Gin x Ichi 1
Perdre la raison

Perdre la raison : 5

Vendredi 28 novembre 2008


Ichigo y pensa toute la journée… Il savait que Gin l’avait « sauvé » la vieille des voyous. Ce qui le laissait perplexe, c’est qu’il n’ait pas cherché à se venger ou à lui faire quoique ce soit de préjudiciable. Gin… Une énigme pour lui. Il réfléchit… il était sûr d’avoir parlé dans son sommeil et d’avoir entendu une voix distinctement. Pourquoi ne lui avait-il rien fait ? Il était sur d’avoir dormi avec lui durant la nuit… Pourquoi s’était-il senti si bien ?

Cela occupa toutes ses pensées au retour vers la clinique. Avant de rentrer, il s’arrêta au bord du canal et regarda les rives d’un air pensif. « Gin… » ! Que lui arrivait-il à la fin ? Il se rongea un ongle. Il ferma les yeux quelques instants. Il eut alors l’impression d’une caresse dans son cou… Surpris, il se tourna et rencontra le vide.

–         Gin ? Murmura Ichigo.

Seul le silence lui répondit. Il fronça les sourcils et se rendit compte qu’il ne ressentait rien autour de lui. Son imagination lui jouait des tours. Il reprit son sac qu’il avait posé à terre. Il se dirigea lentement vers sa maison.

°0°0°

Kira observa le jeune homme froidement. Il l’avait vu sortir de ses cours fortuitement et avait décidé de le suivre. Sans conteste, c’était bien lui que son Taïcho poursuivait de ses assiduités. Son cœur se serra à cette pensée. Lui, il aimait Gin depuis tellement d’années et ce gamin lui avait pris le seul être qu’il aimait, qu’il admirait. Le pire c’est qu’il ne lui manifestait aucun respect. Qu’il ne le voyait pas, qu’il… Izuru, pour être sûr que le jeune homme sentait bien les présences, avait caressé le cou du jeune homme. Il fut surpris que le jeune homme l’appelle Gin ! Il devait trouver quelque chose pour les séparer. Mais quoi ? Cela prendrait le temps qu’il faudrait, mais il savait qu’il devait agir avec prudence. Si son capitaine savait ce qu’il projetait, il ne donnait pas cher de ces jours !

°0°0°

Gin chercha Kira et ne le trouva nul part. Où était-il passé ? C’était rare que son vice-capitaine quitte ses côtés. Il traversa la cour et se dirigea vers ses hommes qui se situaient au milieu de cette dernière. Ces derniers étaient ravis de le voir. Il leur demanda, s’ils savaient où était passé Kira. Aucun ne sut. Sauf, une petite nouvelle. Elle interpella son capitaine, trop heureuse de lui rendre service.

–         Taïcho… Excusez-moi !

–         Oui ? Fit la voix moqueuse de Gin.

–         Euh, j’ai vu le vice-capitaine tout à l’heure…

–         Oh ? Où est-il ?

–         Dans le monde des humains.

–         Pardon ?

–         En fait, on m’a chargé d’amener des documents à la première division et j’ai nettement vu le vice-capitaine se diriger vers le Dangaï. J’ai cru qu’il partait sous vos ordres.

–         Sans personne ? Sa voix était soucieuse.

–         Excusez-moi Taïcho… Je ne savais pas !

–         Merci de m’avoir donné cette information… Euh ?

–         Hakami ! s’écria cette dernière.

–         Bien, bien.. Hakami-chan, je veux que la prochaine fois vous me disiez immédiatement une information de ce type. Vous pouvez retourner à votre poste.

–         Très bien Taïcho.

« Que faisait Kira dans le monde des humains ? Utiliser le Dangaï ? Je vais le surveiller d’un peu plus près. » Gin réfléchit profondément à la situation. C’était incroyable comme son lieutenant avait un « bon timing » quand il se trouvait en présence d’Ichigo. Il eut un mauvais pressentiment. Mais, il lui fallait aller dans le monde des humains. Il sentait qu’il allait y avoir des complications. Il craignait pour Ichigo.

Tant pis pour sa future punition. Il se dirigea rapidement vers le tunnel qui le conduirait dans le monde des humains. Il arriva devant la ville de Karakura. Il essaya de percevoir le reiatsu de Kira. Il fronça les sourcils. Il ne le détecta pas. Il traversa rapidement la ville et partit directement vers la maison de sa fraise. Il arriva devant la fenêtre et vit que cette dernière était un peu entrebâillée. Il poussa lentement la vitre et entra dans la chambre. Il vit sa fraise en train d’écrire. Il s’approcha et regarda la pile de devoirs que le jeune homme devait absorber.

Ichigo se tourna vers lui en fronçant les sourcils. Il murmura :

–         Gin ?

Sa voix était inquiète.

–         Oui, c’est moi ma petite baie. Mais bien sûr le jeune homme n’entendit pas.

Il reprit…

–         Toute la soirée, j’ai senti une présence… Je deviens fou ou quoi ? Grommela t-il.

Gin fronça les sourcils. Il leva alors un doigt vers Ichigo et lui caressa doucement la joue. Le visage du jeune homme s’éclaira.

–         Là, je suis sûr que c’est toi !

–         Oh… Heureux de « me voir » ! Il était ironique.

Que voulait dire Ichigo par « ressenti une présence toute la soirée ». Ichigo se leva tout à coup et s’avança vers le capitaine de la troisième division. Il plaça ses mains devant lui comme s’il était aveugle. Ses mains rencontrèrent un bras replié. Ichigo sourit et fit glisser l’une d’entre elle vers le haut de son épaule pour finalement glisser à l’intérieur des cheveux de l’albinos. Ce dernier eut un frisson. La main chaude sur lui ne le laissait pas indifférent. Le visage du jeune homme était levé vers lui confiant. Comment en était-il arrivé là ?

Il se pencha soudain, mu par une envie soudaine de l’embrasser. Ichigo écarquilla les yeux. Mais, ce n’était pas une agression comme les précédentes. Les lèvres étaient douces et souples contres les siennes. Il finit par lui rendre les mêmes caresses. Gin emballa un bras autour de la taille du plus petit qui se laissa aller contre lui. C’était très agréable pensa t-il. Il en voulut plus et lentement, il fit glisser sa langue vers les lèvres entrouvertes devant lui. Ichigo hésita et finalement, il lui laissa le passage.

L’albinos, mu par une nouvelle envie glissa alors ses bras sous les fesses d’Ichigo et le remonta à sa taille. Il le plaqua contre le mur et entreprit de découvrir sa bouche si tentante d’une manière moins virginale. Ichigo semblait surpris sur l’instant et finalement, il glissa ses bras et ses jambes autour du corps du plus vieux. La proximité qu’ils avaient l’un de l’autre, le désir, ils le ressentaient tous les deux. Une des mains d’Ichigo s’était perdue dans les longueurs des cheveux de son amant. Ce dernier jouait avec la langue de son partenaire, la goûtait, la testait, la taquinait dans un mouvement tantôt sensuel lent ou rapide. Leurs lèvres ne se descellaient pratiquement pas, juste pour laisser passer un peu d’air. Ils étaient hors d’haleine.

Les mains de l’albinos couraient en même temps sur le corps qu’il avait coincé entre lui et le mur. Il défit rapidement les boutons de la chemise et Gin abandonna sa bouche pour descendre le long du corps du plus jeune. Cette chair tendre et douce… Fit frémir le capitaine. Sa langue glissait le long du lobe de son oreille. Ichigo gémit lorsque cette dernière stationna entre le lobe et la mâchoire. La bouche de Gin descendit le long de la gorge et il égratigna légèrement la peau tendre. Il mordit un peu plus fort la peau lorsque ses dents arrivèrent au niveau de la clavicule du jeune homme. Ce dernier sursauta et se mit à trembler. Un gémissement sourd fut émis par l’adolescent.

Gin, ne pouvant plus résister, le souleva encore une fois sans pour autant quitter leur position et le posa sur le lit. Il était tellement adorable avec ses joues légèrement rosées. Il se plaça au dessus du jeune homme et entreprit de caresser le torse de l’oranger. Ce dernier sursauta quand les doigts de l’albinos pincèrent et caressèrent son mamelon. Ce qui amena un léger sourire sur la bouche du capitaine. Il se pencha et sa bouche pris le relais de ses mains. Ichigo soupira et ses mains glissèrent sur la tête de l’albinos.

–         J’aimerai tellement que tu m’entendes, Ichigo, murmura Gin !

Ichigo se raidit. Il reprit son souffle et murmura…

–         Je t’entends…

–         Oh ? C’est vrai ?

Mais, le silence reprit place. Hum… Gin commençait à comprendre ce qui se passait dans la tête de son amant. Et reprit ses caresses lentement et sensuellement. Sa bouche descendait sur les muscles fins de son ventre, sa langue jouant sur le nombril du plus jeune qui soupira encore.

–         En fait, tu m’entends… Lorsque tu es très détendu et que tu n’es pas aux aguets.

–         Pardon ?

–         C’est exactement ce que je pensais ! Je suis sûr que tu pourrais aussi me voir.

Gin déshabilla rapidement le jeune homme. Ichigo était passé au rouge pivoine. C’était difficile de faire l’amour avec une personne qu’on ne voyait pas ou que l’on pouvait à peine entendre. Gin voyant son air déconcerté, se dit qu’il ferait mieux d’éteindre la lumière, sinon le roux ne se détendrait jamais. Il disparut rapidement et éteignit. Il en profita pour enlever ses vêtements. Tout tomba en désordre et pour la première fois Gin abandonna son air perpétuellement moqueur. Et se pencha sur l’homme allongé. Il glissa ses bras de part et d’autre de son visage et entreprit de mouler son corps à celui du plus jeune. Gin eut un léger sourire en voyant le teint coquelicot d’Ichigo malgré le fait que la pièce était sombre.

Il cueillit sa lèvre inférieure et reprit son jeu avec ses lèvres et sa langue. Il sentit le jeune homme se détendre dans ses bras. Gin sentit deux mains qui parcouraient son dos sensuellement. La pulpe des doigts du jeune homme effleurait tendrement ses muscles fins et longs. Ce qui sur l’instant lui donnait une impression de chaleur pour être remplacé par une sensation de fraîcheur une fois que la tendresse de ses doigts ait quitté le carré de chair caressée. Ses mains qui remontaient dans ses cheveux et qui les caressaient, les ébouriffaient, jouaient avec la longueur, qui s’entortillait… Cette expérience était complètement différente de tout ce qu’il avait vécu auparavant que ce soit avec des hommes ou des femmes.

Mais là où cela surpris l’albinos, c’est quand le corps sous lui se mit à bouger sensuellement. Leurs membres gonflés entrèrent en contact, Gin ne put retenir un gémissement accompagné de celui de sa fraise. Il décida de descendre explorer ce corps offert. Sa bouche suça avec délectation cette peau bronzée et pleine de vie. Elle tranchait tellement avec la sienne si pâle en comparaison. Il eut un frisson.

–         Tu m’appartiens Ichigo…

–         Mais… Nous… Nous n’avons pas de relation !

–         Tu appelles ce que l’on fait quoi là ?

–         …

–         C’est bien ce que je disais… Tu n’appartiendras qu’à moi Ichigo, que ce soit ici ou dans l’autre monde !

–         Autre monde ?

Gin ne répondit pas il avait repris ses caresses. Il reprendrait plus tard. Ses longs doigts fins avait glissé sur la virilité dressée et entreprirent de faire des mouvements de va et vient tantôt rapide, tantôt lent. Les gémissements devenaient plus lourds.

–         Gin… S’il te plaît…

–         Quoi ? susurra t-il à son oreille.

L’albinos vit son air déconcerté et il l’encouragea. Il se plaça contre son oreille et lécha sensuellement la naissance de sa mâchoire.

–         Dis-moi Ichi et je le ferai…

Sa voix était lourde et profonde.

–         Gin…

Sa voix n’était qu’un soupir car les doigts experts du capitaine de la 3ème division continuaient leurs caresses. Mais, les mots ne parvenaient toujours pas à passer le pas de sa bouche.

–         Tu n’as pas être gêné par tes désirs…

–         Gin, soupira le roux… S’il te plaît… Lèche-le ! C’était sorti précipitamment.

L’albinos eut un petit sourire.

–         Tout ce que tu veux !

Et Gin glissa son long corps contre celui d’Ichigo pour lécher avec le bout de sa langue la tête du sexe de l’orangé qui trembla. Gin goûta le liquide qui sortait et continua à le lécher consciencieusement jusqu’à ce qu’un mouvement de bassin inconscient lui fit plaquer le bassin du plus jeune sur le lit. Il attrapa la verge dans sa bouche et un gémissement sourd se fit entendre au dessus de lui. Il en profita pour glissa un doigt. Le corps du jeune homme se raidit légèrement, mais la bouche qui lui procurait du plaisir lui fit oublier quelque peu la visite incongrue dans le bas de son corps. L’albinos tritura l’entrée étroite. Des soupirs plus prononcés répondaient à ses caresses. Il plaça un deuxième doigt. Il s’était redressé et regardait le corps de son amant qui se tortillait. Il fit un mouvement avec ses deux doigts, comme un mouvement de ciseaux.

–         Gin… Murmura Ichigo.

–         Oui ?

–         Je me sens bizarre…

–         Ça va passer, ne t’inquiète pas… Il faut juste que tu t’habitues. Tu vas aimer ça… Attends.

L’albinos glissa un troisième doigts et entreprit de trouver la tâche douce et sensible. Cette petite boule de nerfs qui le ferait se sentir bien. Il la trouva et instantanément le corps d’Ichigo s’arqua contre lui. Gin était contre lui à présent… Il bâillonna Ichigo avec sa bouche pour recueillir ses cris. Il finit par ressortir ses doigts et plaça son propre sexe au bord de l’entrée, il regarda le jeune homme où il vit une lueur d’appréhension.

–         Je vais essayer de te faire le moins mal possible et d’ici peu, tu te sentiras bien. Fais-moi confiance.

Ichigo hocha la tête et essaya de se laisser aller ! Gin entra lentement, laissant à son jeune amant le temps de se faire à son intrusion. Voyant sa crispation, il se retira tout aussi lentement pour mieux pénétrer à nouveau. Il essaya de toucher encore cette fameuse tâche et bientôt le corps bronzé sous lui bougea et s’arqua contre lui. Gin faisait de gros efforts pour se maîtriser et son corps perlait de sueur. Mais en même temps, il apprécia tellement ce rapport tellement différent qu’il était prêt à patienter le temps qu’il faudrait. Il eut un sourire à lui-même. Une autre forme de torture en somme.

Leurs corps bougeaient de plus en plus vite et Gin essayait d’écraser les gémissements de plus en plus violents d’Ichigo. Soudain, Ichigo sembla un peu plus tendu et gémit entre ses dents :

–         Je.. Je vais..

Pas besoin d’un dessin. Il accéléra un peu plus et prit le membre du plus jeune entre ses doigts et fit glisser sa main. Ichigo s’arqua un peu plus et rejeta la tête en arrière, essayant de maîtriser son plaisir, Gin quand à lui ne pouvait plus, il sentit la sensation familière au creux de ses reins puis sentit partir sa semence. Ichigo quand à lui s’était répandu sur la main de Gin et son torse.

Les deux hommes essayaient de reprendre calmement leurs respirations. Gin s’allongea à côté d’Ichigo. Il était lessivé. Le fait de se retenir tout le temps, avait été épuisant pour lui. Il observa du coin de l’œil son amant qui avait la poitrine qui se soulevait encore de manière désordonnée.

–         Ichi tu m’entends encore ?

–         Oui… murmura le roux.

Ce dernier se tourna vers lui et ses doigts effleurèrent sa peau. Il en frissonna. Les caresses de ce gosse avaient un curieux effet sur lui. Ses doigts remontèrent vers le visage de l’albinos qui attrapa avec sa bouche l’index qui avait effleuré ses lèvres. Il le lécha et le suça avec attention.

–         Tu sais ce que je suis ?

–         Non… murmura le roux.

–         Tout à l’heure, je ne voulais pas te le dire… J’ai eu peur que tu ne sois effrayé.

–         C’est… Qu’est ce que tu es ? Un fantôme…

–         Un esprit certes, mais avant tout un dieu de la mort !

Petit silence… Ichigo hésita et finalement lui dit…

–         Dieu de la mort comme dans Death Notes ! Une image d’horreur se forma sur le visage d’Ichigo qui pensa à Ryuk. Il déglutit péniblement…

Gin voyant son air dégoûté fronça les sourcils et demanda…

–         C’est quoi « Death Notes » ?

Ichigo voulut en avoir le cœur net. Il se leva, prit un manga et le lui tendit. Ichigo vit le livre flotter et les pages se tourner et bientôt un rire moqueur se fit entendre.

–         Je comprends mieux ton air de dégoût… Viens près de moi Ichigo.

Ichigo vit la couverture se soulever et il se glissa sous les draps. Il sentit le corps chaud de Gin contre lui. L’albinos prit les mains du jeune homme et les posa sur son visage.

–         Découvre-moi !

–         Gin… souffla Ichigo.

Cependant, les mains d’Ichigo parcouraient le visage du bout de ses doigts. Une image se forma dans sa tête lentement. Gin mordilla la paume de sa main et finalement murmura à l’oreille de l’orangé.

–         Et si on dormait maintenant…

Ichigo hocha la tête. Il se sentait vraiment fatigué pour le coup. Il se blottit plus près. Leurs fronts se touchaient et ils tombèrent rapidement dans le sommeil.

°0°0°0°

Au petit matin, Ichigo se réveilla car il lui semblait avoir entendu un bruit. Il leva les yeux et il vit un homme très grand, très mince resserrer son obi blanc. Il arborait un air grave. Il ne voyait pas ses yeux car ils semblaient fermés. Ichigo le trouvait vraiment attirant. Ses cheveux argent le laissèrent perplexe. Il se pencha et attrapa une veste blanche et la passa au dessus de son kimono noir. Il l’ajusta et il jeta un œil vers Ichigo.

Il rencontra ses yeux qui étaient arrondis de surprise.

–         Ichigo… Tu me vois ? Fit la voix surprise de Gin.

L’orangé s’assit et hocha la tête. Gin se déplaça vers lui et s’assit juste à côté de lui. Il posa un doigt sur la joue du jeune homme tendrement. Il ouvrit ses yeux et Ichigo rencontra des yeux bleus.

–         Je suis tellement heureux que tu puisses enfin me voir…

–         Pas autant que moi…

Gin eut un petit sourire et lui dit d’une voix douce…

–         Rassuré maintenant sur mon apparence… Euh, au fait… Je n’aime pas les pommes ! Il se pencha et embrassa le jeune homme. Il le scruta un instant et lui dit…

–         Je ne sais pas quand je reviendrai Ichigo. Je ne fais pas ce que je veux. Alors, s’il te plaît sois prudent. Gin hésita et finalement lui avoua. J’ai beaucoup d’ennemis et certains pourraient s’en prendre à toi. Ils peuvent prendre toutes les formes. C’est la première fois que je tiens à quelqu’un… Alors fais attention.

–         Que veux-tu dire par toutes les formes ?

–         Gentillesse, sollicitude, amitié… On ne se méfie jamais de cela… Je suis quelqu’un de foncièrement « méchant », mais je pense qu’on le sent immédiatement. Certaines personnes peuvent ressembler à des anges et pourtant… être les pires démons. Je parle en connaissance de cause. Alors, ne te laisse pas abuser.

–         C’est vrai que t’es bizarre…

–         Merci ! Gin rit doucement.

Il se leva et s’apprêtait à le quitter.

–         Tu pars ?

–         Je suis obligé Ichi. Je te promets de revenir, mais tu ne risques pas de me voir tout de suite, le vieux Yama va certainement me punir pour ma sortie non réglementaire. À bientôt Ichi…

Et Gin disparut en un instant. Ichigo se leva et passa un caleçon et un t-shirt. Il s’allongea de nouveau dans son lit et resta les yeux fixés au plafond. La veille, il avait été tellement tendu d’être observé pendant un bon de temps que lorsque Gin lui avait caressé la joue comme il le faisait habituellement, il en avait été soulagé. Il avait succombé à ces avances et maintenant, il avait fait l’amour avec ce même homme. Un genre de relation impossible… Qu’allait-il se passer maintenant pour eux ! D’autant que cela semblait compliqué à son amant de venir lui rendre visite… Et son avertissement… Il ferma les yeux et se rendormit quelques minutes plus tard !


Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *