Gin
Perdre la raison

Perdre la raison : 7

Ichigo avait sympathisé avec Rukia. Cela faisait trois mois maintenant depuis la lettre. La shinigami voyait bien que le jeune homme se languissait. Elle ne comprenait pas comment on pouvait se languir de Gin Ichimaru… Mais se dit que l’amour était aveugle ! Mais, grâce à Ichimaru et à Ichigo maintenant elle avait un toit pour dormir quand elle venait dans le monde des humains. Ichigo et elle avaient persuadé Isshin de la faire vivre chez lui. Donc, Rukia dormait dans la chambre de ses sœurs. Par reconnaissance, Rukia lorsqu’elle retournait dans le monde de la Soul Society s’arrêtait à la troisième division. Ce qui exaspérait maintenant Kira.

°0°0°0°

Ce matin-là, d’ailleurs, il regarda arrivé la shinigami de la 13e division se diriger vers le bureau de son capitaine. Mais quel était donc le problème personnel de Rukia que seul Gin pouvait régler ? Leurs rencontres étaient toujours brèves. Et ils ne se voyaient plus après. Il se demanda quand les visites de Kuchiki avaient lieu… Et si c’était lors de son retour du monde humain ? Non, elle ne connaissait pas l’humain… et si, justement ?

Il du annoncer la jeune femme à son chef. Cette dernière était de plus en plus détendue lorsqu’elle le rencontrait d’ailleurs ! Elle entra en remerciant le blond. Elle ferma la porte derrière elle et s’approcha du capitaine de la 3e division.

  • Alors ?
  • Il va bien…
  • Pas de visites intempestives ?
  • Non, je n’ai pas vu Aïzen comme vous le pensiez lors de cette sortie.
  • Hum… Que me réserve ce capitaine ?
  • Vous êtes sur de vous Taïcho ?
  • Je t’ai répété exactement ce qu’il m’a dit…
  • C’est que… J’ai du mal à voir le capitaine de la 5e division sous cet angle !
  • Je me doute… Bon… Peut-être me suis-je trompé ? Après tout… personne n’est infaillible !
  • As-tu un courrier pour moi ?
  • Oh… J’allais l’oublier !

Elle fouilla dans son shihakusho et sortit une lettre soigneusement pliée.

  • J’espère que vous pourrez retourner bientôt dans le monde des humains.

Gin prit le courrier qu’elle lui tendait et eu un petit sourire.

  • J’y retourne demain…
  • C’est vrai ?

Le ton ravi de Rukia arracha un sourire moqueur à l’albinos.

  • Je me demande maintenant, si ce n’est pas à vous plutôt qu’à moi que cela fasse très plaisir…
  • Je pensais à Ichigo. Il vous aime beaucoup… enfin, vous le savez déjà ! Et je suis vraiment contente qu’il puisse vous voir à nouveau.

Gin sourit légèrement…

  • Vous avez l’air de beaucoup l’apprécier également…
  • Oh, il n’est pas forcément facile à vivre. Il ronchonne tout le temps, il a l’air d’être de mauvaise humeur tout le temps, mais, à côté il est serviable et aide tout le temps. C’est un très bon ami !
  • J’espère qu’il n’y a pas plus…

Rukia le regarda stupéfaite.

  • Non… s’écria-t-elle. C’est juste un ami. Je l’aime bien…

Elle faillit ajouter quelque chose, mais se retint juste à temps.

  • Vous alliez ajouter quelque chose ?
  • Non… cela n’a rien à voir avec Ichigo de toute façon.
  • Vous aimez quelqu’un d’autre ?

La petite shinigami rougit violemment, ce qui amena un autre sourire sur le visage de l’albinos.

  • Je vous souhaite bonne chance…
  • Merci !

Jamais Rukia n’aurait cru pouvoir parler avec Gin Ichimaru de sa vie sentimentale. Mais qu’est-ce qui se passait donc dans sa vie ?

  • Je vous prie de m’excuser. Mais, je vais devoir rejoindre mon frère…
  • Faites… et merci !

Il agitait l’enveloppe. La jeune femme hocha la tête et quitta les lieux. Elle était encore un peu rouge en sortant du bureau. Kira la scruta sans qu’elle ne s’en rende compte. Mais, il ne s’attarda pas à ce problème-là, mais à celui que représenteraient leurs sorties de quelques jours dans le monde des humains… et le fait qu’un certain roux allait recevoir la visite de son capitaine.

°0°0°

Gin repensa aux paroles d’Aïzen lors d’une précédente réunion de capitaine.

  • Vous semblez de meilleure humeur actuellement Ichimaru ! Auriez-vous quelque chose qui vous fasse vous sentir bien ? Donnez-moi la recette… Je suis sûr que je l’apprécierai aussi !

L’albinos s’était tourné calmement vers le capitaine de la 5e division.

  • Je ne savais pas que mes humeurs vous préoccupaient ? Auriez-vous un quelconque penchant pour ma personne ? Fit Gin avec un sourire moqueur.

Il arborait son visage de renard… Aïzen ne se laissa pas démonter.

  • Disons que je m’intéresse à la santé de mes collègues. À un moment donné, vous paraissiez si… contrarié !
  • Oh… et le fait de me voir si « réjoui » vous émeut ?
  • Je me demandais juste comment vous étiez passé d’une humeur si sombre à une humeur si « gaie » !

Ichimaru le scruta derrière ses paupières mi-closes.

  • Peut-être l’effet de ne plus être convoqué dans le bureau de Yama ces derniers temps ?
  • C’est vrai que vous vous êtes bien tenu depuis quelque temps… Tiens, en parlant de cela… Je dois aller dans le monde des humains fin de semaine.
  • Oh… voyez-vous cela…
  • Je vais peut-être m’accorder une petite pause… pour manger des « fraises » ! Ce n’est pas la saison en ce moment ?

Gin avait gardé son masque, mais à l’intérieur de lui, il bouillait de colère. Ce putain de capitaine de la 5e division… Qu’il aille en enfer !

  • J’avoue que je ne sais pas trop…
  • C’est vrai que cela fait longtemps que vous n’y êtes pas allé… Combien ? 7 mois  ou 8 mois ?
  • Je ne sais pas… Vous avez l’air de tenir mieux le compte que moi ! Maintenant, si vous voulez bien m’excuser… Mais on m’attend !
  • Je passerai dire bonjour aux fraises…
  • Si vous voulez !

Gin parti calmement.

Aïzen était dépité… Il avait provoqué l’albinos, mais, ce dernier refusait de coopérer. Il avait essayé de l’hypnotiser comme son subordonné, mais cela n’avait pas fonctionné. Ce type était le seul à avoir vu clair en lui. Il avait su pour l’humain par l’intermédiaire de Kira à son corps défendant… et il avait inséminé en lui une jalousie maladive pour son capitaine. Il voulait briser le capitaine de la 3e division, puisqu’il ne pouvait l’avoir en son pouvoir !

°0°0°0°

Ichigo revenait chez lui lentement. Il regardait pensif les feuilles des arbres tombées. Rukia n’était pas là en ce moment et la présence de Gin se faisait de plus en plus lointaine. Il longea le canal et se dirigea vers les berges. Ses yeux étaient tristes et mélancoliques. Il se demanda combien de temps, il pourrait supporter cette séparation encore. Il était sûr que pour son amant, le temps ne représentait rien… Rien que de savoir que Rukia avait presque 100 ans et que Gin était beaucoup plus vieux qu’elle. Il soupira… Mais pour lui cela semblait une éternité. Il s’assit sur l’herbe, ses doigts avaient empoigné une touffe d’herbe.

Il leva son visage vers le ciel et une ombre apparut derrière lui. Il fut surpris et perdit l’équilibre et se retrouva allongé sur l’herbe. Il ferma les yeux sous la douleur. Il ouvrit les yeux et rencontra les yeux bleus de Gin au-dessus de lui. L’homme s’était allongé et observa l’orangé sous lui. Il lui adressa un sourire… Ichigo lui rendit…

Ichigo cru à une hallucination, il leva une main et la passa dans les cheveux fin et soyeux de l’Albinos. Ses yeux exprimaient de la surprise.

  • Gin ?
  • Tu ne me vois pas ?
  • Si…

Le capitaine lui adressa un nouveau sourire et se pencha et ses lèvres rencontrèrent chastement celles souples de l’orangé.

  • Tu m’as manqué… Gin
  • Tu m’as également manqué… cela m’a semblé très long…
  • C’est vrai ? J’aurai pensé que pour toi le temps paraissait plus court !
  • Il passe de la même façon que pour toi !
  • Oh…

Gin se releva et Ichigo en fit autant. L’albinos prit le plus jeune dans ses bras. Une main dans le dos, une autre dans ces mèches courtes indisciplinées. Il se pencha et les bras du roux s’enroulèrent autour de son cou. Ichigo ressentit la langue de Gin contre ses lèvres et il ouvrit la bouche pour partir à la rencontre de cette dernière. Il soupira lorsque l’homme passa la barrière de ses lèvres et enroula son muscle autour du sien. Ils se serrèrent étroitement l’un contre l’autre. La passion monta entre eux. Leurs langues se repoussant, se recherchant dans un balai lent ou rapide. Pourtant, Gin laissa le plus jeune reprendre son souffle.

Tout à coup, Ichigo réalisa…

  • Gin, tu… tu es habillé normalement ?
  • Oui… et je porte un Gigaï
  • Comme Rukia ?
  • Tu ne restes que ce soir ?
  • Non… Quelques jours… Quelques jours avec toi ! Bientôt, je vais demander pour avoir quelques jours de vacances. Tu les passeras avec moi ?

Tout à coup, ils entendirent une voix derrière eux. Surpris, ils se tournèrent. Gin pâli en reconnaissant l’homme. L’ex-capitaine de la 10e division… Que faisait-il là ? Il entendit soudain Ichigo dire.

  • Papa !

La surprise s’afficha sur le visage de l’albinos.

  • Fils… ça ne me dérange pas que tu entretiennes une relation… avec un homme ! Quoique si en fait ! Mais, à chacun ses choix ! Mais, tu pourrais au moins me le présenter…
  • Oh… euh… Papa… Je te présente Gin Ichimaru… Gin, je te présente mon père Kurosaki Isshin !
  • Ooohhh… Kurosaki ?
  • Oui !

Isshin s’était avancé et son visage affichait un sourire. Il tendit la main à Gin qui glissa la sienne.

  • Enchanté ! fit Isshin. Mais Gin perçut la lueur de menace dans les yeux d’Isshin.
  • De même… Rétorqua imperturbable l’albinos.
  • Puisque vous êtes là, venez manger à la maison… Yuzu en fait toujours trop !
  • Papa… Fit méfiant Ichigo.
  • Quoi ?
  • Tu as l’intention de nous pourrir la vie ce soir !
  • Pas question… Juste connaître ton « petit ami ».
  • Gin ? Ichigo s’était retourné vers son amant qui avait penché la tête sur le côté pour le regarder.
  • C’est avec plaisir ! lui répondit l’albinos.

Les trois hommes rentrèrent tranquillement à la clinique Kurosaki en discutant de choses et d’autres. Pourtant, Ichigo sentait une tension entre les deux hommes à peine perceptible. Et il avait la vague impression que leur conversation avait un double sens et il se sentait passablement exclu. Ils entrèrent dans la clinique pour tomber sur Karin. Cette dernière regardait l’invité avec une expression de stupéfaction. Et finis par dire…

  • Vous êtes le fantôme qui colle tout le temps Ichi-nii !
  • Je n’ai rien d’un fantôme ! fit moqueur Gin.
  • Karin… marmonna Ichigo.
  • Voyons Karin, fit Isshin. Tu as vu où qu’un fantôme pouvait avoir un corps ?
  • Quand même, ce type a un physique particulier et je jugerai…

Yuzu qui avait entendu la conversation vint voir de plus prêt l’albinos et finit par dire…

  • Karin, t’étais en dessous de la vérité. Moi, je le trouve vraiment très mignon le petit ami de nii-san
  • Yuzu ! Protesta Ichigo.

Mais Yuzu et Karin se mirent à se parler.

  • Ah tu trouves ?
  • Oui… Je trouve qu’il est distingué et qu’il a l’air très gentil.
  • Ouaih, mais pour le dernier critère… t’as jamais été objective.

Puis se retournant une dernière fois vers l’albinos, il pointa son doigt vers lui et le menaça

  • Vous n’avez pas intérêt à faire mal à Ichi-nii où je vous explose…
  • Non, ça, c’est papa qui le fera ! fit la voix d’Isshin en même temps qu’il tapotait gentiment l’épaule de l’albinos.
  • Mais vous n’avez pas fini ! hurla Ichigo. Si c’est pour le menacer que vous l’avez fait venir… ce n’était pas la peine…
  • Du calme fiston. Je n’ai pas l’intention de lui faire quoi que ce soit… À la condition qu’il ne fasse rien à cette famille tranquille.
  • Ce n’est absolument pas mon intention ! Lui rétorqua Gin amusé.
  • Tant mieux alors… Bon Yuzu… Tu nous as fait quoi à dîner !
  • Euh… soupe Tororo Kumbu et du curry
  • À table !

La conversation roula sur tous les potins de l’école pour les filles, les derniers excellents résultats scolaires d’Ichigo. Finalement, Yuzu demanda à Gin ce qu’il faisait… Ce dernier ne parut pas décontenancer. Il posa un doigt long et fin sur le coin de sa joue et sembla réfléchir.

  • Comment résumer cela ? fit-il d’une voix traînante. J’ai beaucoup de travail administratif et parfois, je supervise « des chantiers ».

Il haussa un sourcil vers Isshin qui approuva.

  • Dans les travaux « publics » ?
  • Oui… c’est cela ! Rétorqua Gin.

Ichigo faillit s’étouffer avec son thé et regarda son père et Gin qui lui adressaient un sourire innocent ! « À croire qu’ils se connaissent ! »

  • Ça doit être super intéressant de travailler dans le bâtiment ! répondit Yuzu.

Ichigo eut du mal à retrouver son haleine.

  • N’empêche que vous avez l’air d’avoir une sacrée différence d’âge avec Ichi-ni fit Karin.
  • C’est à cause de ses cheveux gris que tu dis cela ? Fit Yuzu.
  • Nan… je suis sur qu’il est beaucoup plus vieux qu’Ichi-nii.

Yuzu se tourna pour scruter le visage de l’albinos qui restait impassible face à l’examen dont il faisait l’objet. Isshin ne montrait pas sa stupéfaction. Le capitaine de la 3e division si « patient » ? Enfin, quand il l’avait découvert s’approchant près de son fils, il allait se précipiter pour lui barrer le chemin. Mais qu’elle n’a pas été sa stupéfaction quand il l’avait vu s’allonger au-dessus de son fils. Et surtout la tendresse qu’il semblait lui manifester. Qui pourrait croire que le danger qu’était potentiellement l’albinos soit aussi doux avec qui que ce soit ? Certainement pas lui et pourtant… il en avait la preuve sous ces yeux. Il était tout à fait correct et ne manifestait aucune ironie ou agressivité quelconque. Et Ichigo paraissait réellement heureux de le voir et ses yeux ne laissaient aucun doute sur ces sentiments. Il ne pouvait pas dire pour Gin qui les gardaient fermés. Mais que de tendresse…

La conversation avait continué quand Karin lui demanda où il logeait puisqu’il habitait très loin.

  • À la maison ! déclara Isshin.

De toute façon, il ne se faisait aucune illusion sur la virginité de son fils… Et autant avoir l’autre à l’œil.

  • Il dormira où ? demanda Yuzu.
  • Dans la chambre d’Ichigo !
  • De toute façon, ils sont ensemble… finis par dire indifférente Karin.
  • Vous avez fini de parler comme si on était pas là ? Demanda énervé et gêné Ichigo.
  • Ne rougit pas Ichi-nii ! On pourrait t’appeler la fraise…
  • Ne m’appelle pas comme ça ! grinça des dents Ichigo.
  • Ichigo… Fit soudain Isshin. Tu n’aurais pas des devoirs ?
  • Mince… J’ai une évaluation demain.

Ichigo se leva et se dirigea vers sa pièce. Gin voulu le rejoindre, mais, Isshin lui dit…

  • Je peux juste discuter avec toi quelques secondes…
  • Bien sûr !
  • Les filles vous vous occupez de la cuisine ?
  • Moi, je fais mes devoirs lança Karin.
  • Tu pourrais aider ta sœur.
  • Fais-le-toi ! Tu n’as pas de devoir après tout !
  • Mazaki… Pourquoi mes filles sont aussi méchantes pleura Isshin.
  • Crétin !
  • Je m’occupe de tout papa ! Fit Yuzu avec un grand sourire.

Gin suivit tranquillement Isshin dans son salon.

  • Tu peux me dire ce que tu veux à mon fils ? Ce n’est pas un de tes jeux habituels ?
  • Je ne plaisante pas du tout…
  • Depuis combien de temps ?
  • Plus d’un an…
  • Autant que cela ? Fit surpris Isshin.

Gin hocha la tête. Isshin réfléchit.

  • Écoute, mon fils à l’air de beaucoup t’aimer et je ne veux pas intervenir dans sa vie. Par contre, si tu lui fais du mal ou que tu fasses du mal d’ailleurs à un seul de mes enfants, je te tuerai sans aucune hésitation !
  • Ce n’est absolument pas mon intention… Et les sentiments de ton fils sont partagés…

Gin l’avait dit à contrecœur, mais il voulait bien l’admettre pour l’ancien capitaine qui était après tout le père de son amant. Et puis, il ne savait pas pourquoi… quelque chose le turlupinait. Alors, il voulait qu’Isshin soit au moins au courant. Ce dernier paraissait très surpris de son aveu. Et Gin ouvrit ses yeux et abandonna son sourire goguenard pour prendre un air tout à fait sérieux. Ce qui troubla beaucoup le médecin. Qu’est-ce qui pouvait rendre si sérieux cet homme ? Il devait admettre l’évidence… Gin Ichimaru était bel et bien amoureux de son fils. Gin fini par dire…

  • Je protégerai ton fils autant que je le pourrai et de toutes mes forces. Ce n’est pas de moi dont il faut se méfier ici.
  • De quoi parles-tu ?

Gin soupira et murmura…

  • J’ai comme la vague impression que quelqu’un d’autre s’intéresse à Ichigo, mais qu’il n’a pas forcément les mêmes intentions que moi. Je suis ici pour quelques jours… et je ferai le maximum… Par contre, je devrai retourner à la Soul Society… Alors, veille sur lui, car le capitaine de la 5e division m’a fait part de ses intentions vis-à-vis d’Ichigo.
  • Aïzen Sosuke ?

Isshin fronça les sourcils. Il n’avait jamais pu « cataloguer » l’homme. Il avait toujours remarqué que Shinji Hirako semblait plutôt méfiant et lui avait trouvé quelques petites choses bizarres à son sujet. Avait-il le don d’ubiquité ? En tout cas, il se promit de vérifier et d’être sur ces gardes.

  • Tu peux « le » rejoindre.
  • Merci…

Gin s’excusa et partit de son pas tranquille vers la chambre d’Ichigo qui étudiait. C’était étrange qu’Isshin ait eu l’air de le croire. Il avait même l’impression que quelque chose le tracassait au niveau d’Aïzen. Mais quoi ? Il était rassuré de se rendre compte qu’il n’était pas le seul finalement à penser la même chose du capitaine de la 5e division. Il ferma la porte derrière lui et vint se placer derrière Ichigo et lui enlaça les épaules…


Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *