il pensa à Shinji et à la douleur que cela lui causerait. Mais il n’était pas sûr de pouvoir affronter sa colère maintenant…

° 0° 0° 0° 0°

La porte s’ouvrit brutalement et Uryuu entra l’air hagard. Il leur déclara d’une voix éraillée.

–         Il… il est… mort !

Un grand silence accompagna la déclaration stupéfaite.

Isshin, Shinji et derrière Byakuya se précipitèrent dans la pièce où le corps d’Ichigo gisait. Ils virent que tous les moniteurs étaient plats. Le visage pâle du jeune homme immobile qui n’ouvrira plus ses yeux ambre… ils étaient tous sous le choc. Shinji posa une main sur son cœur et fronça les sourcils. Son cœur palpitait, il avait « Besoin » de voir Ichigo.

–         Il est où ?

–      Il a quitté la pièce quand je suis entré avec les infirmières, répondit Ryuken qui venait d’entrer à nouveau dans la pièce. Je suis désolée Isshin, j’ai fait tout ce que j’ai pu.

Mais Isshin ne pouvait pas répondre. Il était sous le choc et le fait de ne pas voir au moins l’âme de son fils le troublait.

–         Je vais le chercher…

–         Je viens, murmura Shinji.

–         Je vous accompagne, termina Byakuya.

Les trois capitaines partirent à la recherche d’Ichigo, chacun d’un commun accord, prirent chacun une direction différente.

° 0° 0° 0° 0°

Le cœur de Shinji battait à tout rompre. Il cherchait l’âme d’Ichigo… Une part de lui qu’il pourrait découvrir. Il réussit à ressentir une étincelle très faible. « Il essaye de se cacher, l’enfoiré ». Il camoufla son propre reiatsu et partit dans la direction où il avait découvert son amant. Il le trouva debout en haut d’un immeuble regardant le ciel si bleu avec à peine quelques nuages…

–         Qu’est ce que tu fous là ?

–         Tu m’as retrouvé ? dit Ichigo en tournant son visage vers lui.

Un triste sourire éclairait son visage.

–         Imbécile ! Pourquoi tu te caches ?

Les épaules du jeune homme s’affaissèrent quelque peu.

–         Je…

Il regarda Shinji qui semblait bouleversé. Le voyant, Ichigo se dirigea vers lui et lui prit son visage entre ses mains avec beaucoup de tendresse. Shinji le dévisageait éperdu. Ses mains s’accrochèrent à son shihakusho.

–         Ichigo, c’est de ma faute ! Je n’aurai pas dû te laisser comme ça !

Ce dernier caressa de ses doigts le visage de Shinj. Il pencha son visage grave devant celui de Shinji.

–         Mon amour, tu n’as rien à te reprocher. Rien… De toute façon, en quelque sorte, tu m’as sauvé. J’ai réussi à redevenir maître de moi-même, alors que je n’aurai pas cru y parvenir encore ce matin. J’ai l’impression que tout ceci c’est passé il y a des lustres.

–         Pourquoi es-tu parti ?

–         Le besoin de me sentir seul. J’ai l’impression de me retrouver sur un fil. Je savais ce qui m’attendait, mais c’est comme si une part de moi refusait cet état  ! Je pense à mon père, à mes sœurs… et à toi !

Ichigo prit Hirako dans ses bras.

–         Je ne veux pas aller où tu n’es pas.

–         Imbécile, bien sûr que tu restes avec moi. Shinji avait passé ses bras dans son dos.

–        Va me falloir un gigaï maintenant.

Shinji sourit et son moral regrimpa.

–        Tu vas connaître les joies de cet objet pratique certes, mais oh combien inconfortable !

–         Si tu le dis.

–         Il faut que tu voies ton père… et Byakuya

Ichigo le regarda surpris…

–         Si tu es encore là, c’est grâce à lui. Et il est resté avec nous depuis qu’il t’a transporté du cimetière à la clinique de ton père.

Shinji eut un sourire triste.

–         Je ne m’en étais pas rendu compte…

Les deux vizards sentirent arriver les deux autres capitaines et s’écartèrent un peu d’un commun accord, mais gardèrent une main dans celle de l’autre. Un besoin de se toucher pour se rassurer en quelque sorte. Isshin et Byakuya se manifestèrent soudainement et regardèrent Ichigo qui se tenait tranquillement sur le toit de l’immeuble. Isshin traversa la distance qui les séparaient et attrapa son fils dans ses bras, Shinji se recula et lâcha la main de son amant.

–         Bon sang fils, j’ai cru que j’allais mourir en voyant ton corps sans toi à côté. Me fais plus peur comme ça.

–         … le fils en question ne savait pas quoi lui dire en fait.

Il tourna juste son regard sur le capitaine de la 6edivision et lui fit un signe de remerciement. L’autre comprit très clairement le message.

–         Kurosaki Ichigo, tu vas devoir rejoindre la Soul Society…

–         Non ! fut la réponse catégorique d’Ichigo

–         Pardon ? fit Byakuya

–         Hors de question. Je reste ici… avec ma famille et son regard se tourna vers Shinji. Nous resterons pour finir ce que nous avions promis à Ukitake… et même si cette mission finit, je n’irai toujours pas à la Soul Society. Pour moi, seul Shinji compte à présent !

–         Je vois… lâcha lentement le noble, je n’ai plus rien à faire ici à présent.

Après un dernier regard dans leur direction, Byakuya quitta le monde humain et regagna la Soul Society, sans un regard en arrière. Toutefois dans son fort intérieur, il se dit qu’il le laissait à Hirako, pour l’instant…

–         Tu sais à un moment, tu n’auras plus de choix.

–         Ts ! Ça ne risque pas d’être avant un très long moment.

Les yeux d’Ichigo regardaient avec une tendresse non dissimulée le visage de Shinji. Isshin soupira et se frotta la tête…

–         Il faut que je prévienne tes sœurs et que je prépare ton enterrement.

  Il fronça les sourcils. Il n’arrivait toujours pas à s’y faire !

–         Prévois-moi aussi un gigaï chez Urahara.

–         Je vais aller me prendre un petit remontant, je crois que j’en ai besoin. Je vous laisse.

–         Je vais revenir à la clinique tout à l’heure.

–         Comme tu veux… Je pense que tes sœurs voudront venir te voir après avoir appris la nouvelle.

Ichigo hocha la tête et passa un bras autour des épaules de son père. Ce dernier ébouriffa les cheveux de son fils et finalement le laissa seul avec son mari qui était devenu bien silencieux ! Shinji et Ichigo se regardèrent quelques instants.

–         Je vais aller voir mes sœurs…

–         Fait comme tu le sens.

  Ichigo se rapprocha du blond et brossa ses lèvres contre les siennes. Shinji s’accrocha à son shihakusho comme à une bouée de sauvetage.

–                Ichi, murmura Shinji avec tendresse lorsque le baiser se cassa.

Leurs fronts se touchaient et ils restèrent un petit moment dans les bras l’un de l’autre, indifférents à ce qu’ils se passaient autour d’eux. Finalement, l’orangé allait partir quand une très forte pression spirituelle se fit sentir. Les deux vizards eurent un air surpris. Ils cherchèrent immédiatement à localiser l’endroit d’où pouvait provenir cette pesanteur malsaine.

–         T’es pas obligé de venir, tu sais.

–         Te laisser seul ? Tu vas encore faire des conneries… Je t’accompagne !

  Ichigo sourit. Les deux hommes utilisèrent le shunpo pour se déplacer plus rapidement vers les lieux où les Souls Evil étaient apparus. Une vingtaine d’entre eux avaient envahi la ville Karakura. Aucun des deux et sans se concerter, ils se transformèrent en vizards et se lancèrent dans la mêlée.

Le roux en mode bankaï avait l’impression d’être lent. Pourtant, il se déplaçait aussi vite que le lui permettait se transformation. Zangetsu volait, mais la peau de ces Souls Evil était plus résistante que ceux auxquels ils avaient été confrontés jusqu’à présent.

 Il vit jaillir à côté de lui des flèches bleues. Surpris il tourna la tête. Il vit Uryuu qui s’était joint à la bataille. Mais, il ne s’attardait pas et se concentra sur les adversaires coriaces qu’il affrontait. Bientôt, ils furent rejoints par Urahara, Yoruichi et Isshin…

Le combat commençait à devenir plus équitable. Ils se battaient avec acharnement depuis plus de vingt minutes et les zanpakutos commençaient à devenir lourds… La peau particulièrement épaisse des ennemis semblait leur renvoyer comme des vibrations… La fatigue commençait à s’installer… Ichigo évita un céro envoyé par Shinji alors qu’il s’était déplacé pour porter un coup mortel à son adversaire. Il entendit râler son amant malgré le vacarme du combat !

N’étant pas en reste, il utilisa le Getsuga Tenshô pour terrasser à plusieurs reprises pour supprimer deux souls Evils qui l’attaquaient de front. Quand soudain, il se sentit agrippé par son épaule. Il ne s’était pas rendu compte de l’arrivée de l’ennemi derrière lui, tellement concentré sur ceux devant lui. Il entendit un craquement et une douleur fulgurante lui traversa le corps. Il réussit à se dégager en prenant Zangetsu et le planta juste au-dessus de cette même épaule. Ce fut un coup heureux, car il se ficha dans un des points faibles sous le cou du monstre. Ichigo eut quelques minutes d’inattention procurer par la sensation de brûlure intense qui lui vrillaient les nerfs.

Les deux souls Evils profitèrent de la baisse de garde du jeune homme pour porter une attaque. Ichigo s’en rendit compte, mais il comprit dans le même temps, qu’il ne pourrait pas échapper aux coups mortels portés. Une ombre passa devant lui et les reçus de plein fouet. Il vit comme au ralenti de longs cheveux blonds se détacher  du nœud qui les retenait. Le cœur d’Ichigo s’arrêta… Il vit un masque blanc éclater et le corps du vizard se tordre sous l’impact. Une gerbe de sang éclata soudain éclaboussant le jeune homme stupéfait de voir le corps tomber, il se précipita pour éviter qu’il ne tape durement sur le sol.

–      NNNOOOONNNNNNNN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » un véritable cri de rage déformé par le masque du hollow éclata.

Le jeune homme avait les yeux fixés sur Shinji. Son corps semblait se soulever et descendre précipitamment, comme si le fait de respirer lui était difficile. Les combats étaient comme suspendus. Tous avaient tourné leurs visages vers l’orangé qui s’était immobilisé sur le sol, le corps d’Hirako entre ses bras.

–                Shinji ! souffla Ichigo.

–                I.. chigo… murmura Hirako.

Du sang s’échappait de sa bouche et le corps du vizard blond était atteint de blessures mortelles. Ichigo ne se rendit pas compte que son père et les autres spectateurs avaient repris les combats acharnés, le laissant vivre ses derniers instants avec son mari.

–                Tu vois. Je.. te l’a… vais.. B ien. dit… dit-il en un souffle, que… tu… fe.. rai… des… conne. ries.

–                La ferme ! sa voix n’était pas assurée.

Shinji attrapa lentement le cou du jeune homme et lui fit descendre son visage. Lorsque sa bouche se trouva à la hauteur de son oreille, il lui murmura quelque chose auquel son amant répondit par autre chose…

–                Je t’aimerai… toujours Ichi… Vie ta vie…

–                Comment je pourrais la vivre sans toi ? Comment…

–                … feras mon… konso…

–                Bien sûr, mon amour !

Les yeux d’Hirako s’éteignaient tout doucement en même temps que le cœur d’Ichigo saignait et que son esprit se mourrait avec les dernières et lentes respirations de Shinji. Le roux souleva une main de Shinji et la porta à sa bouche. Il embrassa l’alliance et enlaça ses doigts aux siens. Il souleva un peu son amant pour lui permettre une meilleure respiration et se pencha pour lui murmurer tous les mots d’amour qu’il n’avait pas pu lui dire, ce qui fit sourire doucement le blond dont les yeux baignaient de larmes pour finalement se figer.

Ichigo le sentit. Ichigo éclata en sanglots. La main du blessé tomba alors lentement comme dans un film… au ralenti. L’orangé tourna la tête vers lui surpris par le brusque relâchement de l’homme qu’il tenait dans ses bras. Le regard vide du blond lui confirma ses horribles doutes. Un silence de mort suivi !  Ichigo vit une dernière larme coulée des yeux vides de Shinji. Ichigo sera le corps inanimé du blond contre lui et enfouit sa tête dans ses longs cheveux blonds. Il se rassasia de son odeur et de sa présence.

Ichigo ne se rendit pas compte du groupe qui s’était formé derrière lui et qui observait la scène mal à l’aise et perdue devant tant de douleur. Isshin voulut s’approcher de son fils et ce dernier murmura.

–         Ne t’approche pas ! la voix était sourde et oppressée

–         Ichigo… lança Uryuu

–         La ferme ! cria ce dernier. Sa voix avait claqué comme un coup de fouet.

Le corps d’Ichigo semblait maintenant laisser échapper des effluves noirs qui devenaient de plus en plus denses. Sa pression spirituelle se libéra tout à coup… la rage et le meurtre se faisait sentir comme une effluve étouffante et malsaine. Les shinigamis et le quincy présents eurent beaucoup de mal à supporter cette essence faite de meurtre. Une bête s’était réveillée aussi sauvage que ces Soul Evils qui foulaient le sol de Karakura.

Le vizard prit le corps inerte dans ses bras assez délicatement, comme une porcelaine d’une valeur inestimable. Le corps de l’orangé était entouré d’effluves noirs, ses yeux n’avaient toujours pas changé de couleur. Et son visage semblait taillé dans le roc. Il disparut de leurs vus grâce au shunpo. Tous arboraient maintenant un visage inquiet. Où était-il parti ? Et que ferait-il maintenant ?

° 0° 0° 0° 0°

Ichigo était parti se réfugier avec le corps inerte de son amant dans l’ancien entrepôt où autrefois Shinji et les autres vizards l’avaient aidé à surmonter son problème de contrôle de hollow intérieur. Ichigo ne cessait ne caresser ses longs cheveux blonds comme s’il se persuadait que tout cela n’était pas arrivé… qu’il allait se réveiller et lui balancer une vanne du style « Alors tu t’fais du souci pour moi, fillette ?  N’oublie pas que c’est moi qui te protège… Baaaka ! »

Ichigo enlaça le corps à qui il avait fait si souvent l’amour et qui l’avait tant aimé. Il n’était  plus capable de pleurer. Ses yeux étaient noir et or encore et désespérément sec. Il sentit bientôt la présence des autres vizards qui l’entourèrent peu à peu. Ils observèrent la scène n’osant croire à ce qu’ils voyaient. Aucun d’eux n’osa approcher le jeune homme… les effluves noirs circulaient toujours autour de lui et son expression ne présageait rien de bon pour le courageux qui essaieraient de l’aborder. Ils s’installèrent tous sur un rocher attendant que le shinigami finisse par leur raconter ce qui s’était produit.

° 0° 0° 0° 0°

Finalement, au bout de quelques heures Ichigo parla d’une voix atone et leur expliqua tout ce qui s’était produit. Il finit par…

–         C’est de ma faute…

–         Shinji n’aurait jamais survécu si les Souls Evil avaient réussi à te porter le coup lâcha Risa

–         On leur fera payer gronda Kensei incapable de croire que Shinji soit mort en un coup

–         Ichigo, tu ne vas pas récupérer ton corps ? lui demanda Love

–         Il est mort !

Tous regardèrent le vizard stupéfait ! « Pas possible » murmura Risa.

–         Mais… que s’est-il passé ces dernières heures ? demanda Ève un vizard venu prêter son aide.

Un silence lourd vint planer sur la petite communauté.

–         Ichigo lâche Kensei… nous allons nous occuper des funérailles. Ensuite, nous allons prendre possession de nos appartements. Enfin, nous allons nous organiser pour nous permettre de nous venger ! déclara Kensei.

–                Non… Shinji voulait que je lui fasse son Konso. Je vous ai attendu pour le faire… que toute la famille soit réunie ! fit-il d’une voix éteinte.

Ichigo tira Zangetsu et lentement posa la poignée sur le front de son mari. Le corps de ce dernier se volatilisa en milliers d’étoiles brillantes et Ichigo les suivit des yeux le cœur qui se serrait au point de ne plus pouvoir respirer. Ses yeux en levant la tête croisèrent les yeux noisette de Shinji. Il pâlit d’un coup comme s’il avait vu un fantôme et tourna de l’œil.

Tous se retournèrent pour voir pourquoi le shinigami avait eu cette réaction… et virent le gigaï de vizard décédé qui les observaient tous… le mod soul se sentit extrêmement mal à l’aise. Kensei se pencha vers Ichigo et récupéra son insigne de shinigami remplaçant et le posa sur le corps d’emprunt. La pilule sortit par la bouche. Quand ce dernier se fut réveillé, Ichigo récupéra l’alliance de Shinji qui se trouvait sur le sol à côté de lui. Ils quittèrent l’espace qu’ils avaient autrefois construit.  Le gigaï de Shinji avait été enterré dans cet espace où aucun d’entre eux ne remettrait plus jamais les pieds.

° 0° 0° 0° 0°

  Ils s’étaient mis d’accord sur leurs tours de garde et Ichigo passa chez Urahara pour récupérer son gigaï. Ce dernier était entouré de Yoruichi, Gita, Ururu, Tessaï et Isshin et ses deux sœurs. Ces dernières voulurent se précipiter vers lui, mais son aura sombre les stoppa net. Le vizard marcha directement vers Urahara et lui demanda si son gigaï était prêt. Le commerçant observa entre la fente de ses yeux le visage sombre de son interlocuteur… son aura lourde ne laissait présager rien de bon.

  –         Ichigo, commença son père, qu’as-tu l’intention de faire à présent ?

  Seuls les yeux noirs et or se déplacèrent.

–         Cela ne te concerne en rien. Je voulais vous prévenir, sa voix était sourde, elle planait comme une menace, ne vous mêlez pas ces prochains jours de tous les événements qui pourraient se produire dans la ville. Vous risqueriez d’y perdre la vie aussi.

Ichigo prit le colis que lui tendit Tessaï. Il les salua et voulut partir quand Yuzu se précipita sur celui qui était son frère…

  –         Ichigo ne part pas, reste…

  Il tourna juste la tête lentement, ses yeux avaient repris leur couleur ambre, mais vide, puis il se détourna et sortit  du magasin. Il disparut dans la nuit…

 ° 0° 0° 0° 0°

Ichigo était rentré dans son appartement. Il avait revêtu le gigai et repensa à la phrase moqueuse de Shinji « Tu vas connaître les joies de cet objet pratique certes, mais oh combien inconfortable». Un sourire triste éclairait son visage. Il s’était assis sur le sol… la baie vitrée était ouverte. Il observait la lune… les souvenirs affluèrent et les larmes coulèrent enfin sur son visage à présent ravagé par la douleur d’avoir perdu la personne la plus chère à son cœur.

Il se souvint de la dernière fois où il avait contemplé l’astre sur le toit de la clinique familiale. Il entendait encore la voix ensommeiller de son amant quand il avait eu le besoin de se réconforter « “tain Ichigo… tu sais qu’elle heure il est là ? ». Ichigo en regarda sa montre… 5 h 46 du matin ! L’aube apparaîtrait bientôt… « Tu resteras toujours, MON gamin… » son rire résonna dans ses oreilles encore.

  Il se souvint comme des mini-scènes se déroulant dans un cinéma de quartier la fois où Shinji l’avait embrassé la première fois, quand ils avaient regardé la lune sur un toit à Londres et où le vizard lui avait avoué dans un de ses rares moments de romantisme qu’il pensait toujours à lui lorsqu’il regardait l’astre de nuit lors de leurs séparations.

La première fois où ils avaient fait l’amour et la voix de son amant qui vibrait de passion, sa manière de se lui faire la tête ou de lui exprimer sa joie et surtout leur mariage et leur nuit de noces…. Ses yeux si sérieux ou empli de tendresse quand il le voyait au plus mal… « Shinji » murmura Ichigo. Avant de sombrer, les dernières paroles de son amant lui revinrent en tête, un sanglot s’étouffa dans le fond de sa gorge.

  Le soleil s’était levé depuis un petit moment et Ichigo s’était endormi sur le sol froid et rigide du salon… indifférent au monde qui l’entourait… Indifférent à la douleur de sa blessure à l’épaule… indifférent au regard de l’homme qui l’observait depuis un petit moment comme accroché dans le ciel.


Sommaire

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *