Gin x Ichig
Perdre la raison

Perdre la raison : 8

Ichigo finissait rapidement son dernier devoir quand il sentit deux bras glisser autour de ses épaules. Le jeune homme se tourna vers son amant.

— Que…

Une bouche était plaquée sur la sienne l’empêchant de parler. C’était juste un contact chaste et pourtant… La chaleur monta en lui. Il posa une main sur l’avant-bras de l’albinos qui fit glisser sa bouche contre son oreille. Sa langue caressant son lobe d’oreille… Il était tellement proche. Son odeur, sa présence, sa chaleur tout lui avait tellement manqué. Ichigo glissa ses doigts dans les cheveux de son amant qui lui murmura au creux de son oreille, il parla tellement bas qu’Ichigo faillit manquer ses paroles.

  • Tu m’as tellement manqué ma fraise…
  • À moi aussi. C’était tellement long. J’ai cru que nous ne nous reverrions jamais.

Gin se redressa quelque peu et ouvrit ses yeux pour fixer le plus jeune.

  • Ichi, quoiqu’il puisse arriver. Je veux que tu saches que je t’aime. Et jamais, jamais je ne t’abandonnerai. Tu es la personne la plus précieuse qui existe dans ma vie. N’oublie jamais cela.

Le roux le regarda surpris.

  • Gin… Que se passe-t-il ?
  • J’ai besoin que tu le saches…
  • Quelque chose de grave est arrivé ?
  • Ichi… je te l’ai dit. J’ai beaucoup d’ennemis et… j’ai peur qu’ils découvrent ton existence et qu’ils essayent de m’atteindre à travers toi. Et ça… je ne le veux pas.

Gin s’était assis sur le lit. Il attrapa la main du jeune homme et l’attira à lui. Ichigo se retrouva assis sur les genoux de son amant. Ses cuisses de part et d’autre de son bassin. Le visage juste un peu au-dessus du sien. L’albinos était vraiment plus grand que lui. Le roux attrapa le visage de son amant doucement et plongea ses yeux ambre dans les yeux bleus. Il avait remarqué que lorsque ce dernier lui parlait très sérieusement, il ouvrait les yeux.

  • Ils sont… dangereux ?
  • Certains oui… Mais pour toi, ils le sont tous. Tu es humain…
  • Mais tu es là ?
  • Je ne serai pas toujours là. Je ne peux venir ici qu’avec autorisation. J’obéis au vieux yama.
  • Rukia m’a expliqué… pour Yamamoto et les missions.
  • Brave petite !

Gin avait passé ses mains sous la chemise du jeune homme. Il caressa lentement les muscles du dos du jeune homme. Il remonta lentement la ligne que formait sa colonne vertébrale. Les yeux d’Ichigo s’élargirent.

  • Gin… que fais-tu ?
  • Je rattrape le temps perdu !
  • Mais…

Une bouche recouvrit la sienne. Une main avait déjà lestement enlevé les boutons de la chemise du plus jeune. La main de Gin parcourait le buste parfait du jeune homme. Ses mains descendirent vers ses abdominaux. La bouche gourmande s’étant déjà emparé d’un mamelon et l’aspirait sensuellement. La langue ayant pris le relais pour le lécher et les dents pour tirer lentement dessus. Ichigo soupira et ses mains se crispèrent sur les épaules devant lui.

  • Je t’ai manqué ?
  • . Énormément !

Gin fit une rotation et Ichigo se retrouva allongé sur le lit. Les mains du jeune homme caressèrent le visage de l’albinos. Ses doigts glissèrent sur les lèvres de son amant. Ce dernier avait saisi son index entre ses dents. Sa langue se mit à lécher avec une certaine délectation le doigt prisonnier. Pour finalement, le faire glisser dans sa bouche et faire un lent va-et-vient suggestif !

Ichigo fut surpris et regardait l’albinos avec un regard interrogateur. Ce dernier lâcha le doigt de son amant et se pencha sur lui. Il mordilla la gorge du roux. Qui renversa la tête par instinct. Dans un même mouvement, il fit glisser ses jambes autour du corps de Gin. Une de ses jambes s’enroula autour des siennes et son corps se retrouva plaqué contre celui du plus vieux. Ce dernier gémit entre ses dents… Il ne voulait pas faire venir Isshin dans la chambre de son fils.

La langue de Gin glissa sur la chair souple. Il adorait son goût salé et son odeur boisée. Malgré qu’il soit jeune, il était vraiment bien dessiné. Il ne doutait pas que plus tard, il serait aussi grand que lui et aussi large que son père. Enfin, le principal étant qu’il ne récupère pas la tête de son père. Ça serait sa mort ! Ses caresses continuaient malgré ses quelques pensées parasites.

Il apprécia sous la pulpe de ses doigts, la peau douce et pourtant si ferme. Il ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Il défit la ceinture du jeune homme, et fit glisser le bouton de son pantalon ainsi que la fermeture. Ichigo se retrouva en boxer. Gin vit soudain que le jeune homme fronçait les sourcils. Il se pencha au-dessus de lui…

  • Quelque chose ne va pas…
  • Moi… moi aussi, je veux te toucher !

Gin se recula un peu et ouvrit ses bras.

  • Viens… Fait moi ce que tu veux.

Ichigo le scruta un instant surpris. Puis lentement, il se redressa et fit glisser la veste que Gin n’avait pas encore enlevée. Ichigo la plia, puis le cœur battant ses doigts s’attaquèrent à la chemise devant lui. La dernière fois, il ne l’avait pas vu quand il lui avait fait l’amour. Là, il voulait le découvrir et plus en aveugle. Il fit glisser le tissu des épaules de son amant. Les doigts d’Ichigo glissèrent sur la peau de l’albinos. Il avait une peau plus pâle que la sienne. Son buste était fin, mais on pouvait deviner les muscles qui se trouvaient au-dessous. Il voulait tellement le toucher. Ses doigts parcouraient son buste lentement. Ichigo posa ses lèvres sur le corps consentant de l’albinos qui se laissa faire aux caresses hésitantes, mais de plus en plus entreprenantes.

Ichigo fit basculer le corps sur le lit et entreprit de caresser chaque centimètre carré de peau de son amant. Ichimaru se laissa faire et apprécia les effleurements, les étreintes que lui prodiguait le plus jeune. Il contrôlait son souffle. Quoique cela lui devenait de plus en plus difficile… surtout quand on lui avait enlevé son pantalon et son sous-vêtement. Les doigts d’Ichigo n’hésitèrent pas et avait saisi sa virilité fermement et commença un va-et-vient tout d’abord lent pour prendre un rythme plus rapide. Il fut surpris… Il sentit un bouche le prendre tout entier. Il gémit sourdement. Il essayait encore de se contrôler, mais le jeune homme agissait vraiment comme une décharge sur lui. Il essayait de se contrôler, mais Ichigo caressait maintenant ses testicules, il déglutit… Si c’était sa première fois, franchement il était excellent… songea-t-il. Un grondement fut réprimé de justesse par l’homme soumis. Il arqua son corps et trembla.

Ichigo remonta lentement et plaqua son corps contre celui du plus vieux. Il s’empara de la bouche de Gin. Sa bouche était humide et gourmande. Le roux ondula légèrement sur le corps sous lui. Il était excité de voir son amant si réceptif et le laisser faire sans protester à toutes ses caresses. Gin emballa brutalement le jeune homme et le fit basculer sous lui. Il l’embrassa et en même temps ses doigts glissaient sur sa longueur.

  • Ichi… Tu as du lubrifiant ?
  • Dans le tiroir de la table de chevet. Il rougit violemment.

Gin eu un petit sourire. Et tendit la main et saisit un petit pot en aveugle. Il l’ouvrit et en recouvrit ses doigts. Pour ensuite s’en recouvrir son membre. Il posa le pot par terre et se pencha vers le jeune homme pour glisser à nouveau un doigt dans son orifice serré. Ichigo se crispa.

  • Détends-toi…
  • C’est… c’est que ça me fait toujours un drôle d’effet.
  • Je sais…
  • Gin ?
  • Hum…
  • Un jour… je pourrai
  • Oui ?
  • Te faire la même chose ?

Gin eut un sourire sur les lèvres.

  • La prochaine fois, si tu le veux… Mais d’abord !

Un deuxième doigt avait glissé et fouillait le corps de l’orangé qui se sentait toujours inconfortable. Cette partie-là, il ne l’aimait pas beaucoup. Mais il sentait contre son oreille un souffle chaud et une langue qui caressait son cou lentement. Il ferma les yeux et attendit que le mauvais moment passe. La langue de l’albinos caressait maintenant la mâchoire du jeune homme. Il s’arqua contre son amant. Le sentir si prêt. C’était troublant, excitant… Il soupira contre ses lèvres qui cherchaient les siennes. Ichigo ne rendit même pas compte qu’un troisième doigt s’était glissé. Il ne se rendit compte que lorsqu’il vit apparaître des taches blanches devant les yeux et une sensation puissante le faire gémir sourdement. Gin s’était emparé de ses lèvres à ce moment-là pour étouffer son cri.

Il pensa qu’il devait emmener l’oranger avec lui dans un endroit où il pourrait être vraiment tranquille. Il haleta contre son amant. Les deux hommes transpiraient sous l’effort. Gin s’était glissé à la place de ses doigts. Ichigo avait enroulé ses bras autour de ses épaules. Il était crispé, mais Gin le cajola et lui murmura des mots tendres dans le creux de son oreille. Ses mouvements étaient doux, il bougea de telle sorte que son amant prenne du plaisir autant que lui en avait à se trouver à l’intérieur de lui. Leurs corps bougeaient à l’unisson et leurs gémissements étouffés dans la bouche de l’un et de l’autre. Ils se dévoraient… La main de Gin glissait sur le membre abandonné de son amant. Il sentit les spasmes secouer le corps du plus jeune et répondit lui-même par sa propre libération dans le corps de l’oranger.

Gin se laissa glisser après quelques minutes encore contre le jeune homme. Ichigo se blottit contre lui. L’albinos tourna la tête vers le jeune homme. Il se mit sur le côté et empoigna une touffe de cheveux orange et approcha le visage du jeune homme et l’embrassa avec tendresse.

  • Et si on dormait ? proposa Gin.
  • Non… d’abord, j’enfile quelque chose… Mon père a tendance à débarquer le matin pour me réveiller d’une manière assez musclée. Marmonna Ichigo.
  • Ah ? J’imagine… Oui…
  • Tu le connais ?
  • Mais le peu que j’ai vu…
  • Je ne sais pas… Tout à l’heure, j’aurai presque cru que vous vous connaissiez !
  • Pas du tout.

Ichigo avait enfilé un nouveau boxer et enfila un T. Shirt. Il n’aurait pas besoin d’autre chose jusqu’au lendemain matin. Il se sentait inconfortable quand même. Il tendit à Gin des vêtements à lui. Il pourrait peut-être les mettre. Finalement… c’était trop court ! Ichigo rit doucement…

  • Tu te moques de moi ? Fit lentement Gin.
  • Non… enfin, un peu et Ichigo éclata de rire.

Gin fondit sur le jeune homme et l’attaqua lâchement par des chatouilles. Ichigo se débattit comme il le pouvait. Quand il entendirent toquer à la porte et la voix d’Isshin se fit entendre.

  • Moins de bruits les enfants… D’autres essaient de dormir !
  • Les enfants ?

Gin fulminait. Ichigo exultait. Il bondit en retour sur l’albinos qui avait baissé sa garde. Une courte bataille s’ensuivit et finalement Ichigo se retrouva prisonnier entre le parquet et son amant qui tenait fermement ses poignets au-dessus de sa tête. Leurs souffles étaient précipités, mais tous les deux avaient un léger sourire.

  • Je gagne…
  • Tu ne gagneras pas toujours…
  • Ah oui ? Il t’en faudra du temps pour parvenir à me vaincre !
  • Ça me prendra le temps qu’il faudra…
  • J’attends cela avec impatience. Maintenant

Petit silence

  • Ma récompense !
  • Récompense ?
  • Tous les vainqueurs ont droit à une récompense… Voyons voir ! Que pourrai-je te demander ?
  • Rien du tout… grommela l’oranger.
  • Rien ?
  • Tu as triché !
  • Mauvais joueur…
  • Gin…

Sa voix s’était faite inquiète soudainement. L’albinos fronça les sourcils. Qu’est-ce qui lui traversait l’esprit encore…

  • Oui… fit-il doucement.
  • Si je meurs.

Le corps de Gin se raidit imperceptiblement.

  • Oui ?
  • Je vais être comment ? Je veux dire, je vais être comme toi ? Un shinigami.
  • Pas au départ Ichi.
  • Qu’est ce que je vais être alors ?

Gin se redressa et aida Ichigo à s’asseoir contre lui. Il souffla dans son oreille.

  • Quand une âme meurt, elle rentre d’abord dans ce qu’on appelle le Rugongaï. Elle devient une simple âme. Elle perd la mémoire de ce qu’elle était avant… Parfois, elle a le souvenir de sa famille, ses amis lorsque ces derniers sont très fort. Cela peut prendre quelques semaines ou quelques années.
  • Alors, je t’oublierai en mourrant ?
  • C’est possible !
  • Il n’en est pas question ! Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas t’oublier !
  • Cela arrivera et je le souhaite… le plus tard possible.
  • C’est cruel. Murmura Ichigo.
  • Hum ?
  • Si je reste ici sur le plan humain… je te vois peu et j’ai peur que tu m’oublies. Et si je meurs, c’est moi qui t’oublie. Gin promet moi que tu me retrouveras et que tu me chercheras… Promets-moi que lorsque je serai à la Soul Society, toi et moi on sera à nouveau ensemble.

La voix d’Ichigo était sourde.

  • Je te promets de tout faire pour te retrouver. Même si cela doit me prendre des années. Je ferai tout pour te reconquérir. Fais-moi la promesse de me garder dans tes souvenirs les plus précieux. D’une façon ou d’une autre… garde une trace de moi en toi !
  • Je promets… Je ne sais pas comment encore… Mais, je te le promets Gin.

Ichigo se leva finalement et tendit la main à son amant qui glissa la sienne à l’intérieur. Il le tira et les deux hommes se regardèrent intensément. Le roux se retourna brutalement vers son armoire et sortit un T.Shirt. Il le tendit à Gin.

  • Normalement, il est plus grand que les autres. J’avais oublié que je l’avais.

Gin le prit sans rien dire. Il était troublé par les paroles de son amant. Il s’habilla rapidement et vint rejoindre Ichigo dans le lit. Gin se plaça contre le mur et attira l’orangé contre lui. Il s’était redressé sur son avant-bras et observa Ichigo qui le fixait également. De sa main libre, il enlaça les doigts du plus jeune et les porta à sa bouche.

  • Ne meurt pas Ichi, pas avant longtemps…
  • Tu es un Dieu de la Mort, je te signale Gin. Tu ne devrais pas dire ça.

Ichigo essayait de plaisanter… Mais le visage d’Ichimaru était tellement grave. Ichigo leva sa main encore libre et l’insinua dans les cheveux argent de son amant.

  • Je ferai tout mon possible pour rester ici le plus vieux possible.
  • Très bien…

Gin l’embrassa chastement une dernière fois et demanda à Ichigo d’éteindre son chevet. Ichigo s’exécuta et se serra contre le corps contre lui. Ils tombèrent de sommeil et aucun des deux n’avait lâché la main de l’autre.


Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *