Shinji Hirako
Sous le masque

Sous le masque 12

Ichigo dormit comme une masse jusqu’au lendemain peu avant midi. Il n’avait pas entendu son père et ses sœurs rentrés. Il se leva lentement et eut un léger sourire. Il ne s’était pas senti aussi en forme depuis quelque temps. Et puis… Hirako était de retour ! Le voir la veille au soir l’avait vraiment soulagé. Mais ce qui dominait dans son cœur était la joie de lui avoir parlé et d’avoir pu le toucher. C’était tellement important pour lui. Il se leva d’un bond et se dirigea vers son armoire. Il se sortit des sous-vêtements et pris des vêtements propres. Il traversa la salle et il vit Yuzu dans la cuisine en train de confectionner le dîner.

–         Yuzu ! Bonjour…

–         Ichigo

La jeune fille quitta la cuisine pour se diriger vers lui ravie. Elle enlaça son frère et posa sa tête sur son épaule.

–         Je suis soulagée… Enfin tu as bonne mine.

–         Merci…

–         Tu vas où ?

–         Prendre ma douche…

–         Vraiment tu as meilleure mine. C’est incroyable ! Se sont les médicaments qu’  « il » t’a donnés ou de le voir qui te donne bonne mine ?

Ichigo eut un petit sourire. Il n’avait pas l’intention de le cacher à sa sœur. La relation entre Hirako et lui la veille était assez évidente.

–         Les deux !

–         Tu l’aimes beaucoup… n’est-ce pas ?

–         Oui !

–         C’est ce que je pensais. Je n’ai rien dit à papa. J’en ai juste parlé à Karin…

Ichigo fit la grimace.

–         Oh… j’imagine sa réaction !

–         Tu serais surpris. Elle a dit qu’elle s’en fichait que tu sois gay du moment que tu te portais mieux !

–         Ouaih… Bon, je vais me laver. Ils sont partis où ?

–         Oh… Karin voulait faire un dernier tour dans la ville avant de prendre le déjeuner. On part demain après-midi pour Londres.

–         Vous partez ?

–         Bah… papa voulait rester. Mais comme j’ai vu que tu avais plus besoin de son petit ami que nous… On a décidé Karin et moi de suivre notre programme initial. Comme ça, tu pourras le voir comme tu veux !

–         Je suis désolé…

–         De quoi ? C’est merveilleux d’être amoureux comme ça ! Fit doucement sa sœur. Je n’aurai pas pensé que tu tombes amoureux d’un homme… Mais il a l’air de tenir autant à toi que toi à lui. Je trouve ça magnifique ! Je pense que peut de personne s’aime comme vous avez l’air de vous aimer !

Ichigo rougit légèrement. Il se tourna vers la salle de bain et maugréa.

–         Je vais prendre ma douche.

–         Oui… Oui… va prendre ta douche !

Ichigo s’enferma dans la salle de bain. Il fit couler l’eau chaude et entendit la voix de son père passer au-dessus du ruissellement de l’eau. Il se lava les cheveux et sortit assez rapidement. Il se sécha, passa ses sous-vêtements, se rasa et enfila sa montre. Il finit par s’habiller complètement et rangea sa salle de bain. Il sortit et tomba sur son père qui voulut lui coller son poing au travers la figure. Il évita le coup et se dirigea vers la cuisine en se gratta la tête.

–         Au fait Yuzu, t’as préparé quoi à manger ?

–         Oh… de la soupe miso et j’ai fait aussi une salade d’asperges avec du tofu, du Gomoku maze gohan et du poulet frit. Ah oui… j’avais préparé des nuka zuke la dernière fois, on va pouvoir les manger !

–         C’est super agréable de ne pas a avoir faire la cuisine…

–         Et j’ai préparé aussi des Kusa Mochi en désert !

–         Hum…

–         Fils ! C’est quoi cette tête ?

–         Pardon ?

Isshin avait investi la cuisine et regardait son fils qui semblait en super forme. Chose qu’il aura cru impossible durant la semaine qu’il avait passée avec lui.

–         C’est parce ce qu’on s’en va que tu as cette superbe mine ?

–         Euh… non, juste parce ce que j’ai réussi à avoir un sommeil récupérateur.

–         Faudra qu’on pense à t’assommer plus souvent alors ! Fit karin mi-figue, mi-raisin !

–         Comment ça assommer ! fit Isshin.

Karin regardait son frère avec un léger sourire narquois. Ichigo ne baissa pas le regard et la regarda sans broncher.

–         Oh moins, une présence masculine te suffit apparemment ! Finit-elle par dire…

–         Karin ! Reprocha Yuzu.

Mais Ichigo tendit la main sur son bras.

–         Laisse Yuzu.

–         Mais…

–         Je n’ai pas besoin de me justifier. Je suis assez grand pour prendre mes responsabilités !

Karin rougit légèrement. Elle se rendit compte qu’elle jugeait son frère… Et Isshin fit glisser un regard sur chacun de ses enfants. Que se passait-il entre eux ? Yuzu fini par dire

–         Sortez les couverts et les assiettes, le dîner est prêts !

–         Je vais le faire Ichigo ! Fit Karin.

Et elle se précipita pour mettre la table. Isshin et Ichigo parlèrent de sa première nuit de travail. Le père d’Ichigo replongea avec nostalgie à ses propres années d’études. L’après-midi la famille Kurosaki fit un dernier tour dans la ville d’Oxford. Ses sœurs avaient engagé un concours des meilleurs souvenirs. Elles prirent beaucoup de photo avec leur père, leur frère, les monuments… Finalement, ils mangèrent au restaurant de bonne heure et Ichigo rentra seul, ses sœurs et son père étant partis au cinéma. Il prit ses affaires et se dirigea le cœur battant à tout rompre vers sa première nuit de « travail ».

° 0° 0°

En fait, la nuit fut calme. Le personnel était assez sympa et la douceur de la nuit, ne fut pratiquement pas troublé par le moindre incident. Ichigo avait été admis en gériatrie pour sa première année ! Il y eut un décès et il utilisa une pilule mode soul pour pouvoir aller faire son travail de shinigami. Le retraité qui l’avait reconnu en fut tout surpris. Le petit vieux le remercia et accepta le Konso avec soulagement. Ichigo se dépêcha de réintégrer son corps. Il se familiarisa avec les plannings et les tours de services. On lui expliqua en détail ce qui était attendu de lui. Lorsqu’il arriva 7 heures du matin, il n’avait rien vu passer. Il était fatigué certes, mais heureux.

Il sortit de l’hôpital et ne vit pas arriver sur lui une présence familière…

–         Devine qui est là ?

–         Shinji… Arrête de faire l’andouille !

–         Ichi…

Ichigo se tourna vers Hirako est fut surpris d’y découvrir une certaine lueur. Ils marchaient l’un à côté de l’autre, quand tout à coup, les deux hommes se crispèrent en entendant une voix féminine qu’ils pensaient ne pas entendre de si bon matin !

–         Oh… Que voyons-nous là ? Deux amoureux !

Ichigo se tourna et vit Heather en compagnie de deux autres élèves de 1reannée, ainsi que deux jeunes femmes faisant partit du personnel soignant de l’hôpital.

–         « tain Ichigo… Le jour où tu es sorti avec elle, t’avais bu combien de verres d’alcool ?

–         Aucun !

–         Ta même pas cette excuse-là ?

–         Même pas ! maugréa le roux.

Heather s’approcha d’eux narquoise.

–         Alors, vous partez vous envoyer en l’air ?

–         La ferme la grue ! Déjà de bon matin tu trouves déjà les bons mots… Faut pas demander au soir !

–         Hum… Alors, tu viens chercher ton chéri… Que c’est mignon !

–         Au moins, j’ai quelqu’un à aller chercher… Et toi ?

–         Imbécile !

Hirako prit son air moqueur et continua…

–         Vu comment tu as l’air d’assommer les hommes aux premières lueurs du jour, je ne trouve pas étonnant finalement qu’Ichigo se soit retourné vers un homme…

–         Fumier !

Hirako rit doucement et finalement se tourna vers Ichigo et lui dit.

–         Je n’ai pas envie de perdre mon temps ici avec des bavardages inutiles. Nous avons autre chose de plus important à faire !

Ichigo haussa un sourcil, et salua finalement les trois femmes qui accompagnaient son ex. Et ils quittèrent les lieux tranquillement. Ils ne se touchaient pas et marchaient l’un à côté de l’autre comme l’auraient fait des amis. Ils entendirent Heather hurler son dépit et se faire reprendre par une des femmes faisant partit du personnel.

Ichigo marchait sans rien dire, Shinji non plus d’ailleurs… Lorsqu’ils furent sure de ne plus être dérangés… Leurs mains se croisèrent et s’enlacèrent. Ils eurent le même geste en même temps. Ils ne se regardaient pas. C’était inutile… Au bout de quelques minutes de marche dans la ville, Shinji poussa Ichigo dans une allée sombre. L’orangé fut plaqué contre le mur et il sentit deux mains l’enlacer et une haleine tiède contre sa joue.

–         Tu sais que tu m’as terriblement manqué et que j’avais une furieuse envie de t’embras…

Ichigo ne le laissa pas finir sa phrase et avait enlacé Shinji autour de son cou pour prendre ses lèvres furieusement. Le blond réagit instantanément à la caresse. Il enlaça la taille du roux et le plaqua un peu plus contre le mur. La langue de Shinji passa la barrière de ses lèvres et Ichigo chercha la langue de Shinji fiévreusement. Il en profita pour jouer avec son piercing. Les mains d’Ichigo jouaient avec les cheveux blonds souples. Tandis que les mains d’Hirako avaient glissé sous sa veste légère et s’attaquaient à sa chemise. Leurs souffles, leurs haleines, leurs halètements se mélangeaient. Ichigo gémit lorsqu’une des mains de son amant vint remonter le long de son buste pour taquiner un téton. La bouche de Shinji glissait le long de sa gorge et descendit lentement vers la clavicule du jeune homme.

–         Shin. ji ! Je.. On ne peut pas faire ça ici !

Le blond se redressa et le regarda entre ses paupières mi-closes l’homme entre ses bras. Il le trouvait vraiment désirable avec ses yeux dilatés par le désir et ses paupières lourdes. Sa bouche entrouverte et ses vêtements défaits. Il pourrait le croquer tout de suite… Ichigo reprit lentement…

–         Cet après-midi, mon père et mes sœurs repartent…

–         Oh… alors, je vais pouvoir emménager chez toi à nouveau ?

–         Oui…

–         Alors…

Shinji plaqua à nouveau son corps contre celui de son amant et lui murmura à l’oreille.

–         Cela veut dire que nous pourrons reprendre nos activités « agréables » très prochainement ?

–         Shinji… Tu ne penses qu’à ça ?

–         Toi aussi ! Sinon, tu ne m’aurais pas embrassé comme tu l’as fait !

Ichigo observa son amant et eut un petit sourire.

–         C’est vrai… J’ai terriblement envie de reprendre nos activités…

–         Qu’est ce que je disais ! grommela Shinji.

–         Il faut attendre jusqu’à cet après-midi…

–         Hum… ça va être long… Murmura Hirako contre la bouche d’Ichigo.

–         Je suis assez d’accord avec toi !

Ichigo retint un bâillement.

–         Allez on rentre, sinon, tu vas nous refaire une rechute.

Ichigo se réajusta et reprit la main de Shinji. Arrivé à l’arrêt de bus, seul un de leur doigt était accroché. Ils se parlaient plus… Pas besoin. Ils montèrent dans le bus et prirent un siège. Un doigt toujours accroché à l’autre. C’était comme un petit lien qui les unissait ! Finalement, ils se levèrent et ils marchèrent tranquillement côté à côte dans la rue qui s’animait doucement. Hirako l’accompagna jusque dans le hall de la maison. Colin les salua et Ichigo lui répondit chaleureusement… Shinji le regarda brièvement, mais ne répondit pas. Colin s’en moquait… Il avait bien compris que le blond n’était pas du genre à sympathiser. Mais malgré tout, il l’aimait bien. Il ne savait pas pourquoi et ne chercha pas à creuser d’ailleurs. Il retourna à l’arrière de sa loge et laissa les deux hommes tranquilles.

Shinji s’avança et agrippa le revers de la veste d’Ichigo.

–         Ah tout à l’heure… Tu me téléphones pour me dire quand je peux aménager chez toi à nouveau ! Lui murmura le blond contre ses lèvres.

Ichigo glissa une main dans ses cheveux et finit par fermer l’espace de leurs lèvres et prit sa bouche avidement.

–         À tout à l’heure…

–         Repose-toi !

Le blond et le roux se quittèrent d’un commun accord et Ichigo grimpa rapidement les marches qui le conduisaient à son appartement. Hirako sortit rapidement et au premier endroit tranquille disparu dans les airs et au shunpo. Il avait le cœur plutôt léger en sachant qu’il allait pouvoir à nouveau vivre avec sa fraise !

° 0° 0°

Ichigo embrassa une dernière fois sa famille. Colin observa la scène. Il voyait bien que le roux semblait affecté par se départ, mais beaucoup moins que lorsque le blond avait été absent ! Ts… les jeunes ! Il reprit son travail. Ichigo quant à lui retourna à son appartement…

Il se trouva bien seul. Il avait dormit toute la matinée et on l’avait réveillé pour 14 h ! Il était heureux de partager son repas une dernière fois avant quelque temps avec sa propre famille. Cela lui avait fait bizarre quand tous les bagages avaient disparu de l’appartement et se trouver brutalement seul, lui causa un choc. Il alluma la télé et se dirigea vers son téléphone portable qu’il avait abandonné sur son bureau. Il composa le numéro de son amant…

–         Shinji ?

–         Ils sont partis ?

–         Oui…

–         Très bien… j’arrive !

Ils raccrochèrent et Ichigo se demanda ce qui l’attendrait au cours des prochaines années avec le blond ? Allait-il être heureux ? Pourra-t-il être médecin ? Lui et Shinji… était-ce pour toujours ? Il l’espérait. Il avait ouvert sa fenêtre et lorsqu’il sentit le reiatsu familier derrière lui, il retourna et ne se posa plus de questions. L’amour de sa vie était là ! Et c’était tout ce qui comptait pour lui. Le blond abandonna sa valise et ferma la fenêtre derrière lui et rabattit les doubles rideaux. Il jeta sa casquette et marcha vers l’orangé qui représentait maintenant toute sa vie désormais !


Jeudi 11 décembre 2008


Sommaire

Chapitre suivant →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *