Perdre la raison

Perdre la raison : 15

Samedi 3 janvier 2009

L’arrancar se retourna surpris. Il vit alors un albinos à lunette habillé d’un costume humain. Il portait un arc dans une main. Son regard froid le scrutait comme pour mieux évaluer sa force. C’était qui se type ?

–         Ryuuken… s’exclama Isshin. Si je m’attendais à ta venue !

–         Tss ! Fit froidement le quincy. Comme si je pouvais te laisser faire seul une mission.

–         Je pensais que tu ne voulais pas m’aider !

–         Je ne t’aide pas… Maugréa l’albinos.

Ryuuken regarda quelques secondes le corps pathétique qu’Isshin tenait contre lui. Lorsque ces pensées furent interrompus par l’arrancar.

–         Vous vous croyez où ? En fait, c’est mon jour de chance… J’ai la possibilité d’éliminer deux shinigamis et un… vous êtes quoi au juste ? Demanda le blond.

Ryuuken leva un sourcil méprisant et tourna son visage sans faire attention au blond.

–         Tu as l’intention de faire quoi ?

–         En fait… fit songeur Isshin. Puisque tu m’en offres l’opportunité… j’aimerai que tu prennes Ichimaru avec toi et que tu le caches. Je vais m’occuper personnellement de cet arrancar !

–         Tu rêves ou quoi ?

–         Ils ne savent pas qui tu es… et tu n’existes plus en fait ! Enfin, sans vouloir te vexer…

Ryuuken foudroya le brun du regard et ses yeux s’abaissèrent vers le corps à moitié mort entre ses bras.

–         Je ne sais pas m’occuper des âmes !

–         Tu sauras te débrouiller tant que je m’occupe de lui. Met le juste en sécurité !

–         Oï… vous voulez un café et des petits fours tant que vous y êtes ! Vous croyez que je vais vous laisser partir ? Surtout cet humain… Fit méprisant l’arrancar.

–         Ce qu’il ne fallait pas lui dire… Murmura Isshin.

Ryuuken fronça les sourcils et se déplaça avec l’Hirenkyaku. L’arrancar fut surpris de le voir disparaître, prendre gin Ichimaru dans ses bras et disparaître à nouveau. Il bondit en avant pour barrer le chemin au binoclard quand il se recula de justesse, un zanpakuto venait de s’abattre sur lui.

–         Bordel !

–         Oh… C’est vilain de jurer ! Ta mère ne te l’a pas dit ?

–         La ferme… Où est-il partit ? C’est qui ce connard ?

–         Que de questions… Mais pour l’instant, tu es occupé avec moi Arrancard !

–         Pas Arrancard, je m’appelle Ilforte Grantz et je suis l’arrancard 15 !

–         Oh… Vraiment très intéressant. Fit Isshin sur le ton de conversation, mais qui n’en avait vraiment rien à faire dans le fond.

–         Connard, tu es qui ?

–         Moi ? Oh… je suis Isshin Kurosaki ancien garde royal !

–         Pardon ?

–         Et en plus, ils sont sourds… Bon… Finit de parler petit, si on passait au chose sérieuse.

–         Puisque tu es un ancien garde royal… autant sortir le grand jeu tout de suite.

Ilforte sortit son zanpakuto et dit « Embroche le Del Toro » et le blond fut recouvert sur une partit de son corps d’une armure blanche ressemblant à un taureau. Isshin siffla entre ses dents et murmura…

–         Impressionnant… Mais est-ce utile ?

Ilforte fondit sur son adversaire mais Isshin se déplaça si rapidement que l’arrancar ne le vit pas surgir sur le côté et lui porter un coup violent derrière la nuque. Le blond partit s’aplatir contre un rocher lourdement. Isshin se déplaçait maintenant d’un pas lent et assuré vers l’arrancar étalé de tout son long sur le sol. Il le vit se redresser difficilement, son masque à moitié cassé. Il reprenait difficilement sa respiration.

–         Salaud ! Je vais te faire la peau…

Mais Isshin, ne lui laissa pas finir sa phrase, en trois coup de zanpakuto bien placé, il découpa son adversaire. Isshin lui dit

–         Tu parles trop petit !

L’ancien garde royal voulu disparaître du hangar sentant arriver d’autres arrancars plus puissants. Il se cacha et dissimula son reiatsu. Il était coincé quoique proche de la porte de sortie. Cependant, l’arrancar aux cheveux bleus qui se tenait dans l’embrasure de la porte ne laissait présager rien de bon à Isshin. Il était beaucoup plus fort que celui qu’il venait d’exterminer. Il écouta comme il le pouvait la conversation qui avait lieu.

–         Grimmjow… s’écria un arrancar

–         Quoi ? Grogna l’arrancar bleuté.

–         Ilforte… Ilforte est mort !

–         Quoi ? S’écria le dénommé Grimmjow. Putain ! Ichimaru est toujours là ?

–         Non… fit un arrancar de forte taille. Il n’est plus là, il a disparu.

–         Trouvez-le ! Trouvez-les plus exactement… Je veux que vous me rameniez la peau des complices qui l’ont aidé à s’échapper !

–         Allons-y ! Fit un homme d’un certain âge très mince.

Les arrancars disparurent sauf le plus fort et leur chef apparemment. Il semblait observer les alentours. Un silence s’installa et finalement au bout de quelques minutes Grimmjow lança

–         Vous foutez pas de ma gueule ! Je sais que tu es encore là… Et je te prie de croire que je vais te faire la peau salopard !

Le silence perdura… Grimmjow s’exaspéra et tira un céro dans la direction opposé et puis un autre un peu en décalé. Puis, il allait remettre cela lorsqu’Isshin sortit de derrière les gros containers qui le dissimulaient.

–         Pas la peine de se fâcher… Murmura Isshin. Surtout lorsque c’est pour mourir !

Grimmjow se tourna vers son adversaire lentement. Il dévisagea l’homme qui se tenait devant lui et compris tout de suite qu’il n’avait pas à faire à un simple shinigami. Ce qui avait du être l’erreur de Ilforte, certainement… Il plissa les yeux et sortit son zanpakuto. Son adversaire avait fait le même mouvement. Il était évident qu’il ne chercherai pas à faire une discussion de salon… Mais lui non plus de toute façon ! Un sourire psychotique vint s’inscrire sur ces lèvres et il fonça sur son adversaire qui para facilement son coup. Grimmjow sentait qu’il allait bien s’amuser aujourd’hui.

Isshin bloqua facilement le premier coup de l’arrancar. Mais sentit vraiment la différence par rapport au premier qu’il avait éliminer. Cette fois-ci, cela ne se passerai pas en cinq minutes. Il fit glisser sa lame contre celle Grimmjow et lorsque sa lame atteignit le bout de celle de son adversaire, il fit pivoter son poignet et attaqua immédiatement l’arrancar par le dessous essayant de le prendre de vitesse et surtout par la force. Mais l’agilité du bleuté lui permit d’esquiver et ce dernier ne manqua pas de porter une nouvelle attaque dans le mouvement…. Isshin eut un sourire, il esquiva le coup et se déplaça avec le shunpo pour prendre le bleuté de vitesse et ce dernier disparut grâce au sunido.

Grimmjow et Isshin se trouvait l’un en face de l’autre leurs lames se trouvant à quelques centimètres de leurs visages.

–         Shinigami, t’as de beau reste !

–         Merci du compliment… tu ne manques pas de vélocité toi-même…

Grimmjow éclata de rire et tout à coup mis sa main à bout portant sur la tête d’Isshin pour lui envoyer un céro. L’ex-garde sourit légèrement et réussit à esquiver l’attaque. Dans le même temps, il porta un coup sous la veste de l’arrancar qui trouva son ventre orné soudainement d’une belle entaille. Grimmjow se recula et porta sa main sur sa plaie. Il fronça les sourcils.

–         Putain de shinigami… J’vais te faire payer….

Isshin n’attendit pas, il s’était diriger vers l’arrancar et porta plusieurs coups violents et particulièrement bien placés. Grimmjow dut reculer sous le déchaînement des attaques. S’étaient devenues une véritable pluie de coups auxquels il avait un mal fou à se défaire. Sa blessure ne l’aidait pas à riposter. Il voyait que l’autre essayait de se débarrasser de lui le plus rapidement possible. Sa vitesse de déplacement le laissait pantois. Pourtant, il réussit à se dégager et eut juste le temps de dire « Déchire panthera » pour se transformer.

Isshin jura entre ses dents. Il allait vraiment avoir du mal à se sortir de là maintenant. Comment allait-il s’en dépêtrer rapidement ? Cependant, Grimmjow eut une fraction d’inattention du à la présence d’un autre arrancar à l’extérieur. Isshin s’engouffra dans le battement de cil de l’arrancar et lui porta un coup d’une extrême violence à bout portant. Il se créa une ouverture et s’échappa au moment où un arrancar encore plus puissant entrait et regarda stupéfait Grimmjow s’effondrer sous sa forme libérer. Isshin savait qu’il ne lui avait pas porter un coup fatal loin de là… mais juste assez puissant pour qu’il puisse s’enfuir. Cela devenait très compliqué soudainement.

Isshin réussit à cacher sa présence et à rentrer chez lui discrètement. Il réintégra son corps et libéra son remplaçant. Il fronça les sourcils. Il était revenu dans sa maison et observa à l’extérieur voir ce qu’il se passait. Il vit quelques arrancars se déplacer. Il n’en avait jamais vu autant dans le monde humain depuis qu’ils venaient régulièrement. Isshin pensa qu’il devait vraiment être discret les prochains jours. Il sortit son portable et contacta Ishida.

–         C’est moi ! Il est toujours vivant ?

–         J’ai cru que c’était toi qui allait y passer « Kurosaki » ? Fit moqueur son interlocuteur.

–         Je l’ai échappé de justesse. Bon sang ! Ils sont de plus en plus nombreux et puissants. Qu’est ce qu’il se passe ?

–         Je ne peux pas te le dire. Par contre, c’est une chance que tu es récupéré le shinigami car il est à bout de force. Je l’ai mis dans la salle d’entraînements des quincy, si tu veux passer pour le voir. Il n’arrête pas de demander après ton fils ! Je lui ai mit quand même des perfusions de réhydratations, je lui amène à manger par intraveineuse également. Il va lui falloir beaucoup de repos. J’ai soigné ce que je pouvait au niveau de ses blessures, mais il faut que tu passes car certaines choses ne sont pas de mes compétences.

–         Je passerai tout à l’heure… là, j’ai tout un groupe d’arrancar devant la clinique.

–         Très bien ! Mais ne tarde pas… Fit froidement le quincy. Car, je ne te garantis pas ça survie. Et je n’y serai pour rien…

–         Je l’avais compris Ryuuken ! Fit doucement le shinigami.

Isshin raccrocha et se dit que pour l’instant, la meilleure chose qu’il puisse faire, c’est de s’occuper normalement. Il se dirigea à nouveau vers sa clinique. Il rangea son matériel quand la porte s’ouvrit derrière lui. Surpris Isshin se tourna avec un grand sourire vers son visiteur et ce dernier se figea en reconnaissant l’homme devant lui.

–         Cela faisait longtemps… Isshin Shiba ou dois-je dire Kurosaki ? Fit la voix traînante du propriétaire.

°0°0°0°0°

Ichigo se déplaçait seul. Il avait demandé à Ikkaku et Yumitchika de le laisser seul pour l’après-midi. Il voulait vérifier au repaire des hasticots vérifier que Gin ne s’y trouvait pas. Il avait demandé à Kisuke de lui donner les détails sur ce fameux endroit. Il n’avait pas été rassuré en entendant le type de personne qu’on y enfermait. En chemin, il eut le malheur de tomber sur Kaïen Shiba qui le regardait maintenant sans sourire mais avec insistance. Pour une fois, il était accompagné par son capitaine qui était ravis de connaître le double de son fukutaïcho. Il l’avait vu de loin lors de son retour de patrouille avec sa division et avait été frappé par la ressemblance des deux hommes. Mais, Shirosaki semblait plutôt sauvage contrairement à Kaïen.

Et le fait que son fukutaïcho justement l’interpelle semblait le mettre particulièrement sur les nerfs.

–         Où allez-vous comme cela ?

–         J’ai pas de but précis…

–         Si loin de la 11ème division ! Fit Kaïen soupçonneux.

–         Je n’ai pas besoin d’une permission spéciale que je sache pour me promener dans le Sereitei.

–         Disons que Zaraki n’aime pas beaucoup que ses hommes se dispersent habituellement.

Ichigo le regarda sombrement. Franchement, ce type lui portait sur les nerfs. Il haussa les épaules et repris son chemin sans répondre.

–         Vous devriez faire attention Shirosaki Kamui ! Fit doucement Ukitake. Ces derniers temps, il se passe des événements tout à fait étranges dans le Sereitei…

Le roux se tourna lentement sur lui-même et plongea ses yeux ambres dans les yeux noirs très expressifs du Taïcho de la 13ème division. Il répondit.

–         Je tacherai de m’en souvenir Taïcho !

–         Voulez-vous que je vous accompagne ? Demanda Kaïen.

–         Vous ne me lâcherez pas… n’est-ce pas futukaïcho ? Rétorqua Ichigo.

–         J’aurai peur qu’il vous arrive quelque chose en fait !

–         Ben voyons ! Maugréa Ichigo.

Il avait réussi à se débarrasser de ces deux acolytes et maintenant, voilà qu’il se coltinait son double. Finalement, il lâcha pour le dissuader.

–         C’est un problème « amoureux » !

–         Oh ? S’exclama Jyuushiro excité tout à coup par la révélation, un grand sourire sur les lèvres.

–         Vraiment ? Rétorqua Kaïen. Raison de plus pour que je vous accompagne… vous pourriez la faire fuir. Vous êtes particulièrement irascible de caractère.

Ichigo leva les yeux au ciel et pour lui clouer le bec lui répondit ironique

–         Qui vous dit qu’il s’agit d’une femme ?

–         Euh…

Kaïen fut pris au dépourvu et Ukitake éclata de rire. Ce dernier prit la parole.

–         Là, c’est sur que pour ce genre de relation, nous ne pourrons pas vous aider !

–         C’est bien ce que je disais… maugréa Ichigo.

Il se retourna et prit une direction au hasard en espérant ne pas être suivit par la 13ème division. Mais, les Dieux étaient contre lui apparemment… puisque Kaïen vit lui emboîter le pas. Ichigo soupira exaspéré.

–         Vous allez me suivre comme ça longtemps ?

–         Vous mentez !

–         Non… Je suis Gay ! Marmonna Ichigo. Maintenant, fichez-moi la paix !

–         Pas possible…

–         Si !

Ichigo continua sa route et essaya de semer son homologue, mais rien à faire ! Il s’arrêta brutalement et foudroya le fukutaïcho du regard.

–         Que cherchez-vous à la fin fukutaïcho ?

–         A savoir qui vous êtes vraiment !

–         J’en ai de la chance. Vous vous êtes découvert un côté Gay ?

–         Non, je suis marié…

–         L’un n’empêche pas l’autre ! Rétorqua Ichigo.

Ce qui sembla choquer et écœurer un peu le fukutaïcho. Ichigo haussa les épaules et repris sa route. Mais une main vint lui enserrer le bras. Le roux attrapa vivement Kaïen par le bras et le tira violemment contre un mur ! Il plaça son coude sous la gorge de son sosie et lui demanda sombrement…

–         Que me voulez-vous à la fin ?

–         Lâchez-moi, je n.. n’arrive plus à respirer.

–         Tss…

Ichigo se relâcha la pression mais observa entre ses yeux mi-clos son vis à vis…

–         Je veux juste savoir ce que vous êtes !

Le roux secoua la tête lentement de droite et de gauche, baissa les yeux et se retourna lentement.

–         Vous êtes obstiné plus que pour votre bien fukutaïcho.

–         Vouloir savoir….

Le soul pager d’Ichigo sonna. L’orangé fouilla dans son shihakusho et le sortit. Il jeta un bref regard d’excuse vers Kaïen et répondit.

–         Shirosaki Kamui

–         Ichigo… C’était Isshin

–         Papa ?

Ichigo ne vit pas Kaeïn sursauter.

–         J’ai retrouvé Gin Ichimaru

Sur le coup, Ichigo ne dit rien. Son père reprit.

–         Il était dans un hangar et dans un sale état. Je vais devoir le soigner pendant quelques semaines je pense. Mais fait attention à toi. J’ai eu la visite de Aïzen Sosuke. Je me demande s’il te soupçonne ou pas. J’ai joué à l’idiot toute la conversation… Mais, je ne sais pas si j’ai réussi à le convaincre. Fait très attention à ce que tu fais et ne te fais pas remarquer.

–         Il est… en vie ?

–         Je l’ai trouvé de justesse. Encore un petit peu et je pense qu’il serait mort. Il faut que tu te débrouille pour revenir dans le monde humain. Je ne comprends pas qu’avec toute l’activité arrancar qu’il y a ici qu’aucune troupe ne soit envoyé à Karakura.

–         Je vais faire mon possible. Mais pour l’instant… Cela va être difficile.

–         Il faut…

–         Je te laisse !

Ichigo raccrocha avec naturelle mais coupant la conversation brutalement. Aïzen venait d’apparaître devant lui et Kaïen.

–         Incroyable ! Fit ce dernier. Si je ne vous avais pas vu ensemble si proche, j’aurai vraiment eu du mal à le croire.

–         Aïzen Taïcho ! Fit Kaeïn.

Ichigo le méprisa. C’était plus fort que lui. Il se tourna pour partir.

–         Shirosaki Kamui… Vous ne semblez pas me porter dans votre cœur.

–         Vraiment ? Ironisa Ichigo. C’est incroyable le nombre d’hommes qui souhaitent que je leur porte attention ces derniers temps ! Recherchez-vous également un nouveau partenaire ?

–         Non… Quoique si vous m’apportiez certains services cela pourraient s’envisager !

–         Oh ? De quel type ? Comment tomber sous un charme ? Ironisa Ichigo.

Aïzen plissa les yeux et rétorqua

–         Cela pourrait toujours rendre service…

–         Je n’en doute pas.

Ichigo s’avança doucement vers l’homme plus grand et eu un sourire d’une extrême candeur sur les lèvres.

–         Hum… je connaissais quelqu’un qui pratiquait ce genre d’exercice, il était tellement doué que ses partenaires en tombaient raide mort !

–         Il devait particulièrement douer effectivement. Je me demande si je le connais.

–         Je ne pense pas Taïcho… Nous n’évoluons pas dans les mêmes sphères !

Ichigo lui tourna le dos et voulu partir mais une main se posa sur son bras encore une fois. L’orangé tourna la tête dans la direction du Taïcho qui avait ce geste familier envers lui et grinça entre ses dents.

–         Lâchez-moi tout de suite !

–         Seriez-vous effrayer ? Shirosaki Kamui ou plutôt…

–         Lâchez-le ! Fit la voix reconnaissable de Zaraki Kenpachi

Aïzen se retourna et rencontra le regard fou du capitaine de la 11ème division.

–         J’ai dit lâchez mon 4ème siège tout de suite !

Aïzen arbora un sourire doux sur les lèvres et lâcha Ichigo lentement.

–         Venez derrière moi, Kamui…

–         Vous ne trouvez pas que c’est à moi de me sentir offensé ?

–         De quoi ? Qu’on vous dise certaines vérités ? Qu’on vous juge selon votre vrai personnalité ? Je ne sais pas ce que vous fabriquez Aïzen Taïcho mais, je vous ai à l’œil !

Après un petit silence où les deux hommes se jaugèrent, Kenpachi ordonna

–         Kamui tu rentres avec moi !

–         Haï Taïcho…

Ils allaient partirent quand la voix d’Aïzen retentit derrière Ichigo doucement.

–         Je n’oublie pas votre proposition.

–         Va te faire foutre connard !

Ichigo quitta le capitaine qui le serrait de près. Kaïen avait observé la scène abasourdis. Il essayait de prendre un air dégagé et allait partir quand Aïzen l’interpella. Ce dernier allait sortir son zanpakuto quand la voix d’Ukitake se fit entendre derrière eux.

–         Oh… Shirosaki est partit ? Dommage… Je le trouve amusant comme garçon. Fit la voix enjouée du capitaine de la 13ème division.

–         Taïcho nous devrions rentrer. Proposa Kaïen mal à l’aise soudain devant Aïzen.

–         Oui, mais j’aimerai passer devant la 8ème division avant. Rétorqua Ukitake.

–         Comme vous voulez Taïcho…

Les deux hommes quittèrent le capitaine de la 5ème division après l’avoir salué aimablement. Sosuke fronça les sourcils. Il devait régler son compte à la 13ème et 11ème division surtout Shirosaki Kamui ou plutôt Kurosaki Ichigo. Il n’avait pas réussit à le faire avouer mais, le comportement étrange du jeune homme vis à vis de lui et ses allusions, cette physionomie… Tout commençait à s’emboîter dans sa tête. Cela n’allait pas être simple !


 chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *