Rouge comme le rubis

Rouge comme le rubis : 22

Chapitre 22

Samedi 28 février 2009

Grimmjow se réveilla difficilement... Il était épuisé et se sentait vaseux. Il ouvrit lentement les yeux et croisa ceux couleur d’ambre si chers à son cœur au-dessus de lui, qui le scrutait avec intensité.

–         Ichi, souffla Grimmjow.

Il fit glisser une main derrière la nuque du jeune homme et son propre cœur s’emballa en se souvenant de la soirée qui avait eu lieu la veille. Anku s’était mariée et ils avaient fait la fête jusqu’à l’aube.

-         Tu deviens paresseux avec l’âge Grimmjow ! affirma le roux qui se moquait délibérément de son amant ;

-         Si tu te moques de moi, je ne m’occuperais plus de ta survie en cuisine... insolent ! grogna le bleuté.

–         Hum... Tu ne voudrais pas venir avec moi ? J’ai envie de profiter de la plage tant qu’il n’y a personne...

Grimmjow se passa une main sur son visage et respira profondément. Il finit par se lever et passa par la salle de bain. Ichigo l’attendait devant la grande ouverture se situant devant leur bungalow.

–         Allez ! allez Grimm' ! Tu es plus rapide pour arriver au restaurant !

-         Ça va ! marmonna Grimmjow. Pour une fois que nous pouvons prendre notre temps !

Ichigo éclata de rire et sauta en bas des marches et partit d’un pas alerte vers la plage, mais, c’était sans compter sur la rapidité du bleuté qui l’enlaça tendrement et s’empara voluptueusement des lèvres offertes...

–         Ichi... Pour moi c’est toujours comme au premier jour à chaque fois avec toi !

Ichigo le regardait avec une lueur malicieuse.

–         Pas pour moi. Non, il ne vaut mieux pas ! Viens...

L’orangé enlaça ses doigts dans ceux de son amant et il le tira vers la mer, pour ensuite bifurquer paresseusement à présent le long de la côte. Un immense sourire s’affichait sur les lèvres du roux.

–         Tu as l’air heureux....

–         Je le suis. Je suis toujours avec toi !

–         Humm...

Grimmjow serra les doigts d’Ichigo un peu plus fort et finalement le tira à lui et enlaça sa taille. Ils s’arrêtèrent et se regardèrent avec beaucoup d’amour dans le fond de leurs regards.

–         Toutes ces années avec toi... Je suis tellement heureux d’avoir acheté « Le Relai français »... Ma rencontre avec toi et certainement un des plus beaux jours de ma vie !

Ichigo fut incapable de répondre. Parfois un silence pouvait remplacer des paroles qui pourrait sembler si creuse une fois prononcée et Grimmjow le comprit en le serrant contre lui.

–         Hallybel est quand même venue... je n’aurai pas cru cela possible ! murmura Grimmjow.

–         Anku et sa mère ont discuté. Enfin, c’est ce qu’elle m’a dit ! Anku, je précise ! reprit Ichigo.

–         J’avais compris. Rit doucement Grimmjow.

–         Je ne pensais pas qu’elle lui pardonnerait, mais apparemment, enfin d’après ce qu’Anku m’a dit de sa décision de l’inviter déjà... le fait, qu’elle est finalement retirée ses plaintes et surtout qu’elle est fait en sorte de « normaliser » leurs relations depuis le divorce y ont été pour beaucoup... même si cela n’était pas facile pour elles !

–         Rei n’a pas l’air de lui pardonner en tout cas !

–         Il ne veut pas me dire pourquoi il s’obstine...

–         Je pense savoir ! Il est en admiration devant toi ! Il a été très impressionné lorsque tu as fait une démonstration de tes capacités aux combats que je n’ai toujours pas pu admirer au passage...  et puis, tu lui as tout appris de son métier... Pour lui, tu n’as jamais été une idole comme certains s’étaient représentés « Ka-Ten », mais tu es comme son deuxième père qu’il respecte et admire...

Ichigo rougit légèrement. Grimmjow se pencha vers les joues de son homme et caressa avec ses lèvres la teinte rosée de ses joues.

–         Ichi... je t’ai déjà dit que je t’aimais ?

–         Hum... un million de fois !

–         Alors, je te le redis... « Je t’aime » !

Ils reprirent une marche lente ayant accordé leurs pas, et se collant l’un à l’autre...

–         Je n’arrive pas à croire qu’Anku est put faire un trou dans son emploi du temps. Reprit Grimmjow. Elles sont en tournées partout au Japon et tu as vu Gin... il arborait un de ses sourires ! Enfin, je suis heureux que depuis que le groupe des « Moitiés-moi » ont remplacé les « Dix moi Alice », il te fiche enfin la paix !

Ichigo éclata de rire et reprit d’un ton moqueur

–         Dit plutôt que c’est le fait d’avoir racheté les parts de la maison de disque d’Aïzen et d’en avoir pris le contrôle qui le réjouit... Où est-ce plutôt le jour où il se rappelle comment en arrivant dans le conseil d’administration, il a fait virer ce type de sa propre boite par sa propre sécurité ? Avec Gin, on ne sait jamais vraiment...

–         Ts ! Tu as raison, ce type est insaisissable, rétorqua Grimmjow songeur.

–         Au fait, je ne sais pas si Rei t’en a parlé, mais, il a l’intention de retourner travailler à la « 11èmetour » des son retour de Californie.

Le bleuté s’arrêta de surprise et regardait avec un grand étonnement son amant.

–         Tien donc ! Il ne m’en a pas parlé... Pourquoi, il te dit toujours tout ?

–         Qui sait ? murmura Ichigo.

–         Pourquoi revient-il ?

-         Yatchiru !

–         Oh... il se laisse encore faire par cette « fille » ?

–         Hum... ne l’appelle pas comme ça, elle risque de devenir ta « belle » fille ! rit doucement le roux.

Grimmjow s’arrêta de nouveau et se tint le cœur

–         Pas possible ! Un frisson d’horreur parcourut l’échine du bleuté.

Ichigo riait à gorge déployée...

–         Non, Yumi lui a demandé et tu sais que Rei a toujours eu un faible pour elle...

–         Toi ! Attends un peu... tu vas voir !

Ichigo voulut s’échapper, mais Grimmjow l’attrapa presque immédiatement ne lui laissant pas le temps de s’enfuir. Le roux se retrouva plaqué au sol et chuta plus ou moins lourdement, Grimmjow au-dessus de lui.

–         Ah... Grimmjow, tu es lourd ! Souffla difficilement Ichigo.

–         C’est ta punition !

–         Tricheur...

Mais Grimmjow commençait à butiner le cou de sa victime et lécha avec délectation la peau bronzée de son amant. Ce dernier répondit à ses petites caresses par des petits gémissements et voulues quand même se sortir de sa position délicate.

–         Grimmjow, les touristes vont arriver !

–         Hum...

Ichigo sentait deux mains glisser sur son corps et un frisson délicieux le parcourut.

–         Grim'...

–         Tu disais ?

–         Les touristes !

–         Oh...

Grimmjow se redressa et aida sa moitié à se mettre debout. De petits groupes arrivaient et les deux hommes marchaient maintenant séparés d’une certaine distance. Un groupe de fille dévorait bientôt Grimmjow du regard, Ichigo le remarqua immédiatement et se mordilla la lèvre. Il ne pouvait pas s’empêcher d’être jaloux !

–         Ichi...

–         Hum ?

-         Je peux savoir ce qui te tracasse ? demanda Grimmjow qui avait reconnu une certaine agitation chez son compagnon.

Ichigo leva ses yeux vers lui de surprise et marmonna

–         Elles te dévorent des yeux !

–         Qui ? Grimmjow quant à lui ne regardait qu’Ichigo.

–         Le groupe de filles là-bas...

Grimmjow tourna la tête brièvement et il remarqua un groupe de jeunes femmes qui le regardait avec une certaine insistance. Ses yeux se tournèrent vers son amant et il haussa un sourcil.

–         Tu ne vas pas encore me faire une crise de jalousie ?

–       C’est plus fort que moi, ronchonna Ichigo. Si tu étais avec l’une d’entre elles, tu pourrais te conduire « normalement » tandis qu’avec moi...

Ichigo n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il était saisi à la taille et plaqué contre le corps musclé de son compagnon. Les lèvres du bleuté cherchaient fiévreusement les siennes. L’orangé tenta de le repousser, mais la poigne de fer de Grimmjow ne lui laissait aucune possibilité de se détacher. Ils entendirent toussoter derrière eux et Ichigo en aurait presque eu un soupir de soulagement...

–         Papa, arrête de harceler Ichi ! Il n’est pas qu’à toi, je te signale !

Les deux amants se tournèrent pour faire face à Grimmjow jeune homme !

–         Ichigo m’appartient Rei ! Si tu ne l’as pas encore compris, je vais te l’enfoncer dans le crâne ! menaça son père.

–         Faux ! Il est notre « mère d’adoption » !

–         Mère ? reprit Ichigo abasourdi.

Grimmjow foudroya son fils du regard et entreprit de le remettre tout de suite dans le droit chemin.

–         Ichi n’a rien d’une fille tu peux me croire !

–         Je te crois sur parole ! Ce tournant vers sa « mère » il prit son plus beau sourire. Ichi, j’ai besoin de toi !

-         Pour quoi faire ? demanda Ichigo encore sous le choc de la déclaration de Rei.

–         En fait, je ne peux pas en parler devant papa !

–         Quoi ? repris Grimmjow sur les nerfs et qui tentait de repousser les mains de Rei qui essayait de saisir Ichigo.

Finalement, le jeune homme réussit à s’emparer de son beau père et il l’attrapa par les épaules et le serra contre lui et se tournant vers son père

–         Tu vois à quoi vous ressembler en « couple » lui et toi ? Mais avec moi c’est quand même mieux, car, je suis une version plus « jeune » donc, sans les inconvénients des personnes plus âgées comme toi avec leur fichu caractère !

Grimmjow faillit s’étouffer et un aiguillon de jalousie le tenailler quand il vit qu’Ichigo et son fils formaient un couple des plus attractifs. Il trouva que son amant ne se « débattait » pas beaucoup. Ils entendirent le rire d’Anku résonner et cette dernière se moquer de son père.

–         Tu verrais ta tête papa !

–         Tu vas voir la tête de Rei dans cinq minutes !

Et Grimmjow voulut attraper son fils et son amant, mais Anku lui barra le chemin et le jeune sommelier entraîna son Sensei loin de son père. Ichigo suivit sans rien dire le jeune homme et quand ils furent suffisamment loin, il arrêta Rei.

–         Pourquoi m’as-tu entraîné jusqu’ici ?

–      Parce ce que j’ai besoin d’un conseil et papa l’entendait... il se moquerait encore de moi ! bougonna Rei qui se tortillait les mains nerveusement.

–         Tu te fais de fausses idées sur Grimmjow...

–         Tu n’as pas compris au bout de tout ce temps que tu as une place particulière dans le cœur de mon père ? Anku et moi nous ne pouvons pas rivaliser avec toi quand t’es dans les parages...

–         Ne raconte pas n’importe quoi ! Que se passe-t-il encore ?

–         Je veux demander Yumi en mariage...

Les yeux d’Ichigo s’arrondirent de surprise.

–         Pourquoi me demander conseil ?

–         C’est... Rei se tortilla un peu plus et baissa les yeux, à cause de Byakuya Kuchiki ! Il est plutôt effrayant. Hisana, ça va... mais lui, il me terrorise !

Ichigo éclata de rire et posa une main sur l’épaule de Rei en signe d’apaisement.

–         Que se passe-t-il avec Byakuya ? Il ne te mangera pas et il t’aime bien...

–         Pourtant, j’ai toujours l’impression qu’il me regarde de travers... Tu es son beau-frère depuis je ne sais pas combien de temps... Dis-moi un truc pour que je puisse l’affronter ?

–         Tu as déjà posé la question à Yumi ?

–         Yumi ?

Ichigo leva les yeux au ciel en se demandant ce qu’avait parfois Rei dans la tête. Il soupira et regarda le jeune et lui encercla les épaules et le tira vers lui.

–         Rei, la première chose pose la question à Yumi si elle veut oui ou non devenir ta femme et après si tu veux mon avis... parles-en sur le ton de la confidence à Hisana ! Si tu l’as dans la poche... Byakuya ne pourra que dire oui ! Il n’a jamais rien refusé ni à sa femme et ses filles !

–         Je n’y avais pas pensé ! Pourtant c’est tellement évident... Hisana sera ma meilleure arme !

Rei attrapa Ichigo et le serra contre lui fou de joie et quitta la petite place où ils s’étaient arrêtés. L’orangé entendit derrière lui le ton menaçant de son amant.

–         Alors comme ça, tu préfères mon fils ?

Ichigo se tourna d’un bloc et regardait Grimmjow stupéfait...

–         Grimmjow.

Trop tard, ce dernier l’avait saisi par le bras et le tira jusqu’à leur bungalow qui se trouvait non loin de là. Grimmjow souleva dans les derniers pas Ichigo qui commençait sérieusement à se débattre attirant le regard des badauds. Une fois entrée dans leur pièce Grimmjow lâcha Ichigo et ce dernier fit face avec colère au bleuté.

–         Qu’est-ce qui te prend encore ?

–         Je vous ai vu... Cracha Grimmjow.

–         Vu quoi ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez toi ?

–         Vous vous teniez par la main, par les épaules et il t’a embrassé... Tu me préfères en version « plus jeune » comme le disait Rei tout à  l'heure !

Ichigo leva les yeux au ciel et se dit qu’il n’était vraiment pas le seul jaloux dans le couple.

–         Ne dit pas n’importe quoi ! J’ai eu un choc tout à l’heure en l’entendant m’appeler « mère » ! Mais, il voulait me demander quelque chose...

–         Il avait besoin de te toucher et toi également ?

–         Grimmjow ! Menaça Ichigo...

–         Quoi ? Je vous ai vu !

Les yeux bleus de Grimmjow lançaient des éclairs et une barre soucieuse plissait son front. Ichigo finit par sourire et il eut la vague impression de se trouver face à un enfant qui avait peur qu’on lui prenne son jouet préféré. Ichigo traversa l’espace qui les séparait et passa une main dans les cheveux bleus et blancs sur les tempes de son amant.

–         Grimmjow... Comment peux-tu être jaloux de ton fils ? Tu ne t’es pas encore rendu compte depuis le temps que je ne vois que toi...

–         Il me ressemble... en plus jeune ! maugréa Grimmjow qui se détendait sous les caresses affectueuses de son compagnon.

–         Il n’y aura jamais qu’un Grimmjow dans ma vie ! Souffla Ichigo un sourire tendre sur les lèvres. Ton fils me demandait simplement un conseil pour affronter Byakuya...

–         Byakuya ? Et il a besoin de te sauter dessus...

–         Il veut demander Yumi en mariage...

Les yeux bleus s’étaient arrondis de surprise et l'expression de stupeur sur le visage de son amant, amusa Ichigo.

–         Je lui ai suggéré de passer par la case Hisana !

–         Excellente idée, murmura Grimmjow toujours sur le coup de l’annonce.

Ichigo avait enroulé ses bras autour du cou de son amant et le regardait de plus en plus tendrement

–         Donc, entre ton fils et moi, il n’y a rien et il n’y aura jamais rien...

–         Hum... Grimmjow plongea ses yeux bleus qui arboraient une lueur de défis dans les siens. Oui, mais ça pourrait arriver...

-         Idiot ! grommela Ichigo.

–         Att...

Ichigo repoussa Grimmjow sur le lit, qui se trouvait juste derrière lui et s’assit sur lui. Il ne le laissa pas finir sa phrase.

–         Donc, murmura Ichigo une lueur vicieuse dans le regard ambre. Que pourrai-je te faire pour que tu comprennes que je ne veux que toi ?

–         Voyons voir...

Grimmjow attrapa le coup d’Ichigo et le pencha vers lui pour explorer sa bouche. Ichigo prit appui sur les épaules robustes de son amant et répondit à son baiser ! Au même moment la porte de la chambre s’ouvrit et laissa la place à Hisana qui s’arrêta net en voyant le spectacle.

–         Et bien ça alors... Moi qui pensais avoir tort depuis que Byakuya, fit-elle songeuse ?

Ichigo s’était redressé surpris et regardait sa sœur stupéfait, Grimmjow fut plus qu’exaspéré par l’arrivée intempestive de sa belle-sœur qui d’ailleurs partit en courant tout en hurlant !

–         Byakuya, j’avais raison ! C’est bien Ichigo le seme et Grimmjow l’uke !

Les deux hommes se regardèrent surpris et Ichigo attrapa une crise de fou rire tandis que Grimmjow se leva précipitamment pour essayer de sauver ce qui pouvait l’être et abandonna en voyant au loin la jeune femme discuter bruyamment avec les invités du mariage sur la vie sexuelle de son frère !

Grimmjow ferma la porte du bungalow à clef et ragea... Ichigo riait toujours à gorge déployée sur le lit et se tenait les côtes surtout en voyant l’air furibond du bleuté.

-         Un jour, je la tuerai ! le prévint-il.

Ichigo fut incapable de lui répondre, les larmes commencèrent à couler le long de ses joues.

–         Arrête de rire bêtement...

Mais le ton de Grimmjow était amusé et il vint s’asseoir à côté de son amant pour finalement chuter à côté de lui et le regarder rire avec le sourire. Au bout d’un petit moment, Ichigo était de nouveau assis sur Grimmjow.

–         Ta réputation est morte !

–         Je m’en moque...

–         Tu es sûr ? demanda Ichigo mi-moqueur, mi-sérieux.

–         Qu’importe Ichi...

Bientôt les mains de Grimmjow parcouraient le corps de son homme et il était toujours stupéfait de voir qu’Ichigo répondait à chacune de ses caresses. Le regard ambre dont les paupières étaient mi-closes lui semblait toujours incroyablement sexy... Le voir avec Rei l’avait rendu fou ! Personne n’avait le droit de le toucher... Personne n’avait le droit de pouvoir l’aimer comme lui pouvait l’aimer... même plus de dix après leur rencontre. Ils en avaient trop bavé au début de leur relation pour que quiconque puisse les séparer que se soit Aïzen, Hallybel ou même cette journaliste qui s’appelait M.. Mashiro ? Il ne savait plus trop... de toute façon, elle avait disparu des écrans télé après l’annonce du divorce et des aveux publics d’Hallybel sur son comportement irresponsable.

Ichigo avait mis du temps pour se reconstruire après avoir été traîné dans la boue par cette femme... mais le « Relai français » et tout son personnel lui avait redonné confiance en lui et surtout tout l’amour dont Grimmjow l’avait entouré, lui avait permis de reprendre en main son destin... Mais en devenant le patron d’un restaurant et d’un bar à vins... mais plus comme sommelier !

Encore aujourd’hui... nombre de curieux essayaient de croiser le roux pour des autographes, des scoops en tout genre, ce qui ne lui permettait plus de venir en salle... Grimmjow était égoïstement heureux, car Ichigo lui tenait compagnie en cuisine le soir, mais souvent, il voyait la lueur de nostalgie qui emplissait les yeux ambre et auraient fait n’importe quoi pour que l’homme de sa vie puisse retourner à ses bouteilles et à son bar et vivre une vie normale. Ichigo lui assurait que c’était la rançon du succès et qu’il avait tout pour être heureux... Et pourtant !

Plus tard dans la journée alors qu’Ichigo était allongé sur le sable, Grimmjow voulut être sur du choix de son amant

–         Tu ne regrettes vraiment pas...

Ichigo tourna la tête surprise vers Grimmjow.

–         Quoi ? voyant l’hésitation du bleuté.

–         De ne plus exercer ton métier ? De m’avoir rencontré ou, je ne sais pas... avoir vécu tous ces ennuis à cause de nous...

-         Idiot ! marmonna Ichigo qui bâilla discrètement. Rei est devenu sommelier et j’ai été très fier de lui transmettre tout ce que je savais ! Et puis, j’ai le restaurant et le bar... et ensuite, je suis en cuisine et je peux manger autant que je le veux ! euh... et puis, il y a toi dedans également !

Grimmjow regardait d’un regard menaçant l’orangé qui se moquait délibérément de lui

–         Je savais que c’était pour ton estomac que tu m’as épousé !

–         Andouille ! On n’est pas marié, protesta Ichigo.

-         J’aurai aimé ! reprit Grimmjow avec regret.

–         ...

-         On pourrait se faire une cérémonie que toi et moi ! fit soudain Grimmjow.

Ichigo ne répondit pas, mais son cœur s’était soudainement mis à battre la chamade. Grimmjow vint s’allonger à côté de lui et reprit doucement.

–         Rien que toi et moi pour une fois ! Sans ta famille et ni les enfants... Échanger une promesse tous les deux ! Après tout quel est le crétin qui a décrété qu’on avait besoin d’un prêtre pour être heureux et se jurer fidélité, amour et assistance ?

Ichigo ne répondait toujours pas, tellement ému par les paroles de son amant

–         Tu ne voudrais pas ?

Ichigo hocha la tête en signe d’assentiment.

–         Tu ne dis rien ?

–         ... Je suis trop ému ! chuchota l’orangé.

Grimmjow eut un petit sourire carnassier et se redressa prestement et tendit une main vers Ichigo.

–         Viens, murmura doucement Grimmjow.

Le sommelier se redressa et suivit son homme vers le bord de mer. Grimmjow regarda l’espace autour de lui et dit d’une voix badine.

–         J’crois que je ne trouverai pas plus romantique qu’une plage dans les caraïbes devants un coucher de soleil pour faire ce genre de déclaration !

–         Quel...

–         Ichigo Kurosaki... même si aucun papier ne pourra nous unir, veux-tu rester avec moi pour le restant de tes jours ? Dans les meilleurs moments puisque nous avons vécu le pires ?

Grimmjow sortit de sa poche arrière de son bermuda un petit objet et Ichigo reconnut une alliance lorsque son amant la passa à son doigt.

–         Nous n’aurons plus aucune raison d’être jaloux... Je te promets fidélité et d’être toujours à tes côtés... jusqu’à ce que la mort nous sépare. Tu le veux ?

–         Oui ! Ichigo avait la voix étouffée par l’émotion.

Grimmjow tendit à Ichigo la seconde alliance.

–         Grimmjow... souffla difficilement l’orangé, tellement l’émotion qu’il ressentait était forte également. Veux-tu vivre le meilleur avec moi ? Veux-tu rester à mes côtés jusqu’à ce que la mort nous sépare ?

–         Oui ! Et plus si c’est possible...

Les deux hommes entendirent soudain des acclamations de joies. Surpris, ils se tournèrent et virent tout leur famille présente et ami. Chacun s’était approché pour suivre la « mini cérémonie » et maintenant, comptait bien poursuivre les festivités.

–         Mais... tu avais prévu « ça » ? demanda Ichigo à Grimmjow.

–         Nan ! Ils ont réussi à s’incruster !

Il avait l’air aussi surpris qu’Ichigo. Finalement, Hisana arriva et déclara.

– Je t’ai vu entrer dans une bijouterie Grimmjow et je t’ai espionné ! Je me suis dit que ce ne pouvait être que pour Ichigo ton déploiement de romantisme... De ce fait, nous avons surveillé chacun de vos gestes pour savoir « quand"   tu te déciderais à faire ta déclaration ! C’était franchement émouvant !

Hisana sortit son mouchoir et s’essuya le coin de l’œil.

–         Je suis trop sensible !

Byakuya qui passait par là, faillit s’étouffer en entendant les paroles de sa femme et voyant l’air surpris de chacun face à sa réaction entreprit de se recomposer son masque d’impassibilité ! Tous éclatèrent de rire et la fête reprit de plus belle pour finir par un pique-nique géant sur les bords de mer...

Beaucoup plus tard, Ichigo regardait son alliance avec intérêt et un sourire s’inscrivit sur ses traits fatigués. Il se blottit plus près contre son amant et s’endormit profondément comme de nombreuses nuits qui suivraient celle-ci ! Il n’attendait plus que son retour « à la maison »... et le retour à une existence « normale » !

 

° 0° 0° 0° 0°

Voilà fini !
Pour certains qui pensaient que je montrerais le divorce, etc. non ! Jestime que laltercation Hisana x Hallybel suffisaient... Et je voulais après toutes les difficultés un chapitre « heureux » pour finir !
Oui... je suis une sadique romantique et vous ne me changerez plus ! Jespère que lhistoire vous aura plus jusquau bout !

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *