Ichigo prisonnier
Perdre la raison

Perdre la raison : 1

Ichigo était pensif, accoudé à son bureau. Il regardait ses devoirs de math et ne se sentait pas très attiré. Mais, confusément il pressentait que le lendemain il y aurait une évaluation surprise. Son esprit revenait à la scène qui s’était déroulée plus tôt dans l’après-midi. Il avait eu dans son casier un papier l’invitant à aller rejoindre une personne derrière le lycée. Par curiosité, il y était allé. Une jeune fille lui avait tendu une lettre et avait déclaré ses sentiments envers lui. Il avait été stupéfait, d’autant qu’il ne se souvenait pas l’avoir vu… Il avait su plus tard qu’elle était dans sa classe en fait !

Bref, tout ça pour dire qu’il avait décliné. Il ne se voyait pas sortir avec une personne qu’il ne connaissait pas comme ça ! C’était bon pour Mizuhiro ou Kiego… Mais lui, il n’envisageait aucune relation sans connaître au préalable un minimum la personne. Et là… pour lui c’était le vide total.

Il réfléchit à ce qu’elle avait bien pu lui trouver… Il ne se trouvait pas spécialement “attirant”. Au contraire, ses cheveux orangés ne lui apportaient que des ennuis. Il n’avait pas d’aptitude particulière. En somme, un lycéen normal qui avait des problèmes de lycéens normaux ! Il soupira légèrement. Il se demandait brutalement, avec qui il aimerait sortir. Ses pensées se tournèrent vers Tatsuki… la fille la plus proche de lui. Impossible, c’était une amie d’enfance et la voyait plus comme un pote qu’une fille finalement. Ensuite, ses pensées se tournaient vers Orihime… Peut-être… Elle était plutôt attirante… En fait, elle était plutôt considérée comme un “canon”, mais ce qui le gênait parfois était sa timidité maladive. Les autres filles de sa classe, à vrai dire, il ne s’en souvenait que très vaguement. Enfin, ce n’était pas sa préoccupation principale. Il se replongea dans ses révisions.

°°0°0°°

Gin Ichimaru s’ennuyait ferme. Il regardait son vice-capitaine lui tendre les différents formulaires qu’il devrait remettre au vieux Yamamoto. Il soupira… Un peu d’action ! Voilà ce dont il avait besoin. Il scruta son vice-capitaine, il ne lui souriait pas comme à son habitude. Il s’était lassé de lui… Trop prévisible ! Et puis, il avait envie de renouveau… Quelque chose qui le fasse jubiler ! Mais quoi ? Et surtout qui ? Telle était sa préoccupation.

Ce qui l’ennuyait encore plus, c’est le fait de devoir aller dans le monde des humains d’ici quelques jours… Il posa son coude sur son bureau et posa son menton sur sa main. Il devait réfléchir à quelque chose… Mais quoi ? Il en oublia de signer les formulaires ayant trouvé une distraction dans le fait de chercher une torture et une proie ! Ses pensées s’étaient tournées sur toute la gente masculine et féminine du Goteï 13… il finirait par trouver quelque chose d’amusant !

°°0°0°°

Ichigo regardait une dernière fois les réponses de son contrôle surprise de mathématique. Une chance qu’il ait prit le temps de réviser la veille. Il était plutôt satisfait. Mais ne savait-on jamais… Une erreur était vite arrivée. À la sonnerie, leur professeur leur demanda de déposer les copies sur son bureau. Ichigo déposa ses feuilles et sortit sans se presser.

Il rejoignit déjà Chad et Tatsuki qui l’attendaient pour rentrer. Ils discutaient joyeusement sur le bord du canal quand Ichigo, qui était pourtant séparé de ses amis d’une certaine distance, rentra dans « quelqu’un », enfin c’est ce qu’il lui avait semblé. Il s’excusa puis se rendit compte qu’il n’y avait personne à part ses amis. Pourtant, ils étaient trop loin pour qu’il leur ait rentré dedans. Voyant l’air interrogateur du mexicain et de son amie d’enfance, Ichigo haussa les épaules et leur dit juste qu’il avait eu une drôle d’impression. Il entendit derrière lui les voix de Kiego et de Mizuhiro qui les rejoignaient. Kiego voulut porter un coup de poing sur l’épaule de l’orangé, mais Ichigo esquiva et lui balança son poing à la figure en échange.

–         ‘tain ! t’es méchant Ichigo !

–         C’est toi qui a commencé !

–         C’est pas vrai… Eh Mizuhiro… T’as vu ce qu’Ichigo m’a fait ?

–         Il a raison Kiego ! Ne viens pas te plaindre, après tout, tu récoltes ce que tu sèmes…

–         Vous vous êtes tous ligués contre moi ??? Hurla Kiego.

Tatsuki se moqua gentiment de lui et Chad resta impassible. Finalement, ils se remirent en chemin. Quant à Ichigo, il ressentait encore sur son bras droit une certaine chaleur… comme s’il était rentré en collision avec quelqu’un. Il se frotta inconsciemment son bras droit.

°°0°0°°

Gin Ichimaru regardait le canal pensif. La mission venait d’être terminée. Rien de bien palpitant comme d’habitude. Il soupira d’ennui. En plus, il n’avait toujours pas trouvé sa prochaine victime. Il était tellement plongé dans ses réflexions qu’il ne vit et n’entendit pas arriver un groupe d’adolescents.

Quand soudain, il sentit quelqu’un le heurter violemment. Surpris, il sursauta et se tourna pour étrangler le malheureux qui avait osé le bousculer, genre Kira. Il entendit surtout une voix masculine qui lui était inconnue. Il tourna la tête et baissa son regard. Il vit une touffe de cheveux oranges. Il observa un adolescent plutôt mignon quoique sa couleur de cheveux ne soit pas ordinaire. Coloration ? Non… Ses sourcils étaient de la même couleur.

Il vit qu’il semblait contrarié à son froncement de sourcil. Gin était persuadé que le jeune homme avait ressenti sa présence. Par contre, il ne le voyait pas apparemment. Il tourna la tête car il avait entendu des voix arriver. Il vit de nouveaux adolescents se précipiter vers l’orangé dont l’un d’entre eux pour lui coller son poing dans l’épaule, mais l’autre l’esquiva et lui envoya son poing à la figure par pur réflexe. Il ne le manqua pas d’ailleurs. Ils reprirent leur route et le capitaine de la 3ème division vit que celui qui s’appelait apparemment Ichigo se frottait son bras à leur point d’impact.

–         Comme c’est intéressant ! Murmura Ichimaru.

Un sourire de satisfaction éclairait son visage. Il ressentit le reiatsu de Kira derrière lui.

–         Pouvons  nous partir ?

–         Oui… oui !

Gin se retourna et croisa le regard perplexe de son vice-capitaine.

–         Quelque chose ne va pas Izuru ?

–         Vous semblez satisfait… Quelque chose est arrivée ?

–         Oh… Oui ! Je viens de me trouver une petite fraise à déguster !

Kira scruta le visage de son capitaine sans comprendre. Il vit au loin le groupe d’adolescents qui divisait tranquillement. Il fronça légèrement les sourcils. “Se pourrait-il… Qu’il se soit trouvé un humain ?” Le blond était incrédule. Mais, il ne pouvait rien dire à son capitaine… Surtout qu’il avait rompu toute relation avec lui depuis quelques semaines. Il en avait le cœur brisé, mais Gin Ichimaru n’était pas le genre à se préoccuper des sentiments des autres et surtout pas de ceux de son subordonné. Il ressentit de la jalousie dans son cœur. Il suivit son capitaine qui s’était mis en route pour retourner au Seireitei.

Que réservait donc encore le capitaine de la 3ème division ?

°°0°0°°

Le repas de famille se passait comme habituellement pour la famille Kurosaki. Autrement dit : Bruyamment. Yuzu qui essayait de calmer son père et son frère, Karin qui était indifférente mais, qui laissait son grain de sel. Finalement, Ichigo monta dans sa chambre. Il s’installa devant son bureau et sortit un magazine de musique. Il finit par se lever, prit ses affaires de nuit et partit prendre une douche.

Il se sentit un peu mal à l’aise tout à coup. Il ne savait pas pourquoi mais il sentait confusément qu’on l’observait. Il était entré dans la salle de bain et posa ses affaires sur le rebord de la baignoire. Il commença à se déshabiller et finit par se retourner. Il plissa les yeux et scruta la pièce. Personne… Son cœur avait battu un peu plus vite. Son malaise ne faisait qu’augmenter. Il soupira et finit par se déshabiller complètement. Il ne s’était jamais senti aussi nerveux. Ses nerfs étaient à vif… Il se morigéna qu’il avait une réaction complètement irrationnelle.

Il prit sa douche lentement. Ichigo se sentait toujours à l’affût, pour il ne savait quelle raison. Son cœur battait toujours précipitamment, et il avait la nette impression qu’on l’observait ! Il shampouina ses cheveux, puis se lava rapidement. Il prit une grande serviette et s’enveloppa à l’intérieur. Il sécha ses cheveux et se rapprocha de la baignoire. Il ne savait pas pourquoi mais son malaise venait de cet endroit. Il prit son boxer et se recula pour s’éloigner de la baignoire. Il enfila son sous-vêtement rapidement. Il finit par s’asseoir sur le rebord de la baignoire et enfila son pantalon de pyjama et sa veste. Son œil dirigé sur le côté gauche.

Il crut ressentir quelque chose sur sa joue. Il s’immobilisa, les yeux agrandis et le souffle court. Il allait se lever mais suspendit son geste. Son cœur maintenant filait à toute allure. Il se leva brutalement et se précipita hors de la pièce d’eau.

Ichigo entra dans sa chambre. Il avait les sourcils froncés. Incroyable, jamais il n’aurait cru ressentir cela. Être traqué comme un gibier ! Le problème, c’est qu’il n’y avait personne autour de lui. Il posa inconsciemment sa main sur sa joue gauche. Il était sûr d’avoir ressenti comme une caresse. Son cœur avait failli s’arrêter. Même maintenant, il sentit brutalement comme une présence dans son dos. Il eut un frisson et se tourna lentement. Toujours personne. Une sueur froide commençait à couler dans son dos. Il se recula lentement, ses yeux étaient plissés comme s’ils essayaient de transpercer l’espace.

Il sentit comme un courant d’air près de lui. Son cœur cessa de battre ! Il se recula et son dos rencontra le mur. Lentement, il sentait une présence se rapprocher de lui. Ses yeux étaient paniqués et il essayait de se trouver une issue. Tout à coup, il sentit une “main” qui s’était placée sur son cou. Il fronça les sourcils un peu plus. Il voulut ouvrir la bouche pour protester ou crier, il ne savait plus trop… Quand une autre main se plaqua sur sa bouche. La respiration d’Ichigo devint saccadée. Il était devenu blême… Que se passait-il ? Il se mit à trembler. C’était quoi, un démon ? Un esprit farceur ? Un fantôme ? Ça n’existait pas ! Tout à coup, il vit les boutons de sa veste de son pyjama se défaire. Ses yeux s’élargirent devant la surprise. Son cœur avait prit un rythme soutenu et lourd, il lui faisait presque mal tellement il était tendu.

Tous les boutons de sa veste avaient été défaits. Ichigo voulut mordre ce qui l’empêchait de crier. L’étreinte se desserra quelque peu. Puis, il se sentit plaqué contre le mur plus durement. “La chose a eu mal ?” Pensa t-il. Et avec horreur, il se rendit compte qu’un pan de veste glissait et laissait à la vue son épaule et une partie de son buste. Il voulut bouger pour refermer la veste mais, l’étreinte qui le tenait se resserra. Il sentit tout à coup quelque chose de mouillé sur le haut de son épaule. Il tourna la tête et vit avec horreur que son épaule commençait à avoir une tâche rouge… Un suçon ? C’en était trop… Ichigo sentit ses jambes plier et il se sentit aspiré dans un tunnel noir !

°°0°0°°

Gin avait réussit à localiser sa fraise. Il l’avait surpris au moment où ce dernier entrait dans la salle de bain. Il le suivit à l’intérieur et cela avait été un vrai régal de le voir se déshabiller mais surtout le fait qu’il puisse sentir sa présence et la lueur de panique qui avait envahi ses yeux. Il s’assit sur le rebord de la baignoire et l’observa se laver et sortir avec un œil circonspect.

Il s’amusa quand il vit que l’orangé avait parfaitement perçu sa présence sur la baignoire. Il croisa ses yeux, mais lui ne le voyait pas. Il le suivit aussi quand il prit la direction de sa chambre à nouveau. Et c’est avec une véritable délectation qu’il se plaça derrière lui. Quand il le vit se retourner pour scruter dans son dos. Les yeux du jeune homme se trouvait sur le haut de son buste.

Il le vit partir à reculons, ses yeux étaient effrayés à présent. Gin s’avança inexorablement sur sa proie. Il ne s’était pas amusé depuis si longtemps. Il prit un malin plaisir à le déboutonner… quand il sentit soudain qu’on lui mordait violemment la paume de sa main.

–         Ahhh ! S’écria t-il. Oh, petite proie tu te défends ? Ce n’est pas pour me déplaire mais…

Il poussa violemment Ichigo contre le mur et fit glisser entre ses long doigts un côté de la veste de son pyjama et plaqua durement sa bouche sur le haut de son épaule. Il voulait lui laisser un petit souvenir de son passage… Et le marquer pour montrer qu’il était sien !

Il sentit tout à coup, le corps qu’il tenait devenir mou. Il le rattrapa juste à temps.

–         Oooohhh ! Tu n’as pas tenu le choc ma petite fraise ? Comme tu m’as plu aujourd’hui, je vais être gentil.

Gin souleva le corps de l’évanoui et ouvrit la couverture et déposa le corps sur le lit. Il prit soin de refermer les boutons, tout en effleurant la chair tendre. Il rabattit la couverture sur lui et ébouriffa les cheveux de son futur amant… De cela, il n’en avait aucun doute ! Il l’avait trouvé tout à fait à son goût et il avait beaucoup de caractère, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

–         J’ai toute ta vie pour te tourmenter ma petite fraise… J’espère que tu vas me donner beaucoup de satisfaction, car à cause de toi, je suis obligé d’enfreindre le règlement ! Je sais, je sais… c’est irresponsable ! Mais tous les deux… Nous allons tellement nous amuser ensemble…

La voix de Gin Ichimaru était très tendre et en même temps amusée. Il se leva et sortit par la fenêtre. Il réintégra la Soul Society. Il se dirigeait vers son bureau quand il ressentit le reiatsu de Kira derrière lui.

–         Capitaine où étiez-vous ?

–         Cela ne te concerne en rien Izuru.

–         Mais… Le Soutaïcho m’a fait vous chercher depuis au moins une heure… Il veut vous voir immédiatement !

–         Oh ? Le Soutaïcho ? Que me veut le vieux encore ? Sa voix avait recouvré son ennui.

–         Allez-vous vous présenter ?

–         Bien sûr… Je n’ai pas le choix de toute façon ! Au fait Izuru… Il est bien entendu que vous ne savez pas où je suis allé !

–         Mais… Je ne sais pas où vous êtes allés !

–         Tant mieux… Bye…

Le capitaine de la troisième division se dirigea vers celui de la première division. Il se doutait qu’il allait se faire passer un savon pour être allé dans le monde des humains sans permission. Comme s’il ne pouvait s’amuser tranquillement sans faire un rapport à chaque fois !


Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *