Ichimaru
Perdre la raison

Perdre la raison : 4

Gin était distrait. Il marchait pensivement dans les couloirs de la Soul Society. Comment cet humain avait-il osé le traiter ! Il admettait… Cela l’avait excité ! Gin aimait les rapports de force et celui-là, lui avait procuré sur le moment de la stupéfaction. Comment une victime prise sous la peur… pouvait-elle se défendre de cette manière ? Il soupira.

Il entra dans le bureau de la 1re division. Il se plaça face à Soï Fong qui le regardait toujours avec mépris. Il lui adressa un de ses sourires narquois. Le capitaine de la 5e division vint se placer à côté de lui. Ce dernier lui demanda d’une manière si compréhensive.

  • Vous ne semblez pas au meilleur de votre forme capitaine !
  • Ah oui ? Est-ce que vous êtes toujours aussi observateur ?
  • Toujours lorsqu’il s’agit de la santé de mes collègues.
  • Bien sûr… Je n’en doute pas ! fit ironique Gin.
  • On peut savoir qui vous a griffé de cette manière ?
  • Un chat !
  • Il faudra le faire surveiller. Il a l’air plutôt « sauvage » ! remarqua avec un sourire Aïzen.
  • Il est déjà sous bonne garde… rétorqua narquois le capitaine de la 3e
  • Aurai-je la chance de le croiser un jour ?
  • Pour quelle raison ? Pour vos petits jeux ? Je sais que je suis mal placé pour parler… Mais chez moi, ma comment dirait-je « malhonnêteté est inscrite sur mon front », mais la votre est pire ! Car elle est sournoise !
  • Oh ! Et qu’ai-je fait pour mériter une telle inimitié ?
  • Il suffit d’être un fin observateur pour deviner que quelque chose ne tourne pas rond chez vous !
  • Il faudra me…

La voix de Yamamoto Soutaichō se fit entendre dans la pièce. La réunion des capitaines avait commencé. Les deux hommes se turent pour écouter « religieusement » le discours du vieux Yama -jii. Gin se cacha derrière son éternel sourire, mais, intérieurement il s’inquiéta de l’intérêt manifeste que le capitaine de la 5e division lui portait. Il allait devoir faire très attention à ce qu’il ferait prochainement. Il n’avait pas envie que « sa baie » soit kidnappée par un sadique dans le genre du brun paisible à côté de lui !

° 0° 0°

Ichigo a été tranquille pendant environ deux mois. Au début, cela ne l’inquiétait pas trop… Mais avec le temps qui passait, il devenait nerveux. Lui avait-il fait peur ? Il en doutait… Alors, quand se manifesterait-il à nouveau ? Il soupira… Si seulement, il en était débarrassé pour de bon !

Il se leva de son dernier cour. Il était entouré d’Uryuu, Chad, Inoue, Kiedo, Muzuiro et Tatsuki. Ils rentraient chez eux en longeant le canal. Ichigo ne put s’empêcher de se souvenir qu’une fois, il avait senti la présence de ce type. Il soupira. Que lui réserverait-il la prochaine fois ? Ichigo était bientôt à ne plus dormir. Finalement, au fil des semaines, il finit par l’oublier.

° 0° 0°

Ichigo se dépêchait de rentrer chez lui. Il avait été au cinéma avec ses amis et ils avaient discuté pendant un petit moment après… Résultat, il faisait nuit noire. Ils s’étaient séparés en centre-ville, là où tout était encore bien éclairé. Mais là, Ichigo se rendait compte que pour rentrer chez lui, il devait fréquenter des endroits pas vraiment rassurants, même si on était un homme. Il marcha vite. Il entendit bientôt un bruit comme une branche que l’on écrase. Surpris, il se tourna et vit que la rue à l’éclairage espacé ne laissait pas voir grand-chose.

Il songea un instant que c’était le type invisible. Il se dit que non ! Il lui aurait déjà sauté dessus. Qui cela pouvait-il être ? Il se retourna et reprit sa marche. Il faisait maintenant de grandes enjambées. Il entendit le bruit d’une boite de conserve qui roule. Il stoppa et se dit que là, c’était « le » cliché du film d’horreur ! Il se tourna à nouveau… Personne ! « merde ! » Pensa-t-il. Il reprit sa marche et là, décida d’augmenter la vitesse de son pas. Il entendit maintenant clairement le bruit de plusieurs pas. Il fronça les sourcils.

Cette fois-ci, il ne chercha pas à se retourner et commença à courir comme un dératé. Il entendit le bruit de pas de plusieurs personnes qui lui couraient après et des rires gras d’hommes apparemment. Il accéléra… Mais fut brutalement projeté contre une palissade en bois d’une ruelle transversale.

Ichigo leva les yeux et vit quatre types qui devait avoir dans la trentaine et du type mal rasé et crasseux.

  • Alors p’tit gars ! tu te promènes la nuit tout seul ?
  • Tu es inconscient ou quoi ?
  • Tu sais que ton joli petit cul m’a l’air appétissant !
  • T’inquiète on ne te fera pas mal.

Ichigo sentit qu’on s’attaquait brutalement à la partie inférieure de son pantalon. Il eut la nausée et commença à se débattre comme un beau diable. Il vit qu’il en avait écorché un et un autre reçu un coup de pied bien placé. Il s’affala au sol, mais lui reçut un coup à l’estomac. Il trembla. Une main vint lui attraper les cheveux et lui renversa sauvagement la tête en arrière. Il fit une grimace de douleur, ses yeux étaient écarquillés. « Kami-sama aider moi ! » Murmura-t-il !

  • Kami-sama ? Petit con… il peut rien pour toi ton kami ! Nous ont va te faire passer un sale quart d’heure pour avoir porté la main…

Il fut soudainement interrompu. Ichigo le regarda surpris. Il aurait cru que ses yeux sortaient de sa tête ! Il vit l’homme plier et un crac se fit entendre. Un hurlement de douleur se fit entendre. L’oranger devint blême. Que se passait-il ? L’autre homme qui lui tenait les cheveux, fit alors une horrible grimace de douleur et lâcha sa prise. Il gémit et brutalement se plia en deux. Les deux autres qui voyaient cela étaient effrayés et se reculèrent pour s’enfuir. Celui avec le bras cassé commença à reculer et dire à Ichigo.

  • Tu es possédé ! Tu as le diable !
  • Hein ?

Ichigo n’avait pas compris de quoi on lui parlait. Celui qui lui tenait les cheveux prit soudain ses jambes à son coup et partit à une très grande vitesse. Ichigo avait sa cage thoracique se soulevait rapidement. Il sentit alors la présence et murmura.

  • Gin ?

La seule réponse fut le silence. Par contre, il ressentit près de sa joue une caresse chaude d’un doigt qui vous effleurait la peau dans un doux geste de va-et-vient. Il fronça les sourcils. Il demanda effrayer…

  • Vous allez vous venger pour la dernière fois… C’est cela ?

Pour toute réponse, Ichigo sentit qu’on le soulevait comme une jeune mariée. Il rougit violemment. Tout à coup, il se retrouva dans les airs à très grande vitesse. Ichigo se cramponna à ce qui lui semblait à une veste. Finalement, ses mains trouvèrent les épaules de son ravisseur et il s’y accrocha la vitesse le rendait malade. Il ferma les yeux.

Tout à coup, il sentit qu’ils s’étaient arrêtés. Il ouvrit les yeux et vit qu’il se trouvait devant la fenêtre de sa chambre entre-ouverte ! Ichigo tendit son bras et ouvrit complètement la fenêtre. Il sentit son corps se déplacer et on le poussa gentiment à l’intérieur de sa chambre. Il se mit sur ses jambes surpris. Il observa autour de lui, mais la lumière ne venait que des réverbères extérieurs. Il faisait trop sombre dans la chambre.

Il se recula quand il sentit un corps qui se collait au sien. Il fronça les sourcils.

  • Vous allez me faire mal ? Vous allez vous venger ? Je me défendrai… ajouta-t-il avec tout l’aplomb dont il pouvait faire preuve.

Il sentit sur sa joue encore une caresse. Il arrêta de respirer pour voir d’où venait la menace. Et soudain, il sentit deux bras l’enserrai. Ses yeux s’ouvrirent de surprise. Il voulut se dégager, mais finalement, il se rendit compte que l’étreinte était douce et pas violente comme cela s’était passé 6 mois plus tôt ! Il voulut reculer, mais la poigne malgré la douceur apparente était ferme. Il n’eut d’autre choix que de se raidir. Et il ne se passa rien, si ce n’est qu’il sentait le grand corps contre le sien et sa chaleur et une tête qui étaient posées sur son épaule.

Il se rendit compte au bout d’un moment que ses mains étaient libres. Il pensa repousser la présence, mais il ne put résister à poser une main à tâtons au niveau de sa clavicule et sa main rencontra une masse de cheveux fins et souples. Il fut surpris. Il voulut se reculer et puis la curiosité l’emporta sur la peur ou la gêne. Il répéta l’opération. Ses doigts caressaient lentement les cheveux qui étaient plus longs que les siens sans conteste.

Au bout de quelques minutes, Ichigo commençait à s’engourdir et demanda

  • Je peux bouger ? Je suis engourdi…

Le corps se redressa immédiatement. Ichigo fut repoussé vers le lit et il bascula en arrière. Il allait protester, mais une main se plaqua sur sa bouche pour étouffer les cris éventuels. Mais, pas violemment, juste pour lui faire comprendre que rien de mal n’arriverait. Ichigo se détendit. Le lit bascula et il sentit un corps passé au-dessus du sien pour finalement s’allonger à côté de lui. Il se demandait ce qui allait se passer. Mais rien… Juste quelqu’un qui s’était plaqué contre son corps. Ichigo  perçut sur sa peau de doux effleurements qui restèrent chaste et sans conséquence. Il ne savait pas s’il devait se détendre ou pas. Finalement, il s’abandonna et ses yeux se fermèrent tout seuls. Ichigo était en état d’attente pour voir ce que l’autre allait faire… et il s’endormit sans s’en rendre compte.

° 0° 0°

Gin regarda le jeune homme endormi à côté de lui. Il eut un petit sourire. Pas ceux qu’il accorde ordinairement et pour l’occasion, il en a ouvert ses yeux. Il était venu à nouveau pour taquiner le jeune homme après une longue absence, mais quand il a vu qu’il n’était pas chez lui, il avait cherché fébrilement. Et quand il a perçu son reiatsu ou percé une certaine peur et agitation… il s’était empressé d’arriver sur les lieux. En voyant la scène du jeune homme coincé entre deux types costaux et qui allait certainement lui faire, ce que lui voulait lui faire… il avait senti la colère monter ! Il avait cassé un bras et était prêt à en faire de même pour l’autre. Il avait augmenté son reiatsu pour le rendre dense et pouvoir atteindre ces deux pauvres types. Les deux autres ayant pris la fuite tout de suite.

La seule chose qui préoccupait Gin maintenant, c’était le fait du soulagement qui avait envahi son être de savoir le jeune homme sauf ! C’était somme toute étrange. Déjà, le fait d’avoir été coincé à la Soul Society parce ce que Yama-jii ne voulait plus qu’il revienne dans le monde des humains, Aïzen qui le surveillait… tout cela repoussait sans cesse ses venus.  Ce qui l’avait particulièrement irrité et inquiété et maintenant le soulagement.

Il passa un doigt long et osseux sur le torse du jeune homme reposant tranquillement à ses côtés. Il n’avait même pas peur ! Déprimant ! Allait-il s’ennuyer comme avec Kira ? Gin se tracassa de plus en plus de toute cette situation anormale. Il se pencha au-dessus du visage d’Ichigo. Il était réellement appétissant… Il passa un doigt sur l’ourlet des lèvres du jeune homme. Sa tête appuyer sur une main, il se demandait ce qui pouvait bien lui faire pour faire revenir un intérêt comme une torture, une taquinerie… Non ! Pas moyen !

Il soupira… Il ne voulait pas lui faire ce qu’il faisait aux autres… Gin laissa ses pensées dérivées. Les caresses de ses doigts devenaient de plus en plus précises sur le visage endormi. Tout à coup, le jeune homme se tourna vers lui et se blottit contre lui. L’albinos se raidit. C’était quoi « ça » ? La tête du roux s’était posée sur son épaule et s’était nichée confortablement sur lui. Il sentit bientôt le souffle régulier dans son cou. Que devait-il faire ? Le repousser ? Gin ne dormait jamais avec qui que se soit ! Il se sentait mal à l’aise…

Finalement, il se dit que cela pouvait être une nouvelle expérience. Il se détendit et s’allongea sur son coude et posa son visage près de celui d’Ichigo. Il l’observait entre ses yeux mi-clos. Il enroula son autre bras autour de la taille d’Ichigo et succomba au sommeil lentement, toujours en observant son vis à vis.

° 0° 0°

Le lendemain, Gin se sentit engourdi. Il se rendit compte que quelqu’un l’avait enlacé et le tenait fermement. Qu’est-ce que cela ? Puis, il se souvint qu’il était dans le lit de sa fraise. Il voulut se déplacer, mais le jeune homme ne voulait pas le lâcher.

  • Manquait plus que ça ! Je ne suis pas un « doudou » ! En plus, je ne pense pas en avoir la tête…

Le jeune homme grimaça quand Gin voulut encore une fois se détacher ! Après bien des manipulations, il réussit à se sortir de l’étreinte du jeune homme. Pour finalement se retrouver en équilibre à quatre pattes au-dessus du roux. Se dernier se retourna brutalement et sentant une chaleur au-dessus de lui attrapa Gin par son cou. Ce dernier se trouva coincé sur le torse du jeune homme.

  • Merde ! jura l’albinos.
  • Pourquoi tu râles ? demanda la voix endormie du jeune homme.

Ichimaru fut surpris par les paroles du jeune homme.

  • Tu m’entends ? souffla Gin.
  • Bien sûr ! marmonna le plus jeune.
  • Tu peux me lâcher ?
  • Non… trop confortable ! ronronna l’oranger.
  • Confortable ? s’exclama Gin plus fort.

Ce qui eut pour effet de réveiller l’oranger qui relâcha son étreinte et observa hasarde la pièce.

  • À qui je parlais ?
  • Ichigo ?
  • Mince alors… j’ai des hallucinations. Non, ça, c’est pour la vue. Pour l’ouïe c’est quoi ?

Gin observa perplexe le jeune homme. En voilà une egnime. Il sentit soudain le reiatsu de Kira. Il se leva rapidement et sortit de la pièce après avoir jeté un dernier coup d’œil au jeune homme. Trop adorable songea-t-il.

Ichigo lui était perplexe. Il était sûr d’avoir parlé à quelqu’un… Mais à qui ?


Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *