Shuhei
Shinugami

Shi-nu-gami : Shuhei Hisagi

Shouhei Hisagi

Musique Justin Bieber — Yummy

Après plusieurs années, Jijisub retourne au célèbre « Shi-Nu-Gami » pour voir ce qu’il reste de l’établissement. En appuyant sur l’interrupteur, les lumières éclairent la salle parfaitement rangée. Les tables rondes entourées par des sièges capitonnés de rouges tout autour. Le plancher a un peu de poussière, bien sûr, mais la salle paraît ne pas avoir bougé avec les années et surtout pas abandonné. 

Jijisub lève les yeux vers la scène où de nombreux bishonen s’étaient trémoussés de bonnes ou de mauvaises volontés, elle doit bien l’avouer. Un sourire s’esquisse sur ses lèvres, suivies par un ricanement. Oui, c’était amusant. 

Les lourdes tentures rouges sont relevées et dévoilent l’ensemble des planches. Elle s’approche et se demande si un jour d’autres bisho viendront fouler ses planches. Après tout, cela fait dix ans que les portes se sont fermées. 

Au même moment, tandis qu’elle se pose la question, des notes de musiques s’élèvent dans la salle vide. Ses yeux s’arrondissent sous le coup de la surprise. 

Sérieux ? Il y a quelqu’un ? La musique…

La voix sucrée de Justin Bieber s’envole dans la pièce et se répercute sur les murs, tandis que Jijisub voit une longue silhouette s’avancer en ondulant. La lumière qui l’éblouit tout à coup l’empêche de voir de qui il s’agit. Son cœur bat la chamade.

Nan, mais sérieusement ? Y’a un bisho encore vivant attendant que ce club ouvre ? 

Qui ?

Tant de questions se bousculent dans sa tête. Les lumières se tamisent et Jijisub reconnaît soudain Shouhei Hisagi. 

Oh non ! songe-t-elle. Toutes les fans-girls qui voulaient être présentent pour le voir !

Un sourire énigmatique sur les lèvres, tandis que ses pieds semblent glisser sur le sol, Shūhei s’approche de Jijisub. 

  • Mais il n’y a personne ! lance Jijisub toujours stupéfaite. 
  • Je ne suis pas obligé de faire comme tout le monde, lui répondit-il. 

Ses doigts font glisser sa veste de ses épaules et elle se froisse en silence sur le sol. Tout d’abord stupéfaite, Jijisub prend une chaise et regarde Shūhei tourner sur lui-même. Il reste sa chemise blanche sur les épaules, mais largement ouverte. La lumière tamisée met en valeur les muscles qui roulent sous la peau du shinigami. Sa peau bronzée s’illumine par intermittence alors que Shūhei se déplace souplement sur la scène. Ses mains ébouriffent ses cheveux noirs et courts, coupés savamment. Son index caresse lentement le chiffre tatoué sous son œil. Tout d’abord, le 6, puis le 9. Un lent sourire illumine son visage séduisant. 

C’est à ce moment-là qu’elle entend d’étranges bruits derrière elle. Shūhei lui tourne le dos pour exécuter une figure compliquée. Jijisub en profite pour gagner précipitamment, le fond de la salle. 

Alors qu’elle ouvre, elle voit Altabatha, Seeliah, Eleryna, Nadège, Bénédicte et Pamela. 

  • Pousse-toi ! lance l’une d’elles.

Et sans ménagement, jijisub est rejetée contre le mur tandis que les fans se précipitent devant la scène. Tu penses, ça fait si longtemps ! se dit Jijisub. Mais quand même !

Des Kyaaahhhh retentissent ! Jijisub se redresse péniblement et rejoint les filles qui bavent et sont devenues totalement hystériques. En même temps, Shūhei fait admirer ses abdominaux bien dessinés. Ses doigts les caressent avec lenteur, tandis qu’il adresse un clin d’œil incendiaire à ses fans. 

  • Mouais… comment savaient-elles ?
  • Ne cherche pas Jiji ! lui dit Eleryna avec un grand sourire. C’est l’instinct !
  • Et dire que l’on me prend pour une perverse…

Shūhei continue de se déhancher, et il joue avec son obi blanc (ceinture). Il glisse de droite à gauche, tandis que l’Hakama tangue dangereusement manquant d’en dévoiler plus que nécessaire. 

Jijisub pose une main sur son nez, du sang coule entre ses doigts. Merde ! Ce n’était pas prévu ! songe-t-elle. 

Shūhei tire d’un bloc sur la ceinture et l’hakama tombe au sol. Toutes les filles se penchent en avant alors que le suspens prend enfin fin, tandis que Shūhei ne porte plus qu’une fine chemise blanche sur lui. Suffisamment longue pour tout cacher au grand désespoir des spectatrices. 

  • Tu crois qu’il va l’enlever ? dit Althaba à Jijisub. 
  • Euh…

Et au même moment, le bisho se retourne sur le parterre de fans et montre un fundoshi qui cache toute la vue ! Un rrraaaaaaaaahhhhhhhhhh de désappointement circule dans la pièce. Seeliah qui vient d’arracher une bière sur le plateau qu’Ulquiorra présente au public surchauffé lance :

  • À poil !
  • Y’a même plus de retenue, marmonne Jijisub.

Shūhei fait glisser la chemise de ses épaules pour dévoiler complètement son torse et son dos musclé tout en se tortillant suggestivement. 

  • Miam ! fit Nadège, j’y mettrai bien les doigts…
  • Moi aussi, dit avec un sourire torve Pamela. 

Ben voyons ! Le Shinugami n’était même pas censé être rouvert ! songe Jijisub. Enfin elle dit ça, mais elle mate sérieusement le bisho qui danse de manière plus sportive qu’érotique. Mais ce n’est pas grave, ça fait si longtemps… 

Va-t-il l’enlever ? Ou bien… Au fait ! C’était Ulquiorra qui était là ? Jijisub regarde autour d’elle et ne voit plus l’ancien espada. 

KKKkkyyyyyyyaaaaaaaahhhhhhh

Jijisub se retourne juste à temps pour voir le Fundoshi s’enrouler sur le sol et au moment où ses yeux remontent les longues jambes, la lumière est coupée !

Des hurlements de colère retentissent. 

  • Mais quel est le con qui a fermé la lumière !!! hurle Seeliah. 
  • Ouais, j’aimerais bien le savoir, râle Bénédicte. 
  • Si tu crois qu’on va te laisser nous exploiter comme il y a dix ans ! hurla une voix masculine non identifiable. Plus jamais ! 
  • Ah oui ? ricane Jijisub qui n’en rate pas une.
  • C’est fini ! On se décapera plus ! Le Shinugami est fermé et pour toujours… 

Jijisub entend des « ouch » de douleur. Des chaises sont retournées et des tables bousculées. 

  • Mais qu’on rallume la lumière, se plaignit Pamela. On n’y voit rien !
  • C’est vrai quoi ! On voulait juste voir… 
  • Ouais, y’a rien de mal à se faire du bien, plaida Jijisub.
  • Et si c’était toi qui te trémoussais pour changer ! suggéra quelqu’un.
  • Ichigo ? C’est toi ? fit Jijisub. Je te rappelle que le Shinugami c’est ce qui fait vivre « Jijisub », donc si tu veux des fins où on te voit avec tous les plus beaux mâles de Bleach (et du genre shonen quand même), t’as intérêt à remettre la lumière. 
  • Ouais ! fit Eleryna. J’attends une OS avec toi et Byakuya !
  • Moi aussi ! surenchérit Altabatha. 
  • Eh moi ? Y’a personne pour moi et Ichigo ? 
  • Grimmjow, j’y peux rien, mais y’a plus personne pour le couple Grim’ x Ichi ! répliqua Jijisub qui se massait les orteils douloureux qui venaient d’embrasser le pied d’une table renversée.
  • Eh ! protesta Pamela. 

La lumière se ralluma et tous les bishos de Bleach sont tous présents. Certains nouveaux, d’autres plus anciens. Jijisub voit des pancartes où elle peut lire : et moi ? J’veux sortir avec Ichi ! ou bien, Ichi ou la vie ! J’ch’suis moi aussi assez bon ! ou encore : J’veux être payé !

  • Bon, il était comment mon strip ? fit Hisagi tout sourire. 

Il était revenu sur le devant de la scène presque totalement rhabillé.

  • Toi, tais-toi ! On n’a rien vu ! protesta Jijisub. 

Et sans qu’on lui demande, Hisagi se retrouve nu comme un vers et un raz de marée de nez en sang jaillit du nez de tous les spectateurs. Jijisub s’assoit, les jambes flageolantes. Pourquoi maintenant ? En pleine revendication syndicale ? J’ai plus l’esprit très clair, se dit-elle. 

  • On veut de meilleures conditions de travail ! lance Nnoitra.
  • Accordé, dit-elle. 
  • J’veux m’faire Ichi ! fit Hisagi tout sourire. 
  • Accordé !
  • Quoi ?! fit Shinji soudain hystérique. 
  • Suffit de se désaper pour pouvoir se faire Ichi apparemment, dit Ikkaku tranquillement.

Et là, un nuage de tissus blanc et noir vola dans la pièce, tandis que des cris retentissaient. Mais c’est quoi ce…. ? 

Interruption technique due à un court-circuit, due à un flot trop important de sang

sur les câbles électriques.

Comprenez que l’équipe technique fait de son mieux pour réparer cette erreur…

Et quelqu’un essaye de réanimer Jijisub qui s’est évanouie devant tant de corps nus éblouissants.

À très vite pour de nouvelles aventures 😉

2 commentaires

  • Almada

    Fantastique! C’était absolument génial ! C’était drôle et en plus, on a retrouvé nos bishos! Merci pour ce moment 😉😘

    • Marlène

      De rien, de rien Altabatha ! Ca m’a pris d’un coup comme ça et je me suis dit que ça serait bien de mettre un peu de nouveautés en attendant les prochains OS qui sont sous cocotte :p Gros bisous et contente que ça t’es plu 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *